Imprimer cette page Partager cette page

Margaret Watkins. Symphonies domestiques. Le Musée des beaux-arts du Canada présente la première rétrospective majeure de cette photographe canadienne

OTTAWA, ON - 3 octobre, 2012

Du 5 octobre 2012 au 6 janvier 2013

À compter de ce vendredi 5 octobre, le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) propose au public Margaret Watkins. Symphonies Domestiques, la première rétrospective de la photographe canadienne Margaret Watkins. Celle-ci s’est fait connaître au cours des années 1920 dans les milieux de la photographie artistique et commerciale avec ses images d’objets du quotidien, comme un évier rempli de vaisselle sale, des œufs au bord d’un évier, un tuyau de douche ou un savon. À l’affiche jusqu’au 6 janvier 2013, l’exposition regroupe 108 œuvres réalisées entre 1914 et 1937, dont sept proviennent de la collection du MBAC.

Si Watkins a d’abord adhéré à l’esthétique pictorialiste de la photographie, créant des images éthérées où elle mettait en scène des sujets littéraires et parfois sentimentaux, elle n’aura de cesse, par la suite, de repousser les frontières de l’acceptable, tant dans le choix des thèmes que dans le degré d’abstraction. Ses représentations d’objets du quotidien poseront de nouveaux jalons dans la nature morte photographique et elle sera l’une des premières à mettre aussi son art au service de la publicité. Son talent à photographier les objets du quotidien lui vaut d’ailleurs un immense respect du milieu new-yorkais de la publicité.

« Margaret Watkins a repoussé les limites de la photographie moderne dans le New York des années 1920. Nous sommes enchantés de donner l’occasion au public de découvrir cette artiste remarquable, mais largement oubliée », a indiqué le directeur du MBAC, Marc Mayer. « C’est grâce à Joseph Mulholland, qui fut son voisin et ami et qui a préservé les photographies de Watkins depuis le décès de cette dernière en 1969, que nous pouvons maintenant apprécier la pleine mesure de son art et de son rôle dans l’histoire de la photographie. »

Le sous-titre de l’exposition, Symphonies domestiques, s’inspire de l’œuvre Symphonie domestique (1919), une image sublime mettant en scène trois œufs sur un égouttoir en émail. L’exposition retrace le parcours de Watkins, depuis ses débuts à Boston, où elle s’engage comme assistante dans un atelier de photographie commerciale, à sa vie à New York – où elle enseigne à la célèbre Clarence H. White School of Photography –, puis à ses séjours à Paris, Cologne, en URSS, et à Glasgow, où elle s’installe définitivement en 1928.

L’exposition s’ouvre avec une série de portraits de l’artiste. Elle se poursuit par l’exploration de la période entre 1915 et 1928, durant laquelle elle étudie la photographie à la Clarence H. White School, avant de décrocher des contrats auprès de grandes agences de publicité telles que J. Walter Thompson. Ses photographies paraissent dans les pages du magazine Vanity Fair en 1921 dans un article qui lui est consacré, encensant ses images Modernistes et Cubistes. Margaret Watkins. Symphonies domestiques présente aussi des photographies réalisées alors qu’elle vit en Écosse à partir de 1928, et qu’elle effectue des séjours en Allemagne et en France, où elle commence à pratiquer la photographie de rue, prenant pour sujets les devantures de magasins, leurs mannequins et articles de luxe. Les visiteurs pourront aussi admirer de remarquables œuvres réalisées lors de son séjour en URSS, en 1933.

Une heureuse découverte
N’eût été la persévérance de Joseph Mulholland, ami et voisin de l’artiste, les photographies de Margaret Watkins auraient pu disparaître à jamais. Éminente photographe de portraits, de natures mortes et de matériel publicitaire dans les années 1920 à New York et enseignante influente de photographie à la même époque, elle était pratiquement tombée dans l’oubli jusqu’à la présentation de ses œuvres à Glasgow et à New York au début des années 1980. L’exposition de Glasgow montée en 1981 par Mulholland marquera le début d’une redécouverte progressive de l’artiste et de son travail, qui conduit aujourd’hui à la tenue de cette première grande rétrospective.

À propos de l’artiste
Née en novembre 1884 à Hamilton, en Ontario, Meta Gladys (Margaret) Watkins est la fille de l’homme d’affaires Frederick W. Watkins et de sa femme Marie, originaire de Glasgow. Enfant, Margaret étudie la musique et les arts et montre des prédispositions pour l’écriture, particulièrement la poésie. En 1909, elle se rend à East Aurora, New York, pour occuper un emploi de femme de chambre au sein de la communauté Roycroft Arts and Crafts où elle apprend l’art de l’enluminure du livre. De 1910 à 1913, elle travaille aux camps Sidney Lanier à Walpole, dans le Massachusetts, et à Eliot, dans le Maine. En 1913, elle s’établit à Boston où elle est engagée comme assistante dans un atelier de photographie commerciale. Une session à la Clarence H. White Summer School of Photography dans le Maine lance son parcours professionnel.

À propos de la commissaire
Lori Pauli est la commissaire de Margaret Watkins. Symphonies domestiques. Conservatrice associée pour la photographie au Musée des beaux-arts du Canada, elle a produit de nombreuses expositions et catalogues, dont Paysages manufacturés. Les photographies d’Edward Burtynsky, en 2003 ; La photographie mise en scène. Créer l’illusion du réel en 2006 ; Utopie/Dystopie. Les photographies de Geoffrey James en 2008 ; et Photographies britanniques du XIXe siècle du Musée des beaux-arts du Canada en 2011. Elle a également écrit sur l’œuvre des photographes Diane Arbus, Oscar Gustave Rejlander, Gary Schneider, Stella Simon, et Edward Weston.

Catalogue
Un catalogue de 157 pages abondamment illustré et produit par le Musée des beaux-arts du Canada accompagne Margaret Watkins. Symphonies domestiques. L’ouvrage contient une introduction de Joseph Mulholland, ami de Margaret Watkins et collectionneur de son œuvre, et un essai de la commissaire de l’exposition et conservatrice associée pour la photographie au Musée des beaux-arts du Canada, Lori Pauli. On peut se procurer le catalogue en français à couverture souple, au prix de 49 $ à la Librairie du MBAC ou en ligne au www.achatsmbac.ca.

Soirée d’ouverture
Le jeudi 4 octobre à 18 h, le public est invité à assister à l’ouverture officielle de l’exposition. Seront présents la commissaire, M. Joseph Mulholland, prêteur principal de l’exposition, de même que d’autres prêteurs et invités de marque. Evénement gratuit. Dans le Grand Hall.

Rencontre avec le collectionneur
Le vendredi 5 octobre à 12 h 15, Joseph Mulholland, de Glasgow, en Écosse, qui a bien connu Margaret Watkins pour avoir été son voisin, puis son ami, et grâce à qui le public peut maintenant apprécier l’œuvre de l’artiste, parlera de cette dernière. À la Salle de conférences. Entrée gratuite. En anglais avec interprétation simultanée.

Rencontre avec la conservatrice
Le vendredi 12 octobre à 12 h 15, parcourez l’exposition Margaret Watkins. Symphonies domestiques, en compagnie de la conservatrice Lori Pauli. En anglais avec période de questions bilingue. Compris avec l’entrée au Musée.

Visites d’art pour adultes
Le mardi 16 octobre à 13 h 30 et le vendredi 16 novembre à 13 h 30. Billet supplémentaire requis. Également offert aux groupes, sur demande. Composez le 613-998-8888.

Droits d’entrée
Compris avec le droit d’entrée à la collection du Musée. Les billets sont en vente dès maintenant au prix de 9 $ pour les adultes, 7 $ pour les aînés et les étudiants à temps plein, 4 $ pour les jeunes de 12 à 19 ans et 18 $ pour les familles (deux adultes et trois enfants). L’entrée est gratuite pour les enfants de 12 ans et moins et les Membres du Musée. Entrée libre les jeudis soirs de 17 h à 20 h.

Heures d’ouverture
Fermé les lundis. Ouvert du mardi au dimanche de 10 h à 17 h et le jeudi jusqu'à 20 h. Ouvert à l’Action de grâces, le jour du Souvenir à compter de midi, et du 26 au 31 décembre. Fermé les 25 décembre et 1er janvier.

À propos du Musée des beaux-arts du Canada
Le Musée des beaux-arts du Canada abrite la plus importante collection d’œuvres d’art historiques et contemporaines canadiennes au monde. En outre, il réunit la plus prestigieuse collection d’art européen du XIVe au XXIe siècle au Canada, d’importantes œuvres d’art américain, asiatique et indigène, ainsi qu’une collection mondialement réputée d’estampes, de dessins et de photographies. Fondé en 1880, le Musée des beaux-arts du Canada joue un rôle clé sur la scène culturelle canadienne depuis plus d’un siècle. L’une de ses principales missions consiste à accroître l’accès à l’excellence en matière d’œuvres d’art pour tous les Canadiens. Pour ce faire, il propose un important programme d’expositions d'art itinérantes. Pour obtenir de plus amples renseignements, rendez-vous au www.beaux-arts.ca.

Sources : Lori Pauli, Margaret Watkins. Symphonies domestiques, Musée des beaux-arts du Canada, 2012 ; Katherine Stauble, Margaret Watkins. Son et image, Vernissage, automne 2012, Musée des beaux-arts du Canada.

— 30 —

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Josée-Britanie Mallet
Agente principale
Relations publiques et médiatiques
Musée des beaux-arts du Canada
613-990-6835
bmallet@beaux-arts.ca