Imprimer cette page Partager cette page

Don McCullin. Rétrospective : La première exposition solo au Canada du photojournaliste britannique de renommée internationale

Ottawa (ON) - 30 janvier, 2013

Twitter : @beaux_arts_ca
Facebook : http://www.facebook.com/MuseedesbeauxartsduCanada
youtube : http://www.youtube.com/mbacmedia

Au Musée des beaux-arts du Canada du 1er février au 14 avril 2013

Pour la première fois, le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) organise une exposition monographique consacrée à  l’œuvre d’un photographe britannique contemporain. Don McCullin. Rétrospective réunit 134 photographies en noir et blanc exceptionnelles de ce photojournaliste intrépide reconnu pour ses clichés pris dans les zones de conflit les plus dangereuses du monde. Ses images ont été publiées dans les pages de grands journaux et revues, notamment dans The Observer, The Sunday Times et The Daily Telegraph. En outre, McCullin a réalisé un important travail socio-documentaire et une série de paysages lyriques de sa Grande-Bretagne natale, dont plusieurs photographies se retrouvent dans l’exposition. À l’affiche jusqu'au 14 avril 2013 dans les salles de Dessins, estampes et photographies du Musée. Pour en savoir davantage, visitez beaux-arts.ca.

« Les photographies de McCullin ont leur place dans un musée parce que leurs sujets saisissants sont mis en valeur par la clarté et la finesse de composition de chaque cliché. S’il est difficile de regarder ces images, il est tout autant difficile d’en détourner le regard, »  a souligné le directeur général du MBAC, Marc Mayer.

Don McCullin. Rétrospective met en lumière des œuvres tirées de toutes les grandes séries du photographe : portraits des pauvres et des sans-abris de Londres et du nord de l’Angleterre (les années 1950 – les années 1980), construction du mur de Berlin (1961), guerre et famine à Chypre, au Congo, au Biafra, au Vietnam, au Bangladesh, au Cambodge, au Liban et en Irlande du Nord (1964–1982), peuples de l’Asie du Sud-Est et de l’Afrique (1988–2004) et paysages du Somerset, en Angleterre, et du nord de la France (1970–2011). Au fil de ses clichés de la classe ouvrière anglaise, des champs de la mort et des paysages de la légende arthurienne, son œuvre révèle la profondeur de son indignation et de sa compassion. L’exposition présente aussi des revues et des journaux associés à ses anciennes missions.

McCullin couvre les zones de guerres sur quatre continents, essentiellement des années 1960 aux années 1980. Ses photographies des champs de bataille s’inscrivent dans la tradition de l’Art de la guerre pratiquée par Francisco de Goya, Otto Dix et le photographe Robert Capa, des artistes qui ont cherché, eux aussi, à témoigner de l’horreur des conflits humains. Par leur puissance narrative, leur sombre tonalité et la force de leur composition, les saisissantes photographies de McCullin expriment l’intensité et le caractère intime de ses rencontres humaines. Ses paysages, également noirs et lugubres, expriment toutefois une volonté de se distancer de la souffrance humaine.

Bien que McCullin se soit rendu en Syrie récemment pour un dernier reportage de guerre pour The Times (ces images ne font pas partie de l’exposition), la vue des pires atrocités humaines le touche à un point tel qu’il se retire plus ou moins des zones de conflits au début des années 1980. McCullin n’aime pas être identifié comme photographe de guerre. Pas plus qu’il ne se considère comme un artiste. Il se dit plutôt photojournaliste ou simplement photographe. Dans son essai judicieux du catalogue qui accompagne l’exposition, Katherine Stauble, adjointe à la conservation Sobey écrit au sujet des photographies de guerre : « Ces images qu’il a publiées (…) ne sont pas destinées, de prime abord, à décorer le mur d’un musée, mais plutôt à transmettre de l’information, à mettre au jour des vérités et à mobiliser les gens. Cela fait maintenant vingt ans que McCullin a quitté les champs de bataille pour se consacrer au paysage et à la nature morte ; alors on pourrait s’attendre à ce qu’il accepte plus volontiers d’être qualifié d’artiste. » 

À propos de la commissaire
Ann Thomas est la commissaire de Don McCullin. Rétrospective. Conservatrice de la collection de photographies du Musée des beaux-arts du Canada, elle a organisé de nombreuses expositions et installations et est l’auteure de plusieurs catalogues et publications, dont  Lisette Model (1990), No Man’s Land. Les photographies de Lynne Cohen (2001), et Photographies modernistes du Musée des beaux-arts du Canada (2007). Elle a également dirigé la rédaction de Photographie et science. Une beauté à découvrir, (1996). En outre, Ann Thomas est co-auteure de plusieurs publications.

Catalogue
Un catalogue bilingue richement illustré accompagne l’exposition Don McCullin. Rétrospective. L’ouvrage relié de 120 pages contient un avant-propos du directeur général du MBAC, Marc Mayer, et un essai perspicace de Katherine Stauble, adjointe à la conservation Sobey au MBAC. En vente au prix de 25 $ à la Librairie du MBAC et en ligne à achatsMBAC.ca.

Vernissage
Le jeudi 31 janvier à 18 h
Ouverture officielle de l’exposition en compagnie du directeur du MBAC, de la commissaire, de Don McCullin et d’invités de marque. Dans le Grand Hall. Entrée libre.

Rencontre avec Don McCullin
Visitez l’exposition en compagnie du photojournaliste le vendredi 1er février à 12 h 15. En anglais avec période de questions bilingue.

Droits d’entrée
Les billets sont en vente dès maintenant au prix de 9 $ pour les adultes, 7 $ pour les aînés et les étudiants à temps plein, 4 $ pour les jeunes de 12 à 19 ans et 18 $ pour les familles (deux adultes et trois enfants). L’entrée est gratuite pour les enfants de 12 ans et moins et les Membres du Musée. Comprend les droits d’entrée pour la Collection du MBAC. Les billets sont disponibles par téléphone au 613-998-8888 ou au 1-888-541-8888 et sur achatsMBAC.ca.

Heures d’ouverture
Le MBAC est ouvert du mardi au dimanche de 10 h à 17 h et le jeudi jusqu’à 20 h. Fermé les lundis. Ouvert les lundis 18 février, 5 mars et 11 mars.

À propos du Musée des beaux-arts du Canada
Le Musée des beaux-arts du Canada abrite la plus importante collection d’œuvres d’art historiques et contemporaines canadiennes au monde.  En outre, il réunit la plus prestigieuse collection d’art européen du XIVe au XXIe siècle au Canada, d’importantes œuvres d’art américain, asiatique et indigène, ainsi qu’une collection mondialement réputée d’estampes, de dessins et de photographies.  Fondé en 1880, le Musée des beaux-arts du Canada joue un rôle clé sur la scène culturelle canadienne depuis plus d’un siècle. L’une de ses principales missions consiste à accroître l’accès à l’excellence en matière d’œuvres d’art pour tous les Canadiens. Pour ce faire, il propose un important programme d’expositions d'art itinérantes.  Pour obtenir de plus amples renseignements, rendez-vous au beaux-arts.ca.

— 30 —

À l’attention des médias seulement :
Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Josée-Britanie Mallet
Agente principale, Relations publiques et médiatiques
Musée des beaux-arts du Canada
613-990-6835
bmallet@beaux-arts.ca