Imprimer cette page Partager cette page

Robert Burley: La disparition de l’obscurité

- 16 octobre, 2013

Au Musée des beaux-arts du Canada

du 18 octobre 2013 au 5 janvier 2014

Artiste photographe canadien depuis 30 ans, réputé pour ses images d’architecture et de paysages, Robert Burley documente la disparition de l’industrie photographique argentique en Amérique du Nord et en Europe depuis 2005. Du 18 octobre 2013 au 5 janvier 2014, le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) présente Robert Burley. La disparition de l’obscurité, une exposition qui se concentre sur « ce moment historique où les changements technologiques ont redéfini le médium pour toujours » (Burley).

Produite par le Ryerson Image Centre, l’exposition Robert Burley. La disparition de l’obscurité s’intéresse à la disparition assez brutale de cette industrie centenaire. Les photographies couleur qui y sont réunies par la commissaire Gaëlle Morel évoquent les conséquences économiques tragiques résultant du passage de l’argentique au numérique. Un passage dont Burley est à la fois un observateur et un acteur.

L’exposition comporte une trentaine de tableaux photographiques de grand format d’espaces industriels désertés, dont l’usine de Kodak Canada à Toronto et d’autres usines fermées progressivement, y compris Kodak France, Agfa-Gevaert, Ilford et Palaroid. L’ensemble est accompagné de tirages Polaroid représentant les mêmes espaces déserté dans un face-à-face stimulant entre deux échelles de représentation. Les couleurs passées et la délicatesse des tirages Polaroid accentuent l’effet mélancolique et nostalgique du projet.

En outre, Robert Burley explore les potentialités infinies offertes par la technologie numérique, se réappropriant des vidéos et des photographies trouvées sur YouTube et Facebook. L’œuvre de Burley trouve un équilibre subtil entre la commémoration d’une technologie sur le point de disparaître – la photographie argentique – et la célébration des nouveaux outils numériques.

Enfin, les visiteurs de l’exposition verront l’intérêt que porte Robert Burley à l’aspect compact des bâtiments, dont l’architecture particulière permettait la production en masse des équipements photographiques, notamment dans l’obscurité. Les vues extérieures présentent des structures monolithiques imposantes et sans fenêtres, dénuées de toute présence humaine et de mouvement.

À propos de la commissaire
Gaëlle Morel, Ph. D., est conservatrice des expositions au Ryerson Image Centre (Toronto). Elle est titulaire d’un doctorat en histoire de l’art contemporain de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses travaux portent sur la reconnaissance artistique et culturelle de la photographie depuis les années 1970 et le modernisme photographique des années 1930.

En 2009, Gaëlle Morel a été commissaire invitée du Mois de la Photo à Montréal dont le thème était Les Espaces de l’image. Ses essais ont paru dans plusieurs magazines et ouvrages. En 2012, elle a organisé l’exposition Berenice Abbott présentée au Jeu de Paume à Paris et au Musée des beaux-arts de l’Ontario à Toronto et a dirigé la publication qui accompagnait l’exposition. Elle a aussi enseigné l’histoire de l’art contemporain et l’histoire de la photographie dans diverses universités en France et au Canada.

Catalogue
Un catalogue accompagne l’exposition Robert Burley. La disparition de l’obscurité. L’ouvrage, à la couverture rigide, comprend 175 pages et compte 65 illustrations en couleur. Édité par le Ryerson Image Centre et Princeton Architecture Press, on y retrouve plusieurs essais, dont un de la conservatrice associée de la photographie du MBAC, Andrea Kunard. Disponible en anglais seulement au prix de 57 $ + taxes à la Librairie du MBAC et en ligne à achatsMBAC.ca

Robert Burley en conversation avec Michel Campeau et Marc Mayer
Le samedi 26 octobre, venez entendre Robert Burley alors qu’il s’entretiendra avec le photographe Michel Campeau sur leurs expositions traitant de la disparition de la photographie analogue. Une conversation animée par le directeur général du MBAC, Marc Mayer. À 14 h 30, dans l’auditorium. Entrée libre.

Magazine MBAC
Le magazine en ligne du Musée des beaux-arts du Canada, magazinembac.ca, offre une mine de renseignements mise à jour fréquemment sur le monde de l’art canadien et les événements en cours au MBAC. Des correspondants de partout au pays créent un contenu exclusif, fascinant, traitant de l’art, historique comme contemporain, au Canada. On y trouve, entre autres des entrevues exclusives avec des artistes. Ce mois-ci, lisez l’excellent article Requiem pour la pellicule. Robert Burley et Michel Campeau et l’entretien avec l’artiste.
 
Branchez-vous sur Robert Burley. La disparition de l’obscurité
Suivez les plus récentes nouvelles au sujet de Robert Burley sur ses réseaux sociaux :
Facebook www.facebook.com/MuseedesbeauxartsduCanada
Twitter @beaux_arts_ca
#MBACburley

Droits d’entrée
Droits d’entrée : 12 $ pour les adultes, 10 $ pour les aînés et les étudiants à temps plein, 6 $ pour les jeunes de 12 à 19 ans et 24 $ pour les familles (deux adultes et trois jeunes). L’entrée est libre pour les enfants de moins de 12 ans et les Membres du Musée. Comprend les droits d’entrée pour la Collection du MBAC.

Heures d’ouverture
Le MBAC est ouvert du mardi au dimanche de 10 h à 17 h et le jeudi jusqu’à 20 h. Fermé les lundis. Ouvert le 11 novembre, jour du Souvenir, le lundi de l’Action de Grâce (le lundi 14 octobre) et du  26 au 31 décembre. Fermé le 25 décembre et le 1er janvier. Pour de plus amples renseignements, composer le 613-990-1985 ou le 1-800-319-ARTS.

À propos du Musée des beaux-arts du Canada
Le Musée des beaux-arts du Canada abrite la plus importante collection d’œuvres d’art historiques et contemporaines canadiennes au monde.  En outre, il réunit la plus prestigieuse collection d’art européen du XIVe au XXIe siècle au Canada, d’importantes œuvres d’art américain, asiatique et indigène, ainsi qu’une collection mondialement réputée d’estampes, de dessins et de photographies.  Fondé en 1880, le Musée des beaux-arts du Canada joue un rôle clé sur la scène culturelle canadienne depuis plus d’un siècle. L’une de ses principales missions consiste à accroître l’accès à l’excellence en matière d’œuvres d’art pour tous les Canadiens. Pour ce faire, il propose un important programme d’expositions d'art itinérantes.  Pour obtenir de plus amples renseignements, rendez-vous au beaux-arts.ca.

À propos du Ryerson Image Centre
Nouvelle destination culturelle de Toronto, le Ryerson Image Centre (RIC) est un centre d’excellence consacré aux expositions publiques, à la recherche, à l’étude et à l’enseignement de la photographie et de disciplines connexes, dont les nouveaux médias, l’art de l’installation et le cinéma. D’envergure internationale, le Ryerson Image Centre s’articule autour de trois volets interdépendants : un passionnant programme d’expositions publiques où des œuvres novatrices d’artistes professionnels canadiens et internationaux traitent d’enjeux sociaux, culturels, historiques et esthétiques; un centre de recherche international qui mène des travaux sur l’histoire de la photographie et des médias documentaires et propose un éventail de programmes d’ateliers, de conférences et de publications; et la collection, qui abrite les tirages noir et blanc de la célèbre Black Star Collection de photojournalisme ainsi que d’importantes photographies d’art et des fonds d’archives d’artistes. Le nouveau bâtiment du centre, digne des grands musées, comporte environ 4 500 pieds carrés d’espaces d’exposition; un grand hall pour les conférences, les projections et les réceptions; une entrée vitrée à colonnade où l’on retrouve le Salah J. Bachir New Media Wall, un mur de 16 pieds dédié aux nouveaux médias, visible de la rue; une réserve où la température et l’humidité sont contrôlées pour la collection en expansion; et un centre de recherche à la fine pointe doté d’un personnel professionnel. Cliquez ici pour voir une brève vidéo sur le Ryerson Image Centre. Pour obtenir de plus amples renseignements ou pour vous abonner à l’infolettre du Ryerson Image Centre, rendez-vous à www.ryerson.ca/ric.

— 30 —

À l’attention des médias seulement : Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Josée-Britanie Mallet
Agente principale,
Relations publiques et médiatiques
Musée des beaux-arts du Canada
613-990-6835
bmallet@beaux-arts.ca

 Erin Warner
Coordonnatrice
Communications et Administration
Ryerson Image Centre
416-979-5000, poste 7032
erin.warner@ryerson.ca