1940s

PRÉSENTATION AU PAYS D’ŒUVRES COMMÉMORATIVES DE LA GUERRE RÉALISÉES PAR DES ARTISTES CANADIENS

Dead German Soldier on the Hitler Line de Charles Comfort fait partie des 258 œuvres de 30 artistes de guerre officiels qui figurent dans l’exposition Exhibition of Canadian War Art, tenue par la Galerie en 1945. Parmi les autres artistes renommés participants, notons Alex Colville, Jack Nichols, Lawren Harris, Pegi Nicol McLeod et Molly Lamb.

Précédent Décennie | 1943 | 1945 | 1946 | 1948 | Suivant Décennie >>

1943

Haut de la page

CHANGEMENTS IMPORTANTS

Le Musée crée la Collection d’œuvres canadiennes commémoratives de la guerre.

Bien que les artistes puissent jouer un rôle important en documentant les activités de guerre dans des tableaux et des esquisses, aucune instance officielle ne prendra de mesure en ce sens durant les premières années du conflit. Les administrateurs de la Galerie soutiennent qu’il faut pallier cette lacune si l’on veut que le récit de l’histoire militaire canadienne soit véridique ou ait un effet réel sur le moral de nos forces armées, au Canada comme à l’étranger.

En janvier, le Cabinet approuve la Collection d’œuvres canadiennes commémoratives de la guerre. Deux nouveaux comités sont chargés d’administrer le projet, l’un au Canada et l’autre à Londres. Présidé par Harry Orr McCurry, alors directeur de la Galerie, le comité canadien doit trouver des artistes dont l’œuvre serait acceptable sur le plan esthétique, contrôler l’activité de ces créateurs au Canada et leur fournir tout le matériel nécessaire aux frais de l’État. Le comité d’outre mer, à Londres, doit veiller à l’activité des artistes dans les théâtres d’opérations, en plus de rassembler et d’inventorier leurs œuvres lorsqu’elles sont terminées.

1945

Haut de la page

EXPOSITIONS

Le Musée des beaux-arts inaugure l’exposition intitulée Exhibition of Canadian War Art, qui rassemble 258 œuvres d’art réalisées au cours de la Seconde Guerre mondiale par 30 des artistes de guerre officiels du Canada.

Bien que « des milliers de Britanniques et d’Italiens aient vu les œuvres canadiennes en question » avant la tenue de l’exposition, peut-on lire dans le Globe & Mail du 15 février 1945, « les Canadiens eux-mêmes n’avaient jamais eu jusque-là l’occasion d’admirer le patrimoine que l’on bâtissait pour eux sous la forme d’archives visuelles témoignant du rôle joué par leur pays dans le conflit mondial ».

1946

Haut de la page

COLLECTIONS

Robert J. Hubbard devient le premier conservateur d’art canadien de la Galerie. En qualité de premier conservateur formé professionnellement, il mise sur l’achat d’œuvres canadiennes plus anciennes, dont Thayendanegea (Joseph Brant) de William Berczy.

Dans la première décennie d’après guerre, la collection de la Galerie s’enrichit à un rythme exceptionnel. L’institution se dote aussi d’une collection colossale d’œuvres sur le thème de la guerre.

1948

Haut de la page

COLLECTIONS

Le Dr James MacCallum lègue à la Galerie 134 œuvres canadiennes, la plupart de Tom Thomson et du Groupe des Sept.