Imprimer cette page Partager cette page

Gabor Szilasi. L’éloquence du quotidien

Ottawa (Ontario) - 7 octobre, 2009

Au Musée des beaux-arts du Canada
Du 9 octobre 2009 au 17 janvier 2010

UN APERÇU PÉNÉTRANT DES 50 DERNIÈRES ANNÉES DE CARRIÈRE
DE L’IMPORTANT PHOTOGRAPHE CANADIEN GABOR SZILASI

Partout et toujours, Gabor Szilasi fixe son objectif sur les gens et les lieux « ordinaires » du présent. Le photographe trouve de la beauté dans la banalité et il s’emploie à documenter une société en perpétuelle évolution. Gabor Szilasi. L’éloquence du quotidien est organisée conjointement par le Musée canadien de la photographie contemporaine (MCPC) et le Musée d’art de Joliette. Présentée par Pratt & Whitney Canada, cette exposition de 124 photographies produites par l’artiste au cours des 50 dernières années est à l’affiche jusqu’au 17 janvier 2010 dans les salles du MCPC du Musée des beaux-arts du Canada (MBAC).

Le droit d’entrée au MBAC inclut l’accès à l’exposition. L’entrée au Musée est libre le jeudi de 17 h à 20 h. Pour visionner une entrevue avec l’artiste en balado ou pour obtenir de plus amples détails sur l’exposition, rendez-vous au mcpc.beaux-arts.ca/szilasi.

« L’œuvre photographique de Gabor Szilasi occupe une place prédominante dans la collection du MCPC depuis les tout premiers jours de sa constitution à la fin des années 1960 », a indiqué la directrice du MCPC, Martha Hanna. « Szilasi a été et continue d’être un catalyseur pour le milieu de la photographie au Québec et plus particulièrement à Montréal. C’est avec beaucoup d’enthousiasme que nous présentons cette exposition, qui se rendra ensuite au Musée McCord et à la Kelowna Art Gallery dans le cadre du programme En tournée du Musée des beaux-arts du Canada. »

« Pratt & Whitney Canada est fière de présenter les oeuvres exceptionnelles de Gabor Szilasi qui portent sur les 50 dernières années », a déclaré John Wyzykowski, vice-président, Mississauga et Programmes de turbosoufflantes, Pratt & Whitney Canada. « Nous sommes aussi fiers de soutenir l'excellence dans le secteur des arts et nous appuyons les programmes qui stimulent la vie culturelle de nos collectivités et qui reflètent les valeurs de l'entreprise en ce qui concerne l'innovation, la durabilité et les technologies de pointe. »

Gabor Szilasi, figure emblématique de la photographie canadienne
Né en Hongrie en 1928, Gabor Szilasi, principalement autodidacte, s’initie à la photographie dans sa ville natale de Budapest. À 29 ans, Szilasi immigre au Canada en tant que réfugié, fuyant la Hongrie et le régime communiste. Après s’être installé à Montréal où il vit depuis, Szilasi est engagé comme photographe officiel par l’actuel Office du film du Québec pour documenter un large éventail de sujets : vaches et foires agricoles; travaux routiers et construction immobilière; événements spéciaux tels que les visites de la reine Élizabeth et de Charles de Gaulle à l’Expo 67.

Dans ces nombreuses excursions photographiques, Szilasi emportera toujours avec lui deux appareils photo : l’un pour ses affectations officielles et l’autre pour réaliser des images d’intérêt personnel. Il maintiendra cette autodiscipline à l’égard de son art durant les longues années où il enseignera la photographie au Cégep du Vieux-Montréal et à l’Université Concordia. Aujourd’hui, toujours actif à 81 ans, Gabor Szilasi  continue de créer et d’exposer de nouvelles œuvres.

Gabor Szilasi. L’éloquence du quotidien
Organisée par le commissaire David Harris, Gabor Szilasi. L’éloquence du quotidien réunit portraits, intérieurs résidentiels et commerciaux, paysages urbains et images de la vie rurale. L’exposition comprend aussi des portraits d’ambiance, un genre photographique dans lequel le décor — l’endroit où vit ou travaille une personne ou même un lieu public — joue un rôle essentiel dans la représentation du sujet. L’exposition s’articule autour de trois thèmes géographiques : la Hongrie, le Québec rural et Montréal. 

La Hongrie
Gabor Szilasi fait ses premières armes en photographie à Budapest. Ses sujets de prédilection sont ses amis et sa famille ainsi que des vues pittoresques de la ville et ses marchands ambulants. Des œuvres telles que Motocyclistes au lac Balaton (1954) révèlent la réaction spontanée et inspirée de l’artiste face aux circonstances du moment et témoignent de l’affirmation graduelle de son regard de photographe.

Szilasi retournera à plusieurs reprises à Budapest au cours des années 1980 et 1990. Habité par ce qu’il appelle « des sentiments mitigés de curiosité et de nostalgie », mais motivé par le désir de raccorder son passé personnel au présent, il parvient à documenter les rues, bâtiments, parcs et gens qu’il avait connus avant d’immigrer au Canada.
 
Le Québec rural
Ce qui avait commencé comme une étude relativement modeste d’une simple communauté évoluera au fil du temps pour devenir un énorme document socioculturel des années 1970. Le travail de Szilasi de cette époque représente l’une de ses plus importantes contributions à la photographie canadienne. Un point saillant de cette section est la photographie de Mme Alexis (Marie) Tremblay dans sa chambre à coucher, Île-aux-Coudres, Charlevoix, septembre-octobre 1970. Dans cette œuvre, peut-être la plus connue de Szilasi, l’artiste utilise le miroir de l’armoire et la photo encadrée de Mme Tremblay jeune femme pour créer une image d’une grande complexité spatiale et richesse psychologique.

Montréal
Dans les années 1970, Szilasi photographie également la rue Sainte-Catherine au cœur du secteur commercial montréalais. Pour représenter l’ensemble disparate de bâtiments commerciaux, religieux et institutionnels qui longent cette rue, il utilise une chambre photographique de 4 x 5 pouces. Durant les années 1980, il se sert d’un appareil panoramique pour illustrer les qualités et caractéristiques de divers espaces urbains qu’il découvre à travers la ville. Szilasi réalise ensuite des photographies en couleurs d’immeubles ornés d’enseignes électriques et au néon, qui contrastent de façon marquée avec ses travaux plus austères en noir et blanc.

Tout au long de sa vie quotidienne à Montréal, Szilasi constituera une collection de portraits personnels à caractère biographique qui lèvent le voile sur les intérêts, amis et relations professionnelles de l’artiste. Les photographies représentent des membres de sa famille, par exemple sa femme, Doreen Lindsay, et leur fille Andrea, ainsi que de proches amis et voisins, des collègues photographes et artistes, notamment Sam Tata et Guido Molinari.

Le Musée des beaux-arts du Canada remercie ses partenaires
Le Musée des beaux-arts du Canada est reconnaissant de l’appui généreux de Pratt & Whitney Canada et de l’appui de ses partenaires médiatiques : la Télévision de Radio-Canada, CBC Television, The Ottawa Citizen et Le Droit.

Catalogue 
Un catalogue de 240 pages richement illustré, disponible en anglais et en français, accompagne l’exposition. Il contient une biographie détaillée qui explore les différentes facettes de la vie personnelle et professionnelle de Szilasi. Prix : 55 $, en vente à la Librairie du Musée ou en ligne au www.AchatsMBAC.ca.

Rencontre avec le conservateur
Le vendredi 9 octobre à 12 h 15, le commissaire de l’exposition et professeur associé à la School of Image Arts, Ryerson University, Toronto, parlera de l’exposition. Dans les salles de l’exposition. En anglais suivi d’une période de question bilingue. Compris avec le droit d’entrée au Musée.

Rencontre avec l’artiste
Le vendredi 9 octobre à 13 h 30, venez entendre Gabor Szilasi parler de son œuvre dans la salle d’exposition. En français avec période de questions bilingue. Compris avec le droit d’entrée au Musée.

Droit d’entrée
Adultes : 9 $; aînés et étudiants: 7 $, jeunes de 12 à 19 ans: 4 $, familles (2 adultes et 3 jeunes): 18 $. Entrée libre pour les enfants de moins de 12 ans et les Membres du Musée. Entrée libre tous les jeudi à compter de 17 h.

Heures d’ouverture
Ouvert du mardi au dimanche de 10 h à 17 h, et jusqu’à 20 h le jeudi. Fermé le lundi, à l’exception du lundi 12 octobre (Action de Grâce) et du lundi 28 décembre. Ouvert à compter de midi le mercredi 11 novembre (Jour du Souvenir). Fermé à compter de 16 h le jeudi 24 décembre. Fermé le vendredi 25 décembre (Noël) et le vendredi 1er janvier (Nouvel An).

À propos du Musée canadien de la photographie contemporaine
C’est grâce à l’achat, à la cession et au don de photographies d’art et documentaires les plus remarquables d’artistes canadiens que la collection du MCPC compte aujourd’hui plus de 17 700 photographies et 144 000 négatifs et transparents. La plupart des expositions présentées à Ottawa prennent ensuite l’affiche à divers endroits au Canada et à l’étranger grâce au programme En tournée du Musée des beaux-arts du Canada. Pour obtenir de plus amples renseignements, rendez vous au .

À propos du Musée des beaux-arts du Canada
Le Musée des beaux-arts du Canada abrite la plus importante collection d’œuvres d’art historiques et contemporaines canadiennes au monde. En outre, il réunit une prestigieuse collection d’œuvres d’art indigène, occidental et européen du 14e siècle au 21e siècle, ainsi que d’art américain et asiatique, et de dessins et de photographies. Fondé en 1880, le MBAC compte parmi les plus anciennes institutions culturelles du pays. Fidèle à son mandat de rendre l’art canadien accessible partout au pays, il organise l’un des plus importants programmes d’expositions itinérantes au monde.

– 30 –

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Marie Lugli
Agente principale intérimaire, Relations publiques et médiatiques
Musée des beaux-arts du Canada
613-990-6835

Josée-Britanie Mallet
Gestionnaire intérimaire, Communications et relations publiques
Musée des beaux-arts du Canada
613-990-7081