Imprimer cette page Partager cette page

Carl Beam au Musée des beaux-arts du Canada du 21 octobre 2010 au 16 janvier 2011

Ottawa - 21 octobre, 2010

Une exposition qui rassemble les chefs-d’œuvre de l'artiste qui a été une voix puissante de l’art contemporain au Canada

Personnalité marquante de l’art contemporain au Canada et chef de file d’un nouveau discours assertif sur l’art des Premières Nations, Carl Beam explore par son art les aspects intellectuels et philosophiques qui relient les cultures. Son œuvre est une puissante réflexion sur la place de l’être humain dans l’univers telle que définie par la culture indigène et d’autres cultures. Personnelle, autoréférentielle même, sa démarche témoigne également d’une prise de conscience des grandes préoccupations communautaires et mondiales. Jusqu’au 16 janvier 2011, le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) présente Carl Beam, une exposition qui rassemble une cinquantaine des œuvres les plus remarquables de l’artiste contemporain canadien d’origine anishnabée décédé en 2005, y compris cinq acquises cette année par le Musée. Pour en savoir davantage, visitez le site Internet consacré à l’exposition au www.beaux-arts.ca/beam

Couvrant l’ensemble de sa carrière jusqu’au début des années 2000, l’exposition met en lumière les recherches de Beam sur les aspects métaphysiques des cultures occidentales et autochtones, tout en illustrant avec force la présence imposante de toutes ses créations – de ses peintures monumentales à ses bandes vidéo, en passant par ses constructions et par ses céramiques. L’esthétique de son travail, qui se rapproche davantage du geste expressif des couches de  Rauschenberg que des formes traditionnelles des peintres anishnabeks de l’école de Woodland, arrive à nous surprendre puisque Beam combine avec une rare maîtrise une iconographie variée qui exprime une profonde réflexion sur l’art contemporain et sur notre condition contemporaine postcoloniale et postmoderne.

« L’œuvre de Carl Beam occupe une place singulière dans l’histoire de l’art canadien de même qu’au sein de la collection du Musée des beaux-arts », a indiqué le directeur du MBAC, Marc Mayer. « Beam a été une voix puissante de l’art contemporain au Canada, un artiste anishnabée d’une grande importance qui a puisé à toutes les ressources culturelles qui s’offraient à lui pour créer un inoubliable corpus d’œuvres de dimension  universelle. »

Carl Beam : La poétique d’être
Organisée par le conservateur de l’art indigène, Fonds Audain du MBAC, et responsable du département, Greg A. Hill, l’exposition s’articule autour de cinq thèmes principaux, Le projet Christophe Colomb, un immense corpus d’œuvres qu’il a réalisées à ses débuts - dont le tableau magistral l'Iceberg nord-americain acheté par le Musée en 1986 et première œuvre contemporaine d'un artiste des Premières Nations à faire partie de la collection -, qui remet en question les hypothèses historiques dominantes et réexamine la signification de l’arrivée de Christophe Colomb en Amérique du Nord et ses répercussions à long terme sur les peuples autochtones des Amériques;

Communications par les plantes et Marges : Le gîte et le couvert, et La baleine de notre être, qui présentent des œuvres à travers lesquelles Beam examine les rapports entre les humains et leur environnement; et Carrefours, la dernière série d’œuvres à laquelle travaille l’artiste et qui offre une méditation sur la gloire et la célébrité. L’exposition regroupe également des bols en céramique à travers lesquels l’artiste a développé davantage ses thématiques et qui montrent son intérêt pour la tradition des anciens potiers anasazis (200 – 1300) et mimbres (1000 – 1150) du sud-ouest des États-Unis de même que les recherches qu’il a faites sur les techniques et les motifs de cette tradition. En outre, on retrouve des bols qu’il a réalisés plus tard avec de l’argile et des pigments de l’île Manitoulin et pour lesquels il a eu recourt aux procédés japonais de cuisson et d’émaillage.

« Beam est réputé pour la manière dont il lie, dans son œuvre, les références culturelles, historiques et politiques aux grands problèmes mondiaux », explique le commissaire de l’exposition, Greg A. Hill, dans son introduction du catalogue qui accompagne l’exposition. « Il le fait par la méthode du koan – une forme d'écriture issue du bouddhisme zen qui consiste en une composition de mots sans lien logique apparent – pour provoquer la contemplation et, par suite, la prise de conscience du fait que les vérités et les réalités sont multiples. Pourtant, son but n’est pas d’instruire, mais plutôt d’offrir une multitude d’indications visuelles et textuelles permettant de construire de multiples sens. »

Dès les années 1970, Carl Beam s’impose comme l’un des leaders d’un nouveau discours artistique affirmé qui conteste la tendance de l’époque à marginaliser l’art contemporain autochtone. Au cours des trois décennies qui suivront, son approche philosophique de l’art contemporain s’exprime surtout par le biais d’une critique de la place de la raison et de l’instrumentalisation dans l’expansion coloniale de la société occidentale. L’art de Beam puise dans les traditions anishinabeks en ce qu’il reconnaît le rôle vital des rêves, la place des aides spirituelles et les enseignements de son ascendance autochtone. En même temps, il tisse des liens intellectuels entre la pensée philosophique de l’Occident et les traditions anishinabeks. À une société hypnotisée par l’attrait d’une utopie technologique fugace, Beam oppose la permanence inflexible du monde naturel. Il crée un espace temporel mesuré par des notions de temps fondées sur des forces naturelles plutôt que sur les systèmes linéaires de mesure du temps qui régissent la civilisation occidentale.

Commissaire de l’exposition
Premier autochtone à occuper le poste de conservateur de l’art indigène au Musée des beaux-arts du Canada, c’est en 2000 que Gregory A. Hill entreprend sa carrière au Musée en participant à la représentation de l'art autochtone dans les salles d’art canadien. En 2002, il devient conservateur adjoint de l’art contemporain et se consacre alors à la création d’une collection d'art autochtone au Musée. En août 2007, le Musée lui confie le poste de conservateur et chef du département de l’art indigène dédié à l’avancement et la représentation de l’art indigène au sein de la collection du Musée

Dans le cadre de ses fonctions actuelles, M. Hill met sur pied des expositions d’art indigène – Premières Nations, métis, et inuit du Canada et d’ailleurs dans le monde – tout en effectuant des recherches, en gérant la collection d’art indigène et enrichissant cette dernière grâce à de nouvelles acquisitions. Jusqu'à maintenant, il a contribué à enrichir la collection en acquérant de nombreuses œuvres majeures. Il a également mis sur pied avec succès plusieurs expositions, dont Norval Morrisseau, artiste chaman, en 2006. Natif de Fort Erie (Ontario), Gregory A. Hill est un Kanyen’kehaka (Mohawk) du territoire des Six Nations de la rivière Grand.

Carl Beam en tournée
L’exposition Carl Beam sera également mise en tournée dans les institutions muséales suivantes :

  • Museum of Anthropology, University of British Columbia, Vancouver : du 7 avril au 29 mai 2011
  • Winnipeg Art Gallery, Winnipeg : du 30 juin au 11 septembre 2011
  • National Museum of the American Indian, New York : d’octobre 2011 à janvier 2012
  • MacKenzie Art Gallery: de septembre à novembre 2012
  • Thunder Bay Art Gallery, Thunder Bay : de janvier à mars 2013

Rencontre avec le conservateur
Le vendredi 22 octobre à 12 h 15
Visite de l’exposition Carl Beam en compagnie de Greg A. Hill, conservateur de l’art indigène, Fonds Audain, et commissaire de l’exposition. En anglais. Également à 14 h en français avec Béatrice Djahanbin, agente d’éducation. Compris avec le droit d’entrée au Musée.

Documentaire : Aakideh: The Art and Legacy of Carl Beam (2010)
Le dimanche 14 novembre à 14 h (durée : 65 minutes)

Présenté en avant-première, ce documentaire en anglais est un portrait intime et révélateur de Carl Beam et de la richesse de sa pratique artistique. Sa femme Ann et sa fille Anong, toutes deux artistes, témoignent de sa vie et de sa carrière. Suivi d'une discussion avec les réalisateurs Paul Eichhorn et Robert Waldeck, l'artiste Ann Beam et le conservateur Greg Hill. Période de questions bilingue. À l'Auditorium. Entrée libre. Film également présenté le dimanche 16 janvier à 14 h.

Catalogue
Un catalogue comportant des essais du commissaire Greg A. Hill et de conservateurs et de chercheurs autochtones de premier plan, – Gerald McMaster, Virginia Eichhorn, Alan Corbiere et Crystal Migwans, et Ann Beam – , accompagne l’exposition. Intitulé Carl Beam. La poétique d’être, l’ouvrage à la couverture souple de 140 pages en couleurs est en vente à la Librairie du Musée des beaux-arts du Canada au prix de 50 $, plus taxes, et au http://www.achatsMBAC.ca, la boutique en ligne du Musée.

À propos du Musée des beaux-arts du Canada
Le Musée des beaux-arts du Canada abrite la plus importante collection d’œuvres d’art historiques et contemporaines canadiennes au monde, notamment l’imposante collection du Musée canadien de la photographie contemporaine.  En outre, il réunit la plus prestigieuse collection d’art européen du XIVe au XXIe siècle au Canada, d’importantes œuvres d’art américain, asiatique et indigène, ainsi qu’une collection mondialement réputée d’estampes, de dessins et de photographies.  Fondé en 1880, le Musée des beaux-arts du Canada joue un rôle clé sur la scène culturelle canadienne depuis plus d’un siècle. L’une des ses principales missions consiste à accroître l’accès à l’excellence en matière d’œuvres d’art pour tous les Canadiens. Pour ce faire, il propose le plus important programme d’expositions d'art itinérantes au monde.  Pour obtenir de plus amples renseignements, rendez-vous au http://www.beaux-arts.ca.

– 30 –

Source : Greg A. Hill, Conservateur, Art Indigène, Fonds Audain, Musée des beaux-arts du Canada

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Josée-Britanie Mallet
Agente principale des Relations publiques et médiatiques
Musée des beaux-arts du Canada
613-990-6835
bmallet@beaux-arts.ca  

Claire Schofield
Gestionnaire, Communications et Relations publiques
Musée des beaux-arts du Canada
613-990-7081
cschofield@beaux-arts.ca

Twitter: http://twitter.com/beaux_arts_ca #BeamMBAC
Facebook: http://www.facebook.com/MuseedesbeauxartsduCanada
youtube: http://www.youtube.com/mbacmedia