Imprimer cette page Partager cette page

Emily est arrivée à Ottawa !

Ottawa - 31 mai, 2006

Du 2 juin au 4 septembre 2006, le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) a le plaisir de vous convier à une rencontre particulière avec l'artiste Emily Carr (1871-1945). L'exposition Emily Carr. Nouvelles perspectives propose différents points de vue sur cette artiste de la côte ouest canadienne, célébrée tout autant comme peintre, écrivaine, féministe et interprète de sa province d’origine. Cette exposition est présentée par la Financière Sun Life et est le fruit d’un partenariat entre le Musée des beaux-arts du Canada et la Vancouver Art Gallery (VAG), qui célèbre en 2006 son 75e anniversaire.

L'exposition Emily Carr. Nouvelles perspectives est le fruit d'un travail de collaboration entre Johanne Lamoureux, professeure d'histoire de l'art à l'Université de Montréal, Charlie Hill, conservateur d'art canadien au Musée des beaux-arts du Canada et Ian Thom, conservateur à la Vancouver Art Gallery.

« Le point de départ de cette exposition est un questionnement fort intéressant sur le travail de conservation et comment les différentes expositions ayant révélé Carr ont aussi collaboré à construire un portrait de l'artiste et de ses préoccupations », explique le directeur du Musée des beaux-arts, M. Pierre Théberge.

L'exposition met en vedette quelque 200 objets peintures, dessins, aquarelles, caricatures, oeuvres en céramique, sculptures, tapis crochetés, livres, cartes géographiques, photographies et documents éphémères parmi lesquels environ 150 oeuvres d'art créées par Carr et tirées des collections du MBAC, de la VAG et d'autres grandes institutions au pays.

Plutôt que de présenter les oeuvres de façon essentiellement chronologique, l'exposition propose un parcours en trois temps qui met en lumière des moments charnières de l'oeuvre de Carr, dont son apparition sur la scène nationale, la première interprétation historique de son oeuvre et les ré-interprétations contemporaines.

Dans un premier temps, vous pourrez contempler une reconstitution partielle de l'exposition de 1927, L'art de la côte ouest du Canada : autochtone et moderne. Cette exposition affirmait que la production artistique des Premières nations de la côte nord-ouest était « une des plus précieuses » du Canada et qu'elle pouvait être une source d'inspiration pour un art national fait par des artistes non autochtones. Selon M. Théberge, « cette première exposition de Carr au MBAC a non seulement révélé Carr au public canadien, mais elle a aussi permis à l'artiste de rencontrer ses contemporains, dont Lawren Harris du Groupe des Sept qui jouera un rôle important dans la poursuite de la carrière de l'artiste. »

La seconde section est inspirée de l'exposition commémorative de 1945, Emily Carr Memorial Exhibition, qui fut présentée l'année du décès de l'artiste à l'Art Gallery de Toronto et fut organisée en grande partie par Lawren Harris. Dans cette exposition, Emily Carr est présentée comme une artiste moderniste canadienne, inspirée par son environnement immédiat comme l’était le Groupe des Sept. L'exposition met en relief l'approche subjective, plutôt qu'ethnologique de Carr et son interprétation de plus en plus spiritualiste de la nature qui se manifeste dans ses peintures par les lignes ondoyantes des sous-bois, les arbres élancés et les ciels agités.

Enfin, la troisième partie de l'exposition propose une interprétation contemporaine des thèmes abordés par l'artiste. Ainsi, les arbres et les ciels de l'artiste sont juxtaposés au contexte de l'industrie forestière de la Colombie-Britannique des années 1930. Ensuite, on pourra observer, côte à côte, l'imagerie que lui ont inspirée les mâts totémiques et les villages amérindiens et celle d'artistes qui l'ont précédée. Ces mêmes monuments ont fait l'objet d'intenses campagnes de publicité de la part de l'industrie touristique de l'époque. Puis, vous découvrirez l'image d'Emily Carr, par ses caricatures, ses autoportraits et ses écrits, mais aussi par le bais de la perception de ses amis, de la critique et de quelques générations d'amateurs d'art.

« La Financière Sun Life est heureuse de présenter cette exposition, une occasion unique de célébrer notre pays, notre art, notre patrimoine et nos richesses naturelles », déclare Donald A. Stewart, chef de la direction, Financière Sun Life.

Un catalogue entièrement illustré, un audioguide Bell en français et en anglais, un symposium académique et des activités pour toute la famille s'ajoutent à l'exposition. De plus, veuillez prendre note que toutes les Emily du monde, peu importe l'orthographe du prénom, peuvent voir l'exposition gratuitement lorsqu'elles sont accompagnées ! Il ne suffit que de montrer une pièce d'identité à l'achat du billet.

Après sa présentation à Ottawa, Emily Carr. Nouvelles perspectives prendra l'affiche à la Vancouver Art Gallery (7 octobre 2006 au 7 janvier 2007), au Musée des beaux-arts de l'Ontario (24 février au 20 mai 2007), au Musée des beaux-arts de Montréal (21 juin au 23 septembre 2007) et finalement au Glenbow Museum (25 octobre 2007 au 26 janvier 2008).

Le Musée des beaux-arts du Canada souhaite remercier la Financière Sun Life, les partenaires médiatiques de l'exposition, soit la Télévision de Radio-Canada, CBC Television, Le Droit et The Ottawa Citizen. Cette exposition est rendue possible grâce au soutien de Patrimoine Canadien et de son programme d'indemnisation pour les expositions itinérantes au Canada.