Imprimer cette page Partager cette page

L'artiste Cai Guo-Qiang transforme l'Espace Shawinigan

Shawinigan, Québec - 8 juin, 2006

Imaginez une exposition dans un espace de la longueur d’un terrain de football et qui inclut des voitures qui flottent entre ciel et terre, des tigres bondissants, des vidéos, des photos et des dessins. C'est ce que l'Espace Shawinigan (à Shawinigan, Québec) du Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) vous propose, du 10 juin au 1er octobre 2006, avec Cai Guo-Qiang. Déroulement. Cai Guo-Qiang [prononcé saï gwo-chang] est un artiste d’origine chinoise qui habite et travaille à New York; il reconnu mondialement pour ses projets pyrotechniques ambitieux, ses dessins à la poudre noire, ainsi que ses sculptures et ses installations théâtrales gigantesques.

« Cette exposition porte sur un artiste qui jouit d'une renommée internationale. Elle constitue une innovation exaltante pour la programmation estivale du Musée des beaux-arts à l'Espace Shawinigan », commente Pierre Théberge, directeur du MBAC et conservateur de l'exposition.

Comme une peinture chinoise sur rouleau, les installations de Déroulement doivent être parcourues de droite à gauche. Une peinture du père de l'artiste, dans la tradition du long rouleau horizontal chinois, ouvre l'exposition et donne le ton. « Cai Guo-Qiang a créé, pour remplir l'immensité des salles de l'Espace Shawinigan, un long rouleau contemporain que le visiteur déroule par ses propres déplacements dans le temps et l'espace, mais aussi en recréant le parcours dans son esprit », explique M. Théberge.

On découvre ensuite la pièce maîtresse Inopportun. Stade un (2004). Cette installation hors du commun est composée de neuf voitures blanches identiques, suspendues dans les airs et transpercées de tubes lumineux qui émettent une myriade éclatante de lumières colorées. Les voitures semblent recréer neuf mouvements séquentiels d'une explosion. La dernière voiture de la séquence atterrit sans heurt, intacte, suggérant l'idée d'un cycle qui peut se répéter sans cesse.

À la suite du premier stade d'Inopportun se trouve l'oeuvre Tapis volant (2005), qui plane au-dessus du spectateur, figée sous l'impulsion de quelque 200 flèches. Cette oeuvre amène le visiteur à la seconde installation d'importance, Inopportun. Stade deux (2004), où neuf tigres grandeur nature bondissent dans les airs reproduisant en quelque sorte le mouvement des voitures de la première installation. Des centaines de flèches transpercent les félins. À la fois d'une beauté sublime et d'une horreur intense, les félins, arqués dans un ultime spasme, évoquent la quête de bravoure et d'héroïsme qui anime l'artiste.

À la fin du déroulement du parcours, on trouve l'oeuvre Reflet. Un don d'Iwaki (2004) qui met en scène un bateau de pêche japonais, renfloué du fond de l’océan et duquel s'érigent des milliers de fragments de statuettes de porcelaine de la déesse bouddhiste, Bodhisattva Guanyin. Ces statuettes proviennent de Dehua, un des principaux lieux de production de céramique de la province d'origine de l'artiste, Fujian en Chine. « Les oeuvres de Cai Guo-Qiang juxtaposent traditionnel et contemporain et il en résulte des installations à la fois spectaculaires et riches de sens », conclut M. Théberge.

Cette exposition est organisée par le Musée des beaux-arts du Canada, en collaboration avec le Musée d’art contemporain du Massachussets (MASS MoCA) et est le fruit du travail de conservation du directeur du MBAC, Pierre Théberge, avec l’assistance de Mayo Graham, directrice du rayonnement national et des relations internationales au MBAC, et de Jonathan Shaughnessy, conservateur adjoint, art contemporain, au MBAC.

Les deux stades d'Inopportun, tout comme la vidéo Illusion (2004) aussi présentée à Shawinigan, ont été dévoilées pour la première fois au MASS MoCA en 2004. L’oeuvre Tapis Volant est un prêt de la MARta Herford, Herford, Allemagne, où elle a été présentée en 2005. Réflexion a été exposée en 2004 à la gallerie Freer & Sackler du Smithsonian Institution à Washington DC.

Un catalogue entièrement illustré et un audioguide Bell bilingue complètent l'exposition.

L'Espace Shawinigan fait partie du complexe de la Cité de l'énergie et est un lieu d'exposition géré par le Musée des beaux-arts du Canada.