Imprimer cette page Partager cette page

Terre sauvage. La peinture de paysage au Canada et le groupe des sept est inaugurée à Mexico

Ottawa, Canada - 5 août, 1999

COMMUNIQUÉ

"Terre Sauvage: Canadian Landscape Painting and the Group of Seven Premieres in Mexico"
 
 
Terre sauvage. La peinture de paysage au Canada et le Groupe des Sept, une exposition mettant à l'honneur des œuvres majeures du Groupe des Sept, sera à l'affiche au Museo de arte moderno, à Mexico, du 26 août au 31 octobre 1999. Organisée par le Musée des beaux-arts du Canada aux fins d'une tournée internationale en 1999-2000, l'exposition comprend des œuvres importantes de Tom Thomson, Lawren S. Harris, J.E.H. MacDonald, Franklin Carmichael, Frank Johnston, Arthur Lismer, Fred Varley et A.Y. Jackson. Le Musée des beaux-arts remercie chaleureusement de sa collaboration l'Ambassade canadienne à Mexico, dont les efforts dévoués ont aidé à réaliser cette présentation. Le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada, la Canadian Pacific Charitable Foundation et dix-huit autres généreux commanditaires ont également soutenu l'exposition.
Le titre du tableau d'A.Y. Jackson, Terre sauvage (1913), qui figure dans l'exposition, exprime bien la dimension du paysage qui était si chère au Groupe des Sept. Lorsque l'œuvre a été exposée en 1920, un observateur a écrit : « C'est la chose la plus mélancolique et la plus près de l'âme scandinave qui soit, dans une exposition où la mélancolie et l'âme nordique dominent. » Optant pour une mise en scène décorative des éléments les plus intimes du paysage, les artistes canadiens ont peint les rivières tumultueuses et les marécages à castors, les arbres chargés de neige, les feuillages d'automne éclatants de couleurs et les ciels nordiques spectaculaires, dont Paysage décoratif (1917) de Lawren Harris offre une interprétation marquante. Le côté plus austère de la nature canadienne est mis en relief dans un tableau de Tom Thomson, Terre brûlée (1915-1916). Les soixante-quinze tableaux qui composent cette exposition remarquable proviennent de plusieurs collections canadiennes, l'essentiel émanant du Musée des beaux-arts du Canada. C'est la première fois depuis 1960 que des œuvres du Groupe des Sept sont exposées au Mexique.

« Les peintures du Groupe des Sept proposent des représentations du patrimoine culturel et de l'expérience du Canada, a déclaré Pierre Théberge, directeur du Musée des beaux-arts du Canada. Toutefois, comme leurs œuvres n'ont pas circulé à l'étranger au cours des dernières décennies, le Groupe n'a pas obtenu la reconnaissance internationale qu'il mérite. Cette exposition constitue une rare occasion offerte au public d'autres pays, de voir des œuvres phares de ces éminent artistes. »

Les artistes se sont assemblés pour la première fois à Toronto vers 1913 : Tom Thomson, Lawren S. Harris, J.E.H. MacDonald, Franklin Carmichael et Frank Johnston étaient originaires de différentes régions de l'Ontario; Arthur Lismer et Fred Varley étaient du Sheffield, en Angleterre; et A.Y. Jackson, de Montréal, au Québec. Ils étaient guidés par un idéal commun : créer un art qui exprime le caractère unique du Canada et de ses habitants.

Le Groupe des Sept a voyagé et a fait de la peinture dans tout le Canada. Ses expositions circulaient partout au pays et à l'étranger et ses membres martelaient, dans leur conférences et leurs articles, que les arts étaient essentiels à l'essor et à la bonne compréhension d'une identité nationale. Appuyant les jeunes artistes indépendants au pays, le Groupe a joué un rôle de premier plan dans l'épanouissement de l'art moderne au Canada au cours des premières décennies du présent siècle.

Ce mouvement artistique canadien s'inscrivait dans des tendances internationales plus vastes qui ont vu plusieurs pays chercher à définir leur identité propre au moyen de la production artistique nationale. En Suède, au Canada, au Mexique et ailleurs, les artistes ont cherché à établir ce qu'avait d'unique leur milieu de vie et à le mettre en valeur. Empruntant aux mouvements d'art moderne en France et ailleurs les éléments qui convenaient à l'expression de leur culture indigène, ils ont tenté de créer un art qui refléterait vraiment l'identité nationale. En Suède et au Mexique, des cultures plus anciennes, l'histoire et la tradition ont été des éléments essentiels de cette nouvelle expression. Au Canada, pays relativement jeune, c'est la nature dans toute sa sauvagerie, c'est cette Terre sauvage qui a aidé à dessiner le visage collectif dont l'art s'est fait le miroir.

L'exposition comprend plusieurs belles esquisses à l'huile que les artistes ont peintes en voyage ainsi que des tableaux majeurs réalisés en atelier. Les visiteurs pourront voir les esquisses intimes aux couleurs somptueuses exécutées par J.E.H. MacDonald en 1912, ainsi que Un rapide dans le Nord (1913), qui témoigne des visées artistiques communes aux Canadiens et à des artistes suédois tels Gustav Fjaestad.

Après sa présentation à Mexico, l'exposition se rendra à Stockholm, Copenhague, Lillehammer et Göteborg.

Dans le cadre des échanges culturels continus entre le Canada et le Mexique, le Musée des beaux-arts du Canada accueillera L'art moderne mexicain, 1900-1950, du 25 février au 21 mai 2000. Cette exposition éblouissante mettra en vedette quelque 280 œuvres d'une grande diversité, par une cinquantaine d'artistes mexicains parmi les meilleurs qu'ait compté ce pays.
 
 
 
 
Karen Spierkel
Directrice des Affaires publiques
tél (613) 990-5050
kspierke@beaux-arts.ca
 
 
Karen Lisa Oxorn
agente aux communications
tél. (613) 990-6835
téléc. (613) 990-9824
koxorn@beaux-arts.ca
 
 
Ursula Thiboutot
chef, Communications
tél. (613) 990-3142
uthibout@beaux-arts.ca
 
 
 
Renseignements généraux
Musée des beaux-arts du Canada
tél. (613) 990-1985
info@beaux-arts.ca

380, promenade Sussex, Ottawa