Imprimer cette page Partager cette page

Flagrant délit. La performance du spectateur. Une exposition consacrée à la sculpture et à l’installation canadienne d’avant-garde

Ottawa - 15 octobre, 2008

Une table « vivante » qui suit vos moindres mouvements, une robe de métal qui s’illumine et dégage de la chaleur dès que vous l’approchez, un panneau couvert de milliers de compteurs analogiques qui se mettent à osciller au moment où ils captent votre présence, voilà quelques-unes des 17 grandes installations sculpturales que le public pourra découvrir cet automne dans Flagrant délit. La performance du spectateur, l’une des plus importantes expositions d’art contemporain jamais organisées par le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC).

Flagrant délit, qui prend l’affiche le 17 octobre et se poursuit jusqu’au 15 février 2009, réunit  des œuvres réalisées par onze artistes et collectifs influents et établis : Mowry Baden, Rebecca Belmore, BGL, Max Dean et Raffaello d’Andrea, Geoffrey Farmer, Massimo Guerrera, Glen Johnson, Rodney LaTourelle, Jennifer Marman et Daniel Borins, Kent Monkman, et Jana Sterbak. La plupart des œuvres exposées proviennent de la collection permanente du MBAC et d’institutions prêteuses, alors que d’autres ont été créées spécifiquement pour l’exposition.

Une exposition qui donne le premier rôle au spectateur
Les œuvres de l’exposition combinent des stratégies de la performance, de l’installation, de l’art environnemental, de l’art minimaliste et du Body Art et mettent de l’avant l’interaction entre l’objet d’art et le sujet regardant. Ainsi, au-delà du rôle traditionnel qui lui est habituellement réservé, le visiteur est amené à interagir avec les oeuvres. Par ses mouvements et son comportement, il s’engage dans un dialogue avec l’objet d’art. Ce rapport dynamique entre le spectateur et l’objet devient alors tout aussi primordial que l’objet d’art en soi.

« Cette exposition d’envergure témoigne de l’engagement constant du Musée envers l’art contemporain canadien », a indiqué le directeur du MBAC, Pierre Théberge.  « En établissant un dialogue avec les œuvres de Flagrant délit, les visiteurs auront l’occasion de vivre une expérience qui suscitera sans contredit une meilleure appréciation de l’art contemporain canadien. »

Des artistes d’ici
« Flagrant délit se distingue d’expositions précédentes en ce qu’elle est consacrée à la production d’artistes canadiens réalisée au cours de la dernière décennie », a expliqué la conservatrice de l’art contemporain du MBAC et commissaire de l’exposition, Josée Drouin-Brisebois. « Elle offre un cadre pour ces "nouvelles pratiques" en présentant des  œuvres phares des années 1970, 1980 et du début des années 1990, et en examinant la façon dont les pièces plus récentes peuvent influer sur notre interprétation des œuvres réalisées auparavant. »

L’exposition reconnaît ainsi les contextes de la production des œuvres – y compris les questions qui découlent d’influences théoriques, littéraires et artistiques particulièrement pertinentes – ainsi que ceux liés à leur présentation et à leur réception. Le but de l’exposition n’est pas de retracer l’historique des pratiques dites interactives qui ont marqué la sculpture et les installations depuis les années 1970 jusqu’à nos jours, mais plutôt d’établir des rapprochements entre la production des artistes de l’exposition et d’explorer la façon dont le rôle du spectateur s’est modifié, passant du sujet s’adonnant à la contemplation objective à interprète engagé.

Rencontres avec l’art
Flagrant délit crée une série de situations dans lesquelles, à titre d’observateur, le visiteur peut choisir d’entrer; tandis qu’il déambule dans les diverses salles du Musée, il lui appartient de décider comment réagir aux situations présentées par les artistes. Chaque interaction sera unique et conditionnée par le choix du visiteur de participer personnellement, publiquement ou politiquement. Dans Flagrant délit, l’art doit être vécu comme un processus collaboratif, comme une expérience sociale et, finalement, comme une négociation active dans laquelle l’observateur a toujours la possibilité de devenir l’exécutant.

Site Internet
Pour en savoir davantage, visitez le site dédié à l’exposition au www.beaux-arts.ca/flagrant, dans lequel on retrouve, entre autres, la biographie des artistes.

Catalogue
Un catalogue, offert en versions française et anglaise, accompagne cette exposition. Publié par le MBAC, l’ouvrage de 256 pages à la couverture rigide comporte un avant-propos du directeur du Musée, Pierre Théberge, un texte désarmant et humoristique de l’artiste de performance de Winnipeg Glen Johnson, de même que des essais pénétrants préparés par les historiens de l’art Anne-Marie Ninacs, Stephen Horne, Greg A. Hill et Josée Drouin-Brisebois. En vente à la Librairie du MBAC au prix de 44,95 $, plus TPS, et sur www.achatsmbac.ca/, la boutique en ligne du Musée.

Droits d’entrée et heures d’ouverture
Les billets sont en vente dès maintenant au prix de 15 $ pour les adultes,  12 $ pour les aînés et les étudiants à temps plein, 7 $ pour les jeunes de 12 à 19 ans et  30 $ pour les familles (deux adultes et trois enfants). L’entrée est gratuite pour les enfants de 12 ans et moins et les Amis du Musée. Comprend les droits d’entrée pour la Collection du MBAC. Les billets sont disponibles par téléphone au 613-998-8888 ou au 1-888-541-8888 et sur http://www.achats.mbac.ca/.

Le MBAC est ouvert du mardi  au dimanche de 10 h à 17 h et le jeudi jusqu’à 20 h. Ouvert le 11 novembre, jour du Souvenir, à compter de midi, ainsi que le lundi 29 décembre. Fermé le 25 décembre et le 1er janvier 2009.

Rencontre avec les artistes
Le dimanche 19 octobre, de 13 h à 17 h, les artistes de Flagrant délit seront au Musée pour une série de performances, d’entretiens, d’ateliers et d’autres activités. Un rendez-vous à ne pas manquer. Compris avec le droit d’entrée du Musée.

Par ailleurs, l’artiste Massimo Guerrera sera présent les jeudis 30 octobre, 6 novembre et 11 décembre de 17 h à 20 h pour accueillir les visiteurs dans son installation Darboral, un projet en cours depuis 2000. Veuillez prendre note que  les dates peuvent être modifiées. Pour de plus amples renseignements, composer le 613-990-1985.

Rencontre avec la conservatrice
Le vendredi 24 octobre, à 12 h 15 (en français), et le vendredi 31 octobre à la même heure (en anglais), le public est invité à visiter Flagrant délit. La performance du spectateur en compagnie de Josée Drouin-Brisebois, conservatrice de l’art contemporain du MBAC et commissaire de l’exposition. Une période de questions bilingue suivra la visite. Compris avec le droit d’entrée au Musée.

Programme Plaisir des yeux
Dans le cadre de l’exposition, les aînés sont invités à s’inscrire à l’activité Plaisir des yeux, qui permet de mieux apprécier les œuvres et d’échanger leurs impressions avec d’autres amateurs d’art. L’activité, qui aura lieu en novembre, rassemblera un maximum de 20 personnes durera 90 minutes. Coût de la rencontre 14 $ (Membres 6 $), y compris les rafraîchissements. Pour obtenir l’horaire ou pour s’inscrire : 613-998-8888.

Commissaire de l’exposition
Josée Drouin-Brisebois est la conservatrice de l’art contemporain du MBAC et commissaire de l’exposition Flagrant délit. La performance du spectateur.  Au Musée depuis 1994, elle y a acquis une vaste expérience, en particulier dans le domaine de l’art contemporain. Elle a été nommée conservatrice de l’art contemporain en juillet 2007. À ce titre, elle est responsable des collections d’art contemporain canadien et international, dont les arts médiatiques. Depuis 2002, Mme Drouin-Brisebois a organisé diverses expositions d’envergure et publié de nombreux catalogues d’exposition du MBAC, dont Dé-con-structions (2007) et Christopher Pratt (2005).

À propos du Musée des beaux-arts du Canada
Le Musée des beaux-arts du Canada abrite la plus importante collection d’œuvres d’art historiques et contemporaines canadiennes au monde. En outre, il réunit une prestigieuse collection d’œuvres d’art inuit, occidental et européen du
14e siècle au 21e siècle, ainsi que d’art américain et asiatique, et de dessins et de photographies. Fondé en 1880, le MBAC compte parmi les plus anciennes institutions culturelles du pays. Fidèle à son mandat de rendre l’art canadien accessible partout au pays, il organise l’un des plus importants programmes d’expositions itinérantes en Amérique du Nord. Pour obtenir de plus amples renseignements, rendez vous au http://www.beaux-arts.ca/.

- 30 -

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Josée-Britanie Mallet
Agente principale des relations publiques et médiatiques
Musée des beaux-arts du Canada
613-990-6835

Claire Schofield
Gestionnaire, Communications et relations publiques
Musée des beaux-arts du Canada
613-990-7081