Imprimer cette page Partager cette page

Le Musée des beaux-arts du Canada lève le voile sur ses expositions-vedettes de l’année 2008

Ottawa - 17 mars, 2008

Des expositions aux contenus riches et diversifiés, de l’époque de la renaissance italienne à nos jours

Cette année, le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) réserve une programmation des plus enrichissantes pour ses visiteurs, dont trois expositions d’envergure qui prendront l’affiche successivement à compter de juin : Les années 1930. La fabrique de « l’Homme nouveau », Flagrant délit. La performance du spectateur, et Bernini et la naissance du portrait sculpté de style baroque. Grâce à des contenus recherchés, riches et diversifiés, ces expositions feront découvrir au public différentes facettes des arts visuels d’hier et d’aujourd’hui, d’ici et d’ailleurs.

« C’est pour nous un privilège de présenter ces trois expositions qui ont été rendues possibles grâce aux nombreuses collaborations que nous avons établies à l’échelle nationale et internationale », a indiqué le directeur du MBAC, Pierre Théberge. « Bien qu’elles représentent des périodes très différentes, chacune de ces expositions permet de voir comment les artistes questionnent les traditions et le contexte politique de leur époque à travers leur expression artistique. »

Les années 1930. La fabrique de « l’Homme nouveau »
La décennie des années 1930 a fait l’objet d’importantes expositions thématiques à Berlin, Vienne, Madrid et Paris. La plupart ont porté sur la dimension politique, soit le rapport de l’art au pouvoir de l’État ou la réaction de l’artiste au totalitarisme. C’est sous un tout autre angle – celui du lien entre l’art et la biologie – que le MBAC aborde cette période marquante de l’histoire avec son exposition Les années 1930. La fabrique de « l’Homme nouveau », qui sera présentée à Ottawa par la Fondation du MBAC du 6 juin au 7 septembre 2008.

De fait, les années 1930 forment la décennie au cours de laquelle la biologie devient une force de changement, souvent destructrice, notamment dans ses formes racistes et eugénistes qui cherchent à « améliorer » l’espèce humaine. C’est à cette époque que les concepts opposés de l’artiste « dégénéré »  – ou « malade mental » tel que décrit par l’idéologie nazie du IIIe Reich – et du « surhomme » ou « de l’homme nouveau », se répandent. Ces idéologies auront une profonde influence sur les formes d’art et de représentation.

Les années 1930. La fabrique de « l’Homme nouveau » rassemblera plus de 200 œuvres – peintures, sculptures et photographies de 103 artistes de l’Ancien Monde, tels que Arp, Kandinsky, Ernst, Picasso, Miró, Dalí, Giacometti et Sander, et du Nouveau, incluant Benton, Wood, Albright et Evans. Les œuvres seront réparties sous neuf thèmes : Génèse, Une beauté convulsive, « La volonté de puissance », La fabrique de « l’Homme nouveau », La terre-mère, La tentation classique,  « Visages de ce temps », « Masse et puissance », et Le Charnier.

Les œuvres présentées dans cette exposition proviennent de collections privées et publiques parmi les plus prestigieuses de l’Autriche, de l’Allemagne, du Canada, de l’Espagne, des États-Unis, de la Hollande, d’Israël, de l’Italie, du Mexique, de la République Tchèque, du Royaume-Uni, de la Russie et de la Suisse.

« Nous sommes heureux de présenter cette exposition d’une importante valeur historique et dont le riche contenu rassemble un aussi grand nombre d’œuvres de provenance internationale réalisées par les plus grands noms du monde des arts visuels du 20e siècle, et que nous avons très rarement la chance de voir exposées ensemble en Amérique du Nord », a souligné la présidente et chef de la direction de la Fondation du MBAC, Marie Claire Morin.

Avec à sa tête, le directeur du Musée des beaux-arts du Canada, Pierre Théberge, le comité organisateur est formé du commissaire Jean Clair, directeur retraité du Musée Picasso de Paris; les conservateurs Didier Ottinger, du Centre Georges Pompidou, Constance Naubert-Riser, professeur émérite de l’Université de Montréal, Ann Thomas, conservatrice de la photographie du  MBAC; et de la directrice du Rayonnement national et des Relations internationales du MBAC et coordonnatrice du comité, Mayo Graham.

Activités pour adultes – Les années 1930. La fabrique de « l’Homme nouveau »
Dès le début du mois de mai, le public est convié à prendre part à une série de conférences sur l’histoire et la culture des années 1930 afin de mieux comprendre le contexte dans lequel les artistes ont créé leurs œuvres. Parmi les conférenciers invités : Jean Clair, commissaire de l’exposition; Garland Allen, spécialiste d’eugénisme, d’histoire et de philosophie de la biologie, de la Washington University; Constance Naubert-Riser, co-commissaire de l’exposition et professeure émérite, de l’Université de Montréal; Rosemarie Schade, historienne du mouvement féministe en Allemagne avant 1940, de l’Université Concordia; et Mark Antliff, spécialiste sur le fascisme, la politique de la nouvelle génération et l’impact de l’idéologie fasciste d’Italie sur l’avant-garde en France, de la Duke University, aux États-Unis.

Le 6 juin, jour de l’ouverture de l’exposition, les visiteurs auront l’occasion de participer à la visite guidée animée par Didier Ottinger, conservateur en chef du Musée national d’art moderne à Paris et co-commissaire de l’exposition. Pour connaître les dates, les droits d’entrée et les lieux où auront lieu ces activités, consultez le http://www.beaux-arts.ca/.

Flagrant délit. La performance du spectateur
À l’affiche du 17 octobre 2008 au 15 février 2009, Flagrant délit. La performance du spectateur, une exposition dynamique et novatrice d’art contemporain canadien, présentera des œuvres sculpturales de dix artistes et collectifs provenant de Vancouver, Winnipeg, Toronto, Montréal et Québec. Issues des histoires conjuguées de la performance, de l’installation, du minimalisme, de l’art environnemental et de l’art corporel, les œuvres qui la composent inviteront le visiteur à interagir  avec elles, transformant ainsi le rapport classique entre l’objet d’art et celui qui le regarde.

Les œuvres créées par les artistes Max Dean, Mowry Baden, Rebecca Belmore, Jana Sterbak, BGL, Geoffrey Farmer, Massimo Guerrera, Rodney LaTourelle, Kent Monkman, Jennifer Marman et Daniel Borins sollicitent non seulement la participation du visiteur, mais en sont également tributaires. Qu’il s’agisse d’environnements immersifs, de sculptures exigeant la présence d’un spectateur ou de rencontres favorisant l’interaction, ces œuvres démontrent l’intérêt récent que suscitent les pratiques artistiques participatives.

Cette exposition expérimentale, dont la commissaire est la conservatrice d’art contemporain du MBAC, Josée Drouin-Brisebois, comprendra une douzaine d’installations sculpturales à grande échelle, dont des œuvres de la Collection du MBAC et des œuvres spécialement réalisées pour Flagrant délit. Un catalogue bilingue entièrement illustré accompagnera cette exposition et comprendra un essai de l’artiste Glen Johnson, de Winnipeg, de même que des textes de Stephen Horne, Anne-Marie Ninacs, Greg Hill et Josée Drouin-Brisebois.

Bernini et la naissance du portrait sculpté de style baroque
Organisée de concert avec le Musée J. Paul Getty, de Los Angeles, l’exposition Bernini et la naissance du portrait sculpté de style baroque est une exposition internationale sur l’essor remarquable du portrait sculpté au début du 17e siècle à Rome.  Instigué par Gianlorenzo Bernini et développé par ses pairs - Alessandro Algardi, Giuliano Finelli, François Duqesnoy et Francesco Mochi – le portrait en buste redevient une forme d’art novatrice et pionnière.

L’exposition, présentée au MBAC du 28 novembre 2008 au 8 mars 2009, fera découvrir à ses visiteurs la façon dont les sculpteurs de cette époque réussissaient à rendre leur sujet en ne se limitant pas à une simple reproduction de leurs traits physiques, mais en reflétant aussi leur personnalité dans une représentation incarnée, vibrante et animée. La virtuosité avec laquelle Bernini, et d’autres sur ses traces, font surgir un portrait d’un matériau aussi réfractaire que la pierre ébahit les spécialistes tout autant que le grand public.

Bernini et la naissance du portrait sculpté de style baroque constituera la première exposition d’envergure sur Bernini en Amérique du Nord et la toute première exposition à rassembler une collection aussi exhaustive de bustes de l’artiste. Cette dernière est enrichie d’une sélection d’oeuvres d’artistes de renom du début du 17e siècle à Rome. C’est par les œuvres créées au tout début de la carrière de Bernini que débutera l’exposition. Les visiteurs seront ainsi conviés à découvrir son œuvre chronologiquement, pour mieux en apprécier l’évolution, l’essor et l’avant-gardisme. En outre, l’exposition explorera l’interrelation entre la peinture et la sculpture pendant l’ère Baroque et réunira environ 50 sculptures de marbre, de bronze et de porphyre (roche magmatique), peintures et dessins provenant de partout dans le monde, dont des sculptures qui n’ont, jusqu’à présent, jamais été vues ailleurs qu’en Italie. La présentation côte à côte des œuvres de divers artistes permettra d’éclairer les remarquables innovations artistiques de cette période et offrira un aperçu extrêmement rare des relations et des variations stylistiques entre les créateurs.

Le comité organisateur de l’exposition se compose de Catherine Hess, conservatrice associée de la sculpture et des arts décoratifs du Musée J. Paul Getty, Andrea Bacchi, professeur à la Università di Trento, en Italie, et Jennifer Montagu, membre honoraire du Warburg Institute, à Londres. Le sous-directeur et conservateur en chef du MBAC, et spécialiste de la renaissance italienne, David Franklin, Ph.D., a joué un rôle déterminant dans la venue de cette exposition au MBAC.

Catalogues
Chacune de ces trois expositions sera accompagnée d’un catalogue comprenant les planches des œuvres exposées. Disponibles en français et en anglais, ils seront en vente à la Librairie du Musée des beaux-arts du Canada dès l’ouverture des expositions. Surveillez leur arrivée au http://www.achatsmbac.ca/, la boutique en ligne du MBAC.

Droits d’entrée et heures d’ouverture
Les billets pour Les années 1930 et Bernini sont en vente dès maintenant au prix de 15 $ pour les adultes,  12 $ pour les aînés et les étudiants à temps plein, 7 $ pour les jeunes de 12 à 19 ans et 30 $ pour les familles (deux adultes et trois enfants). L’entrée est gratuite pour les enfants de 12 ans et moins et les Amis du Musée. Chaque billet comprend les droits d’entrée pour la Collection du MBAC.

Les billets pour Flagrant délit sont en vente au prix de 9 $ pour les adultes, 7 $ pour les aînés et les étudiants à temps plein, 4 $ pour les jeunes de 12 à 19 ans et 18 $ pour les familles (deux adultes et trois enfants). L’entrée est gratuite pour les enfants de 12 ans et moins et les Amis du Musée. Comprend les droits d’entrée pour la Collection du MBAC.

Les billets sont disponibles par téléphone au 613-998-8888 ou au 1-888-541-8888 et sur http://www.achats.mbac.ca/.

Du 1er mai au 30 septembre, le MBAC est ouvert tous les jours, de 10 h à 17 h, et le jeudi, jusqu'à 20 h. Du 1er octobre au 30 avril, le musée est ouvert du mardi au dimanche de 10 h à 17 h et le jeudi jusqu’à 20 h.  Pendant cette période le musée est fermé les lundis, sauf pendant la relâche scolaire du mois de mars et le lundi de Pâques. Le MBAC est fermé le 25 décembre, le 1er janvier et le vendredi saint.

À propos du Musée des beaux-arts du Canada
Le Musée des beaux-arts du Canada abrite l’une des plus importantes collections d’art historique et contemporain au monde. En outre, il possède de prestigieuses collections en art inuit, occidental et européen s’échelonnant du 14e au 20e siècle. Fondé en 1880, il compte parmi les plus anciennes institutions culturelles nationales du Canada. Pour de plus amples renseignements, visitez le http://www.beaux-arts.ca/.

À propos de la Fondation du Musée des beaux-arts du Canada
Créée en 1997, la Fondation du Musée des beaux-arts du Canada est vouée à l'appui du Musée des beaux-arts et de son musée affilié, le Musée canadien de la photographie contemporaine, dans la poursuite de leurs mandats. En favorisant des partenariats durables, la Fondation procure le soutien additionnel dont le Musée a besoin pour remplir son rôle de chef de file dans la communauté des arts visuels aux niveaux local, national et international. En harmonisant soutien public et philanthropie privée, le Musée des beaux-arts du Canada peut assurer la préservation et l'interprétation de l'héritage canadien en arts visuels. La Fondation accepte les dons immédiats et différés pour des projets spéciaux et des fonds de dotation. Pour en savoir davantage, visitez le
http://www.fondationmbac.ca/.

– 30 –


Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Josée-Britanie Mallet
Agente principale, Relations médiatiques et publiques
613-990-6835
bmallet@beaux-arts.ca

Claire Schofield
Gestionnaire, Communications et relations publiques
613-990-7081
cschofield@beaux-arts.ca