Imprimer cette page Partager cette page

Les dessins et peintures de Daphne Odjig. Une exposition rétrospective

Ottawa (Ontario) - 21 octobre, 2009

Au Musée des beaux-arts du Canada
Du 23 octobre 2009 au 3 janvier 2010

Une première exposition solo
consacrée à une artiste des premières nations

Le travail de Daphne Odjig est si avant-gardiste dans les années 1960 et 1970 que son confrère et ami Norval Morrisseau l’appelle la « grand-mère de Picasso ». Si les œuvres de cette artiste puisent parfois dans le vocabulaire cubiste, par exemple L’amour fou, hommage coloré et ludique à Picasso, le surnom que lui donne affectueusement Morrisseau évoque plutôt une riche tradition picturale de la couleur, du trait, du rythme et du mouvement qui existait bien avant l’art du 20e siècle. Aujourd’hui, le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) est fier de présenter Les dessins et peintures de Daphne Odjig, la toute première exposition solo que consacre l’établissement à une artiste des Premières Nations.

Organisée par la commissaire Bonnie Devine conjointement avec la Galerie d’art de Sudbury, l’exposition fait partie du programme d’expositions itinérantes du MBAC En tournée. Réunissant 56 œuvres, qui représentent 44 années de la production artistique d’Odjig, l’exposition à Ottawa se tiendra du 23 octobre 2009 au 3 janvier 2010 dans les salles des expositions temporaires et est présentée par Pratt & Whitney Canada. Des droits d’entrée s’appliquent, mais l’entrée est libre pour les membres du MBAC. Les visiteurs en ligne peuvent en apprendre davantage en se rendant au www.beaux-arts.ca/odjig.

« Daphne Odjig occupe une place de choix parmi les grands artistes canadiens », a souligné le directeur du MBAC, Marc Mayer. « Figure matriarcale tant sur la scène nationale qu’internationale, elle a su faire entendre la parole, l’histoire et les légendes de son peuple dans un style artistique unique. Nous sommes honorés de souligner l’impressionnante carrière de Daphne Odjig par cette exploration approfondie de son travail. »

« Pratt & Whitney Canada est heureuse de présenter les œuvres colorées de Daphne Odjig », a déclaré John Wyzykowski, vice-président, Mississauga et Programmes de turbosoufflantes de P&WC. « Nous sommes fiers de soutenir les arts et la culture par le biais de diverses associations, notamment avec le Musée des beaux-arts du Canada. »

Les dessins et peintures de Daphne Odjig. Une exposition rétrospective rassemble un éventail de ses peintures de légendes, murales historiques, pièces érotiques, abstractions et paysages regroupés sous six thèmes :

Notre histoire
Daphne Odjig raconte sa vie et celle de ses ancêtres dans des chroniques de la migration, de la fuite et de la résilience. Parmi les œuvres maîtresses de ce groupe figurent Génocide no 1 (1971) de la collection du MBAC, une puissante représentation de la bataille de fort Dearborn près de Chicago dans laquelle l’arrière-arrière-grand-père d’Odjig a combattu et Racines (1979), un grand triptyque qui décrit trois étapes du parcours personnel de l’artiste, une histoire de courage et de survie : sa vie harmonieuse dans la réserve quand elle était enfant, la crise identitaire qu’elle vivra en ville, puis les derniers stades de sa vie quand elle trouvera la paix dans son identité autochtone.

Nos légendes
Alors que les premières œuvres de l’artiste telles que Le conflit éternel (1966) illustrent la contribution d’Odjig à l’école de Woodland des peintres anishnabés, ses pièces plus récentes comme le vibrant collage La femme oiseau-tonnerre (1971) dénotent son éloignement progressif des conventions dominantes du style de Woodland au profit d’une approche plus fluide et plus expressive.

Pow-wow à Wikwemikong
Tenu malgré les objections de l’Église, le Pow wow de Wikwemikong a ouvert la voie à une résurgence de la production artistique et culturelle autochtone après des années d’oppression et de tentatives d’assimilation. Le pow-wow a été pour Odjig un élément clé de sa renaissance en tant qu’Autochtone, artiste et militante déterminée à se battre pour l’éducation et le développement économique de son peuple. Cet événement plantera le décor pour les œuvres subséquentes qui définiront son style, comme Renouveau spirituel (1984). Dans ce tableau métaphorique, Odjig représente par une série de processions l’arrivée des missionnaires chrétiens et des joueurs de tambours et, au centre du second panneau, la cérémonie du foin d’odeur, point culminant du premier pow-wow.

Contes érotiques indiens
Cette collection d’œuvres érotiques unique dans l’histoire de l’art autochtone réunit des illustrations créées pour l’ouvrage du même titre du docteur Herbert Schwarz, publié en 1974.

Notre Terre
Dans cet hommage d’Odjig à la beauté et à la puissance de la forêt, certaines pièces, comme Le peuple de la forêt (1981), constituent la réponse de l’artiste aux coupes à blanc des forêts de Colombie-Britannique et à la pollution et à la destruction des habitats fauniques qui en découlent. 

Nos familles
Les sept œuvres du groupe Nos familles révèlent que le travail de l’artiste s’enracine dans la profonde affection qui l’unit à sa famille et dans les valeurs qui lui ont été inculquées par la petite communauté de Wikwemikong. Deux femmes à leur courtepointe (1982), œuvre clé de ce groupe, dépeint l’action métaphorique et collective qui consiste à rassembler les fragments de couleurs et de formes ainsi que les actes réciproques de parole, de transmission et de rapprochement qui sont fondamentaux pour la reconstruction d’un peuple.

La vie de l’artiste
La démarche d’Odjig s’est toujours faite dans un esprit d’expérimentation et cette section évoque les influences et défis auxquels elle a dû faire face en tant qu’Autochtone vivant dans une culture dominante non autochtone. Ces œuvres illustrent le combat de l’artiste et son triomphe sur les tentatives de la société de coloniser et d’assujettir l’esprit et la créativité inhérents à son travail.

Le Musée des beaux-arts du Canada remercie ses partenaires
Le Musée des beaux-arts du Canada est reconnaissant de l’appui généreux de ses partenaires : Pratt & Whitney Canada, commanditaire principal de l’exposition ; Bell Canada, commanditaire du programme des audioguides Bell ; et le Programme d’indemnisation pour les expositions itinérantes au Canada du ministère du Patrimoine canadien. Le Musée remercie aussi ses partenaires des médias : CBC Television, la Télévision de Radio-Canada, The Ottawa Citizen et Le Droit.

Audioguide Bell
Les visiteurs peuvent parcourir l’exposition avec l’audioguide comprenant les commentaires de l’artiste Daphne Odjig et de la commissaire de l’exposition Bonnie Devine. Coût : 6 $.

Rencontre avec le conservateur
Le samedi 24 octobre à 14 h, la commissaire Bonnie Devine commentera les œuvres et les différents thèmes de l’exposition. En anglais avec une période de questions bilingue. Compris avec le droit d’entrée au Musée.

Documentaire
Les dimanches 23 octobre et 29 novembre à 14 h, projection du documentaire The Life & Work of Daphne Odjig (2008, 48 minutes) réalisé par Raoul McKay, First Voice Mutimedia Inc. En anglais. A l’auditorium. Entrée libre.

Catalogue
Un catalogue de 144 pages richement illustré et produit par le Musée des beaux-arts du Canada accompagne l’exposition. Rédigé par Bonnie Devine et incluant des textes de Robert Houle et de Duke Redbird, Les dessins et peintures de Daphne Odjig. Une rétrospective (978-0-88884-840-6) est aussi disponible en anglais et en anishnabé sous les titres respectifs de The Drawing and Paintings of Daphne Odjig: A Retrospective Exhibition et Daphne Odjig Miznibii’ganan; Eko-maajtaat gaa-mzin-bii’ang. Le catalogue à couverture souple est en vente au prix de 44,95 $ à la Librairie du MBAC et en ligne au www.AchatsMBAC.ca.

À propos du Musée de beaux-arts du Canada
Le Musée des beaux-arts du Canada abrite la plus importante collection d’œuvres d’art historiques et contemporaines canadiennes au monde. En outre, il réunit une prestigieuse collection d’œuvres d’art indigène, occidental et européen du 14e siècle au 21e siècle, ainsi que d’art américain et asiatique, et de dessins et de photographies. Fondé en 1880, le MBAC compte parmi les plus anciennes institutions culturelles du pays. Fidèle à son mandat de rendre l’art canadien accessible partout au pays, il organise l’un des plus importants programmes d’expositions itinérantes au monde.

– 30 –

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Marie Lugli
Agente principale intérimaire
des Relations publiques et médiatiques
Musée des beaux-arts du Canada
613-990-6835

Josée-Britanie Mallet
Gestionnaire intérimaire,
Communications et Relations publiques
Musée des beaux-arts du Canada
613-990-7081