Imprimer cette page Partager cette page

Nomades

Ottawa - 16 avril, 2009

Une exposition qui propose diverses interprétations du nomadisme
par des artistes vancouvérois

Au Musée des beaux-arts du Canada du 17 avril au 30 août 2009

Le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) est fier d’accueillir le travail de cinq artistes novateurs qui vivent et travaillent à Vancouver – Geoffrey Farmer, Hadley+Maxwell, Myfanwy MacLeod, Gareth Moore et Althea Thauberger – dans le cadre de son exposition Nomades. Jusqu’au 30 août prochain, les amateurs d’art pourront découvrir dans les salles d’art contemporain du Musée cette exposition organisée à l’occasion de la Scène Colombie-Britannique à l’affiche au Centre national des Arts. Pour en savoir davantage, visitez le site qui lui est consacré au www.beaux-arts.ca/nomades.

« Nomades témoigne de façon éloquente de l’engagement permanent du Musée des beaux-arts du Canada envers l’art contemporain de notre pays », a souligné le directeur du MBAC, Marc Mayer. « Nous nous réjouissons à l’idée que nos visiteurs puissent découvrir les productions récentes de ces brillants jeunes artistes canadiens. »

Les cinq installations réalisées par les artistes proposent diverses interprétations du nomadisme, terme qui désigne le mode de vie d’un groupe de gens constamment en déplacements. Ici, toutefois, ce qui est nomade, c’est tantôt la démarche des artistes – qui se déplacent pour recueillir des matériaux et travailler avec une collectivité donnée, et qui documentent leurs processus artistique –, tantôt les objets eux-mêmes, qui deviennent des prêts-à-monter ou des ensembles déjà mis en scène qui s’adaptent au contexte d’exposition.

« Quand j’ai commencé à étudier le concept de nomades en vue d’une exposition, j’avais en tête l’idée de l’artiste voyageur ou vagabond et la façon dont les objets eux-mêmes devenaient nomades par leur reconfiguration constante en fonction des différents contextes d’exposition », a expliqué la commissaire de l’exposition, Josée Drouin-Brisebois. « Je souhaitais explorer comment les artistes réagissaient à de nouvelles conceptions de l’art in situ à travers leur engagement avec des collectivités données dans la création d’événements éphémères ou d’œuvres coopératives. Ces extensions du terme nomadisme sont en jeu dans les créations des artistes de l’exposition. »

De l’intégration d’œuvres d’art contemporaines dans des salles historiques à la transformation en art d’objets récupérés, en passant par la présentation d’échanges entre individus et communautés et le don de la vie à des choses inanimées, les œuvres que l’on retrouve dans Nomades visent à modifier les attentes du spectateur face à l’objet d’art traditionnel et accompagne ce dernier dans son propre voyage. Par leur engagement avec l’espace social du quotidien, des matériaux éphémères et des stratégies de mise en scène et de performance, elles contestent les notions de paternité artistique, d’authenticité, et, finalement, d’exposition muséale.

Catalogue
Un catalogue, offert en français et en anglais, accompagne l’exposition. L’ouvrage de 88 pages, publié avec l’appui généreux de la Fondation RBC, comprend un essai de la commissaire de l’exposition, Josée Drouin-Brisebois, une quarantaine d’illustrations et les biographies des artistes. En vente au prix de 22 $ à la Librairie du Musée des beaux-arts du Canada ou à la boutique virtuelle du Musée.

Commissaire de l’exposition
Josée Drouin-Brisebois est la conservatrice de l’art contemporain du MBAC et commissaire de l’exposition Nomades.  Au Musée depuis 1994, elle détient une vaste expérience, en particulier dans le domaine de l’art contemporain. Elle a été nommée conservatrice de l’art contemporain en juillet 2007. À ce titre, elle est responsable des collections d’art contemporain canadien et international, dont les arts médiatiques. Depuis 2002, Mme Drouin-Brisebois a organisé diverses expositions d’envergure et publié de nombreux catalogues d’exposition du MBAC, y compris Flagrant délit. La performance du spectateur (2008), Dé-con-structions (2007) et Christopher Pratt (2005).

À propos du Musée de beaux-arts du Canada
Le Musée des beaux-arts du Canada abrite la plus importante collection d’œuvres d’art historiques et contemporaines canadiennes au monde. En outre, il réunit une prestigieuse collection d’œuvres d’art indigène, occidental et européen du 14e siècle au 21e siècle, ainsi que d’art américain et asiatique, et de dessins et de photographies. Fondé en 1880, le MBAC compte parmi les plus anciennes institutions culturelles du pays. Fidèle à son mandat de rendre l’art canadien accessible partout au pays, il organise l’un des plus importants programmes d’expositions itinérantes au monde.

– 30 –

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Josée-Britanie Mallet
Agente principale, Relations publiques et médiatiques
Musée des beaux-arts du Canada
613-990-6835

Claire Schofield
Gestionnaire, Communications et relations publiques
Musée des beaux-arts du Canada
613-990-7081