Imprimer cette page Partager cette page

Photographies britanniques du XIXe siècle du Musée des beaux-arts du Canada

Ottawa - 7 février, 2011

Un aperçu visuel unique sur une remarquable période historique.

C’est en 1839 que naît la photographie, faisant du XIXe siècle le premier à être documenté par des photos. Depuis, elle a connu une évolution révolutionnaire, passant d’un support chimique à une technologie numérique. Mais la transition qu’elle connut durant les premières décennies de son histoire fut tout aussi importante. Jusqu’au 17 avril, le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) présente Photographies britanniques du XIXe du MBAC, une exposition fascinante qui rassemble des perles de la collection nationale, dont plusieurs ont rarement été exposées –, et qui retrace l’évolution de la photographie britannique au cours de l’ère victorienne – des premières épreuves sur papier salé et daguerréotypes jusqu’aux merveilleuses épreuves au platine au tournant du siècle.

Portraits de famille et d’amis, de scènes intimes, familières et domestiques, ou vues grandioses et exotiques, les photos exposées dans Photographies britanniques du XIXe du MBAC couvrent un vaste éventail de sujets. Le visiteur pourra notamment admirer des images racontant l’histoire d’une société en devenir : cours et bâtiments anciens, vues urbaines et scènes de villages qui illustrent le quotidien de l’époque de Victoria. En tout, plus de 100 photographies, dont un grand nombre ont été prises par de célèbres photographes britanniques tels que William Henry Fox Talbot, Julia Margaret  Cameron et Frederick Evans, sélectionnées parmi plus de 2 000 images de la collection de photographies britanniques du XIXe siècle. Une collection exceptionnelle qui a véritablement pris forme à compter de 1967, et qui compte certaines des plus importantes photographies britanniques du XIXe siècle.

« La collection de photographies britanniques du Musée renferme de superbes spécimens d’œuvres », a souligné le directeur du MBAC Marc Mayer. « Elle n’aurait jamais pu voir le jour sans la passion et la générosité des donateurs qui nous ont aidés à la bâtir pour le Canada. »

Portrait du photographe de la Grande-Bretagne du XIXe siècle
L’activité photographique, qui au départ se résume à des expérimentations menées par des scientifiques, se transforme rapidement en un passe-temps pour les bien nantis – hommes et femmes – de la haute société. Peu de temps après son invention, la photographie, sous l’impulsion des progrès rapides des techniques photographiques et de l’insatiable désir du public  pour ces images, devient une source d’emploi ou de plaisir à la portée de la classe moyenne et même, dans certains cas, des ouvriers. Des données de recensement indiquent que plusieurs photographes dont les œuvres figurent maintenant dans la collection du Musée ont commencé leur parcours professionnel comme opticiens, fabricants de lentilles, chimistes ou marchands.

Sujets de prédilection des photographes britanniques
Photographies britanniques du XIXe siècle du MBAC nous renseigne aussi sur quelques-unes des principales préoccupations de l’époque, les sujets de prédilection des photographes ainsi que les tendances et préjugés alors en vogue. Les questions contemporaines comme le besoin de remodeler le tissu urbain, le sort des pauvres, les notions de réforme sociale ainsi qu’un optimisme absolu quant au rôle de la Grande-Bretagne comme maître incontesté sont implicites dans les photographies de cette époque. On y voit la fascination de leurs auteurs pour le monde naturel, le désir d’apprendre le fonctionnement des choses, leur volonté de codifier et de documenter.

Photographies britanniques du XIXe siècle du MBAC est le troisième volet  d’une série d’expositions qui mettent en lumière la profondeur et la diversité de la collection nationale de photographies. En 2007, le Musée présentait Photographies modernistes, puis Photographies françaises du XIXe siècle en 2009. Cette dernière est actuellement à l’affiche au Musée des beaux-arts de Montréal jusqu’au 20 mars.

Conférence
Le jeudi 3 mars à 18 h, le public est invité à venir entendre Larry Schaaf, historien de photographies de renommée internationale, de Baltimore, Maryland, dans le cadre de l’exposition Photographies britanniques du XIXe siècle du MBAC. À la Salle de conférence. Coût : adultes 5 $, aînés et étudiants 4 $, membres 3 $.

Commissaire de l’exposition
Lori Pauli est conservatrice adjointe des photographie au MBAC et commissaire de l’exposition Photographies britanniques du XIXe siècle du MBAC. En outre, elle a été la commissaire de plusieurs expositions dont Paysages manufacturés. Les photographies de Edward Burtynsky (2003), La photographie mise en scène. Créer l'illusion du réel (2006), et Utopie/Dystopie. Les photographies de Geoffrey James (2008). Elle a rédigé un essai sur le travail de Lisette Model, de Diane Arbus et d’August Sander pour un catalogue de la Kunsthalle de Vienne et un autre sur l’œuvre d’Oscar Gustave Rejlander pour le Moderna Museet en Suède. Elle a aussi publié des essais, des comptes rendus et des notices pour les revues History of Photography, Queen’s Quarterly, Scottish Journal for the History of Photography et pour l’Encyclopedia of 19th Century Photography. 

Catalogue
Comportant une introduction signée de la commissaire de l’exposition Lori Pauli et un essai de John P. McElhone, restaurateur de photographies au MBAC, le catalogue qui accompagne l’exposition documente les développements des techniques photographiques en Grande-Bretagne au XIXe siècle ; en passant par des négatifs sur papier d'une grande valeur historique, aux épreuves en platine, les œuvres de tels photographes que Julia Margaret Cameron, William Henry Fox Talbot, Frederick Evans, Roger Fenton, et Henry Peach Robinson sont admirablement illustrées et examinées. Les conservateurs et  historiens de la photographies Ann Thomas, Jim Borcoman, Larry Schaaf, Roger Taylor et David Harris signent les notices du catalogue.  L’ouvrage à la couverture souple de 176 pages est en vente à la Librairie du Musée des beaux-arts du Canada au prix de 49 $, plus taxes, et au www.achatsMBAC.ca, la boutique en ligne du Musée.

À propos du Musée des beaux-arts du Canada
Le Musée des beaux-arts du Canada abrite la plus importante collection d’œuvres d’art historiques et contemporaines canadiennes au monde, notamment l’imposante collection du Musée canadien de la photographie contemporaine.  En outre, il réunit la plus prestigieuse collection d’art européen du XIVe au XXIe siècle au Canada, d’importantes œuvres d’art américain, asiatique et indigène, ainsi qu’une collection mondialement réputée d’estampes, de dessins et de photographies.  Fondé en 1880, le Musée des beaux-arts du Canada joue un rôle clé sur la scène culturelle canadienne depuis plus d’un siècle. L’une des ses principales missions consiste à accroître l’accès à l’excellence en matière d’œuvres d’art pour tous les Canadiens. Pour ce faire, il propose le plus important programme d’expositions d'art itinérantes au monde.  Pour obtenir de plus amples renseignements, rendez-vous au www.beaux-arts.ca.

Sources : Lori Pauli, Photographies britanniques du XIXe siècle du MBAC, 180 pages. Musée des beaux-arts du Canada, 2011; Katherine Stauble, Zoom sur l’Angleterre victorienne, Vernissage, Hiver 2011, pp. 21 à 23.

– 30 –

À l’attention des médias :
Pour organiser une interview avec la conservatrice Lori Pauli, obtenir des images ou de l’information, merci de bien vouloir communiquer avec :

Josée-Britanie Mallet
Agente principale
Relations publiques et médiatiques
Musée des beaux-arts du Canada
613-990-6835
bmallet@beaux-arts.ca

Claire Schofield
Gestionnaire
Communications et Relations publiques
Musée des beaux-arts du Canada
613-990-7081
cschofield@beaux-arts.ca