Collections

Joseph Beuys

1921 - 1986

« La création, qu’il s’agisse de peinture, de sculpture, de symphonie ou de roman, n’est pas simplement affaire de talent, d’intuition, de puissance de l’imagination et d’application, mais aussi de capacité à façonner un matériau qui pourra s’étendre à d’autres sphères pertinentes d’un point de vue social. » — 1972

 

Artiste, professeur et homme politique, Joseph Beuys (1921–1986) est, avec son œuvre, largement reconnu pour son influence dans des domaines aussi variés que la photographie, la sculpture, la performance ou l’art environnemental.

 

Durant la Seconde Guerre mondiale, Beuys est pilote de bombardier dans la Luftwaffe allemande. Il est abattu au-dessus de la Crimée à l’hiver 1943–1944 et, selon son propre récit, découvert dans une épaisse couche de neige par un groupe de Tatars nomades. Beuys raconte que ceux-ci vont l’amener jusqu’à leur tente, où ils soignent ses blessures avec de la graisse animale, puis l’enveloppent dans d’épaisses couvertures de feutre pour le tenir au chaud. Dans sa sculpture, Beuys va souvent utiliser feutre, graisse et cire, décrivant ces matériaux comme étant d’une importance capitale dans le combat de l’humanité pour sa survie.

 

Après la guerre, Beuys étudie la sculpture à la Kunstakademie de Düsseldorf, où il construit une symbolique complexe qui met souvent en scène des animaux comme les cygnes, les moutons, les abeilles et les lièvres. Sa première exposition individuelle a lieu en 1961, année où il devient également professeur de sculpture à la Kunstakademie de Düsseldorf. En 1962, il se joint au mouvement Fluxus et réalise ses premières actions-performances en 1963. À la fin des années 1960 et au début des années 1970, il fonde deux partis politiques dans la mouvance étudiante, et perd ultérieurement son poste de professeur.

 

Outre la création d’œuvres uniques, Beuys réalise également 557 multiples, des pièces de petite ou grande taille à la fois portatives et abordables. De Costume de feutre (1970), au titre on ne peut plus évocateur, à Capri-Batterie (1985), ampoule jaune fichée dans un citron, les multiples lui servent à refléter des aspects bien précis de sa pratique. On connaît aussi Beuys pour sa création de vitrines « organisées », remplies d’objets que l’artiste considère comme ayant une importance sociale.

 

Artiste parmi les plus avant-gardistes de l’Allemagne d’après-guerre, Beuys va influencer durablement les créateurs du monde entier, dont, entre autres, Marina Abramovic, Matthew Barney et Anselm Kiefer. Et les jeunes artistes canadiens ne sont pas en reste, en particulier à la suite d’une conférence du maître au Nova Scotia College of Art and Design (NSCAD) en 1976. Au cours de celle-ci, Beuys réalise un dessin au tableau noir dont il fait don au Collège. L’œuvre sera plus tard vendue au Musée des beaux-arts de l’Ontario, et les recettes, utilisées pour créer la bourse Joseph Beuys Memorial au NSCAD.

 

Son empreinte sur l’art contemporain demeure considérable, et des artistes canadiens aussi différents que General Idea, Betty Goodwin, Arnaud Maggs, Clive Robertson et Mary Anne Barkhouse s’en sont inspirés.

 

La collection du Musée des beaux-arts du Canada compte actuellement trois œuvres de Beuys : Traîneau (1969), Nous sommes la révolution (1972) et Une drôle de démocratie (1973), et des œuvres inspirées par l’artiste ont souvent été présentées dans des expositions au Musée. 

image non disponible

Nom à la naissance

Joseph Beuys

Né Allemagne: Krefeld, le 12 mai 1921

Décédé

Meurt République fédérale d'Allemagne: Düsseldorf, le 23 janvier 1986

Nationalité

Allemagne

Audioguide

Aucun audioguide

Média

Aucun média

Bibliothèque et Archives

Recherche du catalogue

En complément

Aucun extra