Le musée est ouvert pendant les travaux sur la promenade Sussex.

Collections

L'apparition de la Vierge et de l'Enfant Jésus à saint FrançoisEnlarge image

L'apparition de la Vierge et de l'Enfant Jésus à saint François, v. 1597-1598

Annibale Carrache
Italie, 1560 - 1609
huile sur cuivre
46,8 x 37,2 cm
Acheté en 1977
Musée des beaux-arts du Canada (nº 18905)

Cette image de dévotion privée illustre d'une manière originale et personnelle un thème iconographique chrétien populaire au XVIIe siècle. En effet, au lieu de la représentation habituelle de François recevant l'Enfant Jésus dans ses bras, ici un ange soutient le saint qui semble défaillir à l'apparition de la Vierge et de l'Enfant Dieu.

Provenance 

en 1672
Monseigneur Lorenzo Salviati, Rome, Italie [1]

– 1727
Nicolas de Launay (1647-1727), Paris, France [2]

1727 – 1791
Louis, duc d'Orléans (1703-1752), Paris, Palais Royal, France;

Louis-Philippe, duc d'Orléans (1725-1785), son fils, par voie de succession;

Louis-Philippe-Joseph, duc d'Orléans (1747-1793), son fils, par voie de succession [3]

1791 – 1792
Édouard, vicomte Walkuers (ou Walquers), Bruxelles, Belgique, achetée du duc d’Orléans [4]

1792 – 1798-12-26

François-Louis-Joseph, comte Laborde de Méréville (décédé en 1801), Paris, France, et Londres, R.-U., achetée d’Édouard, vicomte Walkuers [5]

1798-12-26 – 1803
Francis Egerton, 3e duc de Bridgewater (1736-1803), Londres et Worsley Hall, Lancashire, R.-U., achetée du comte Laborde de Méréville [6]

1803 –
George Granville Leveson-Gower, 2e marquis de Stafford et 1er duc de Sutherland (1758-1833), son neveu, par voie de succession [7]

Lord Francis Egerton, 1er comte d’Ellesmere (1800-1857), son fils, par voie de succession [8]

1903 –
Francis Charles Granville Egerton, 3e comte d’Ellesmere (1847-1914), son fils, par voie de succession [9]

– 1946-10-18

John Sutherland Egerton, 5e comte d’Ellesmere (plus tard 6e duc de Sutherland) (1915-2000) Bridgewater House, Londres, par voie de succession [10]

Collection Dent, achetée de John Sutherland Egerton [11]

en 1955 – 1977
Sir John Wyndham Pope-Hennessy (1913-1994), Londres, R.-U. [12]

en 1977-03 – 1977-11-16

Colnaghi & Co., Londres, R.-U., achetée de sir John Pope-Hennessy [13]

1977-11-16 –
Musée des beaux-arts du Canada, achetée de Colnaghi & Co. [14]

Notes 

[1] Dans sa publication de 1672, Bellori dit que le tableau fait partie de la collection de monseigneur Lorenzo Salviati [Bellori, Giovanni Pietro. Le vite de’pittori, scultori et architetti moderni, Rome, 1672, p. 84].

[2] Voir note [3].

[3] En 1727, le tableau se trouve dans le catalogue de la collection de tableaux du duc d’Orléans, Paris [Dubois de Saint-Gelais. Descriptions des Tableaux du Palais-Royal, Paris 1727, p. 39]. D’après le catalogue, le tableau vient de la collection du directeur de la Monnaie royale de France, M. de Launay.

[4] Selon Buchanan, les peintures françaises et italiennes de la collection d’Orléans sont vendues en bloc au banquier belge Walkuers en 1791. L’année suivante, ce dernier vend sa collection à son cousin, François-Louis-Joseph, comte Laborde de Méréville [Buchanan, William. Memoirs of Painting with a Chronological History of the Importation of Pictures by the Great Masters into >England since the French Revolution, Londres, 1824, vol. I, p. 189-190; voir aussi : Sutton, Denys. « Aspects of British Collecting, Part III. XII : The Orléans Collection », Apollo, mai 1984, p. 357-372; et Pomeroy, Jordana. « The Orléans Collection : Its impact on the British art world », Apollo, février 1997, p. 26-31.]

[5] Voir note [4]. Le comte Laborde de Méréville vit à Paris et s’installe plus tard à Londres. En décembre 1798, il vend toute la collection d’Orléans par l’encanteur londonien, Michael Bryan (1757-1821) à un groupe de collectionneurs, comprenant Francis Egerton, 3e duc de Bridgewater de Londres et Worsley Hall au Lancashire, Frederick Howard, 5e comte de Carlisle (1748-1825) de Castle Howard au North Yorkshire, et George Granville Leveson-Gower, 1er duc de Sutherland de Londres, de Trentham Hall dans le Stafford et du Dunrobin Castle, Highland, Écosse. Francis Egerton, le 3e duc de Bridgewater, fait l’acquisition de La vision de saint François de Caracci, le 26 décembre 1798 [base de données sur la provenance Getty, cat. de vente Br. A5676, lot no 0020].

[6] Francis Egerton, le 3e duc de Bridgewater, meurt sans héritier et laisse sa vaste collection à son neveu, George Granville, le fils de sa sœur préférée, lady Louisa Egerton, seconde épouse de Granville, 2e comte de Gower, 1er marquis de Stafford.

[7] Voir note [6]. George Granville Leveson-Gower est l’un des hommes les plus riches d’Angleterre au début du 19e siècle.

[8] Voir note [9].

[9] Francis Charles Granville Egerton, 3e comte d’Ellesmere, hérite de la fiducie en 1903. [L’histoire de la fiducie est racontée dans Cust, Lionel. The Bridgewater Gallery, Londres, 1903, vol. V-VII. Le tableau est mentionné dans les catalogues suivants : W.Y. Ottley et P.W. Tomkins. Engravings of the Most Noble the Marquis of Stafford's Collection of Pictures in London, Londres, 1818, catégorie II, p. 44 (gravure de C. Heath 1815); Westmacott, C.M. British Galleries of Painting and Sculpture, Londres, 1824, p. 189-90; Young, J. A Catalogue of the Collection of Pictures of the Most Noble the Marquess of Stafford at Cleveland House, London, Londres, 1825, p. 114, no 153 (gravure de John Young); Jameson, A. Galleries of Art, Londres, 1844, p. 99-100, no 17; Waagen, Gustav. Treasures of Art in Great Britain, Londres, 1854, vol. 2, p. 34. ]

[10] Le 5e comte d’Ellesmere vend l’œuvre de la collection Bridgewater chez Christie's à Londres, le 18 octobre 1946 [Ancient and Modern pictures. A portion of the Bridgewater Collection, lot no 66].

[11] Voir note [10]. Dans une notice manuscrite du catalogue de vente de Christie’s de 1946, on indique « Dent », comme l’acheteur de l’œuvre.

[12] Le tableaux fait partie de l’exposition, Artists in 17th Century Rome, organisée par Wildenstein & Co. Ltd., Londres, du 1er juin au 16 juillet 1955 [sous le titre de La Vierge et l’Enfant avec saint François et un ange, cat. no 19]. Dans le catalogue, John Pope-Hennessy est indiqué comme prêteur. Le célèbre historien de l’art vend le tableau de sa collection privée en 1977, peu après sa démission à titre de directeur du British Museum et son installation aux États-Unis pour assumer le poste de président consultatif du Département des peintures européennes du Metropolitain Museum de New York [« Why Sir John angered the art world », article du Sunday Times, le 14 mars 1977, dossier de documentation du MBAC].

[13]Le marchand d’art londonien, Colnaghi, achète le tableau de Pope-Hennessy en 1977 [lettre du conservateur chargé de recherche du MBAC, Myron Laskin, à Patrick Matthiessen, Colnaghi, Londres, le 15 mars 1977, notices d’acquisition, dossier de documentation du MBAC].

[14] Le Musée des beaux-arts du Canada achète le tableau de Colnaghi, le 16 novembre 1977 [registre des acquisitions, dossier de documentation du MBAC].

Provenance complète
Catégories

International

Audioguide

Audioguide (1 min 14 sec)

Média

Aucun média

Bibliothèque et Archives

Recherche du catalogue

En complément

Aucun extra