Dayna Danger. Photo : Rodolfo Moraga
Sophie Guignard. Photo : Karim Amar

Causerie avec Dayna Danger et Sophie Guignard

Jeudi 19 avril 2018
18 h 45 - 19 h 45
Musée des beaux-arts du Canada
Bibliothèque et Archives
380, promenade Sussex
Ottawa, (Ontario) K1N 9N4
Canada

Lors de cette causerie, l’artiste métis Dayna Danger et Sophie Guignard, l’une des récipiendaires du Programme de bourses de l’ICP en 2017, parleront de l’autoreprésentation autochtone en photographie en analysant des brochures et des catalogues d’expositions collectives de photographes autochtones en Amérique du Nord. Leur conversation s’appuiera sur quelques études de cas, dont l’exposition Du courage dans le regard. Portraits par des artistes autochtones, présentée au Musée en 2008-2009.

Dayna Danger est une artiste en arts visuels métis – anichinabée (Saulteaux) – et polonaise qui a grandi dans ce qu’il est convenu d’appeler Winnipeg, au Manitoba. Travaillant en photographie, sculpture, performance et vidéo, Dayna Danger remet en question la frontière entre émancipation et objectification en revendiquant l’espace avec ses œuvres plus grandes que nature. Son exploration actuelle du BDSM et des masques fétichistes en cuir perlés met en lumière les dynamiques complexes de la sexualité, du genre et du pouvoir sous un angle consensuel et féministe. Danger, qui vit à Tio'tia:ke – Moniang, a exposé à Santa Fe, Winnipeg, Montréal, Peterborough, North Bay, Vancouver, Edmonton et Banff. Elle est titulaire d’une maîtrise en photographie de l’Université Concordia et siège au conseil d’administration du Collectif des commissaires autochtones (ACC/CCA).

Sophie Guignard est doctorante en histoire de l’art à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), et titulaire d’une maîtrise en politiques culturelles de l’Université Paris Diderot (Paris-VII). Ses recherches doctorales portent sur l’autoreprésentation autochtone par la photographie en Amérique du Nord. À cette fin, elle analyse des brochures et des catalogues d’expositions collectives de photographes autochtones parues depuis les années 1980. Son article « La photographie comme affirmation : aperçu sur un mouvement d'autoreprésentation » a récemment été publié dans le périodique Inter, art actuel, et un autre portant sur la série Masques du photographe Arthur Renwick sera publié en 2019. Elle a reçu une bourse de recherche de l’Institut canadien de la photographie en 2017.

En anglais avec période de questions bilingue. Entrée libre.

La causerie sera précédée d’une visite commentée avec Dayna Danger qui mettra l'accent sur les photographies d’artistes autochtones exposées au Musée. 

Jeudi 19 avril 2018
18 h 45 - 19 h 45
Ajouter au calendrier