Helen McNicoll, Septembre ensoleillé, 1913, huile sur toile.

Aussi importants aujourd’hui qu’ils l’étaient voici plus d’un siècle, les impressionnistes canadiens ont fait leur un des mouvements artistiques les plus révolutionnaires au monde.

Le Canada et l’impressionnisme. Nouveaux horizons

Le Canada et l’impressionnisme. Nouveaux horizons

Avec plus de 100 œuvres par 36 artistes, Le Canada et l’impressionnisme. Nouveaux horizons propose des perspectives nouvelles sur l’apport de l’impressionnisme en art canadien.

En circulant parmi sept sections thématiques, les visiteurs découvriront des œuvres aux influences allant des premiers jours de l’école de Barbizon aux débuts du postimpressionnisme, pourront suivre les traces d’artistes canadiens de l’Amérique du Nord jusqu’à l’Afrique du Nord et apprendront comment l'impressionnisme a conduit à de nouvelles façons de voir et de représenter la vie au Canada.

L’exposition et son catalogue illustrent l’étendue du savoir-faire technique et de la polyvalence des artistes canadiens, ainsi que leur place de choix dans le mouvement impressionniste international. En explorant les œuvres de peintres de renom des XIXe et XXe siècles, l’exposition offre une introduction fascinante à l’apport des artistes canadiens à l’impressionnisme mondial et à l’avènement de la modernité dans leur propre pays.

Organisée par le Musée des beaux-arts du Canada

J’épargnais pour aller à Paris […] Je voulais vite découvrir ce « nouvel art ». Tantôt on le ridiculisait et on le haïssait, tantôt on l’encensait et on l’aimait. Quelque chose dans ces réactions me stimulait. 

– Emily Carr

Date

Vendredi 21 janvier 2022 - Dimanche 12 juin 2022

Emplacement

Musée des beaux-arts du Canada
380, promenade Sussex
Ottawa, (Ontario) K1N 9N4
Canada


Précédemment

Musée Fabre, Montpellier (France)
19 septembre – 29 octobre 2020

Fondation de l’Hermitage, Lausanne (Suisse)
24 janvier – 13 mars 2020

Kunsthalle München, Munich (Allemagne)
19 juillet – 17 novembre 2019

 

Œuvres

James M. Barnsley  ∙  Henri Beau  ∙  Mary Bell Eastlake  ∙  William Blair Bruce  ∙  Franklin Brownell  ∙  William Brymner  ∙  Florence Carlyle  ∙  Emily Carr  ∙  W.H. Clapp  ∙  Maurice Cullen  ∙  L.L. FitzGerald  ∙  Joseph-Charles Franchère  ∙  Clarence Gagnon  ∙  Lawren S. Harris  ∙  Robert Harris  ∙  Edwin H. Holgate  ∙  Prudence Heward  ∙  A.Y. Jackson  ∙  John Y. Johnstone  ∙  Ernest Lawson  ∙  Arthur Lismer  ∙  J.E.H. MacDonald  ∙  H. Mabel May  ∙  Helen McNicoll  ∙  David B. Milne  ∙  Kathleen Moir Morris  ∙  James Wilson Morrice  ∙  Laura Muntz  ∙  Paul Peel  ∙  Marc-Aurèle de Foy Suzor-Coté  ∙  Sophie Pemberton  ∙  Robert Pilot  ∙  George A. Reid  ∙  Henry M. Rosenberg  ∙  Arthur Dominique Rozaire  ∙  Tom Thomson

  

Qu’est-ce que l’impressionnisme canadien?

 

Les artistes canadiens commencent à se rendre à Paris à la fin des années 1870 pour parfaire leur formation artistique, mais aussi pour explorer l’Europe et ses collections d’art. Travaillant en extérieur en Île-de-France, en Bretagne et dans d’autres lieux prisés des artistes, nombre de Canadiennes et Canadiens développent un intérêt durable pour la peinture de paysage tout en s’imprégnant des techniques impressionnistes, lesquelles seront intégrées à leurs créations.

Le public canadien n’adopte pas immédiatement l’impressionnisme. Beaucoup d’artistes de retour au pays après leurs études à l’étranger se heurtent à des difficultés pour vendre leurs œuvres et gagner la reconnaissance de la critique; cela ne va toutefois pas les décourager.

Marc-Aurèle de Foy Suzor-Coté, Dégel, soir de mars, Arthabaska, 1913, huile sur toile.

Marc-Aurèle de Foy Suzor-Coté, Dégel, soir de mars, Arthabaska, 1913, huile sur toile, 61 x 87, 5 cm. Collection Power Corporation du Canada (1992.036.I). Photo : MBAC

Laura Muntz, La robe rose, 1897, huile sur toile.

Laura Muntz, La robe rose, 1897, huile sur toile, 34 x 45 cm. Collection particulière

Trouvant que la scène artistique canadienne est mûre pour se réinventer, les impressionnistes d’ici s’appuient sur de nouvelles techniques radicales pour représenter des sujets locaux. Ils et elles peignent des paysages où s’exprime la vive lumière hivernale, s’inspirent des scènes rurales et urbaines, ainsi que des activités vernaculaires. Des femmes artistes comme Florence Carlyle, Helen McNicoll et Mabel May défient les rôles traditionnels associés au genre et les modes de représentation de la femme moderne dans leurs œuvres.

Alors que le travail des impressionnistes canadiens gagne en notoriété et en popularité, il commence à dessiner les contours de mouvements artistiques plus larges au Canada. L’accent mis sur l’interprétation du paysage, plutôt que sur sa seule représentation, va nourrir la démarche du Groupe des Sept, tandis que la vie moderne et urbaine va influencer les compositions audacieuses du Groupe de Beaver Hall.

Les pionnières et pionniers de l’impressionnisme au Canada, par leur approche novatrice, expérimentale et courageuse, vont marquer à tout jamais l’art au pays.

Quand je suis dans mon propre pays, et parmi mon peuple, j’ai du sentiment et de l’inspiration.

– Marc-Aurèle de Foy Suzor-Coté

 

  

Le Canada et l’impressionnisme. Nouveaux horizons​.

CATALOGUE

Le Canada et l’impressionnisme. Nouveaux horizons​

Ce somptueux portrait de l’impressionnisme canadien et de son influence durable comprend dix essais de conservateurs et autres experts de l’art, ainsi que quelque 300 images et une chronologie illustrée.
 


Par Katerina Atanassova, avec des contributions de Krista Broeckx, Tobi Bruce, Adam Gopnik, Anna Hudson, Laurier Lacroix, Loren Lerner, Tracey Lock, Gerta Moray, Julie Nash et Sandra Paikowsky | livre relié | 296 pages
 

EN SAVOIR PLUS

Contenu connexe

 


La Fondation du Musée des beaux-arts du Canada remercie sincèrement pour leur généreux soutien Thomas et Susan d’Aquino, George et Doone Estey, Margaret et Jim Fleck, Rosamond Ivey, la Galerie Eric Klinkhoff, Tracey Novak et Scott MacDonald, Don et Sheila Pether, Fred et Beverly Schaeffer, Anne Stanfield, ainsi qu’Arni Thorsteinson et Susan Glass.