Doris Ulmann

Financièrement indépendante, Doris Ulmann provenait d’une famille new-yorkaise aisée. Elle a entrepris l’apprentissage de la photographie en 1907, en même temps qu’elle poursuivait des études de droit et de psychologie à l’université Columbia. Elle a aussi étudié la photographie auprès de Clarence White, directeur d’une école de photographie réputée à New York. White prônait une approche picturale dont l’une des caractéristiques était l’ambiance engendrées par le jeu de lumières et d’ombres et l’utilisation d’objectifs à portraits. À partir de 1918, Ulmann a tiré le portrait de personnalités bien connues des cercles littéraires et artistiques américains; ces portraits ont paru dans des publications de luxe et dans les bulletins de la Pictorial Photographers of America, dont elle était membre.

Vers la fin des années 1920, le travail d’Ulmann prit un style plus documentaire, signe de son intérêt naissant pour les sous- cultures américaines en voie de disparaître, par exemple, celles des Mennonites et des Shakers. En 1929, elle entreprit la production d’un livre illustré intitulé Roll, Jordan, Roll (1933), avec l’écrivain Julia Peterkin. Cet ouvrage relevait les coutumes, les traditions populaires et religieuses des Gullahs, soit des Africains-Américains vivant dans les plantations et dans les villages de pêcheurs de la Caroline du Sud et de la Georgie.

Nom
Doris Ulmann
États-Unis: New York, New York
1882-05-29
Nationalité
États-Unis
Décédé
États-Unis: New York, New York
1934-08-28