Elisapee Ishulutaq

« J’ai dessiné cela [Nunagah (My Home Place)] pour que, quand je mourrai, les gens se souviennent de moi, par mes histoires. Quand Paul [Machnik] m’a donné le papier vierge, je me suis dit, comment diable est-ce que je vais pouvoir m’y prendre? Mais j’étais contente de travailler sur du plus grand papier… Je peux mettre plus d’histoires et dessiner des personnages plus grands, ça ne m’a pas causé de problème. J’étais à l’aise d’utiliser le crayon à l’huile, mais je trouvais que ça me demandait de dessiner avec beaucoup d’attention, à la perfection. »  2012

Elisapee Ishulutaq a connu une carrière artistique d’aussi longue durée que tout le développement des arts visuels à Pangnirtung, dans le Territoire du Nunavut, au Canada. L’artiste commence en effet à sculpter et à dessiner en 1970, au début du Programme de promotion des arts et de l’artisanat dans le nouveau village.  

Pendant plus de 40 ans elle a contribué à l’atelier de tapisserie et d’estampe, où plus de 94 de ses dessins originaux ont été produits en estampe et édités en tant que partie intégrante de la collection annuelle de Pangnirtung. Dernière artiste encore en vie à avoir participé aux premières collections d’estampes, Elisapee Ishulutaq est pourtant encore activement engagée dans les nouvelles orientations en arts graphiques de l'Uqqurmiut Centre for Arts and Crafts, un centre implanté dans la collectivité. 

Comparativement aux artistes d’autres collectivités, particulièrement à ceux de Cape Dorset, les artistes de Pangnirtung ont eu un intérêt plus grand à décrire des endroits et des événements réels, en lien avec l’histoire de leur collectivité. À l’avant-plan de cette démarche, Ishulutaq s'est mise à ajouter dans ses œuvres un nombre de plus en plus grand de références historiques et autobiographiques. Dans Nunagah (My Home Place), l’artiste illustre des épisodes de sa vie, en grand, dans une forme épique.

Nom
Elisapee Ishulutaq
Canada: Territoires du Nord-Ouest, camp Kangirterjuak
1925
Nationalité
Canada (Inuit)