Giovanni Battista Tiepolo

«Les peintres doivent aspirer à réussir par de grandes œuvres, celles grâce auxquelles ils peuvent plaire aux nobles seigneurs et aux hommes riches, car ce sont elles qui font la fortune des professeurs; et non [pour plaire] à d’autres gens qui ne peuvent acheter des tableaux de beaucoup de valeur. Par conséquent, l’esprit du Peintre doit toujours viser le sublime, l’héroïque et la perfection. »

- Giambattista Tiepolo, cité dans la Nuova veneta gazzetta du 20 mars 1762; cité dans Giambattista Tiepolo 1696-1996, Venise, Museo del Settecento Veneziano, Ca’Rezzonico, 1996, p. 6; cette référence est donnée à l’origine dans Francis Haskell, Patrons and Painters: A Study in the Relations between Italian Art and Society in the Age of the Baroque, Londres, 1963, p. 253, note 2.

Giovanni-Battista Tiepolo crée de grandes fresques dramatiques qui conjuguent force émotive, couleurs vives et lumière naturaliste. Il est le principal peintre italien du XVIIIe siècle, un exceptionnel dessinateur et un graveur accompli. Ses tableaux dévotionnels représentent les émotions subtiles avec une grande sensibilité. Sa clientèle internationale va des têtes couronnées aux petites confréries.

Tiepolo étudie l’art auprès de Gregorio Lazzarini (1655-1730), mais ses premiers tableaux révèlent son admiration pour les artistes vénitiens qui le précèdent : Le Tintoret, Véronèse et Piazzetta. Ses eaux-fortes sont influencées par Callot, Rosa et G.-B. Castiglione. Pour ses œuvres à plus grande échelle, particulièrement ses fresques, Tiepolo fait appel à des assistants, dont son oncle Francesco Guardi. Ses fils Giandomenico et Lorenzo se joignent à l’atelier de leur père qui fonctionne également comme l’école. Au-delà de l’Italie, la réputation de Tiepolo lui apporte des commandes d’Allemagne et d’Espagne : à Würzburg de 1750 à 1753 et à la cour espagnole à compter de 1762.

Tiepolo est un grand maître à compter de 1717 quand il se joint à la confrérie des peintres de Venise. Son don pour la théâtralité se révèle dès ses premiers tableaux. Ses plus grandes œuvres, ses vastes fresques de 1750-1753 à la résidence de Würzburg, célèbrent le monde comme le voit son mécène européen du XVIIIe siècle. En 1762, Tiepolo répond à l’appel du roi Charles III d’Espagne de peindre des fresques au palais Réal de Madrid. L’artiste déménage en Espagne avec ses fils Giandomenico et Lorenzo, qui l’aident dans son travail et deviennent eux-mêmes des artistes indépendants. Ses merveilleuses esquisses à l’huile pour les fresques sont très recherchées par les collectionneurs. Sa compréhension de la lumière se reflète dans ses œuvres sur papier qui présentent habituellement de forts contrastes d’ombre et de lumière. Comme en témoignent deux dessins de Tiepolo dans la collection du Musée, Deux nus en perspective, v. 1752-1753; Tête imaginaire, vue de profil, v. 1742-1757, et dans ses estampes. Ses séries d’eaux-fortes, exécutées dans les années 1730 et 1740, sont sans cesse publiées après sa mort. Parmi celles-ci, mentionnons Jeune homme assis près d’une urne... de sa série Capricci (v. 1743-1785) et Mage assis observant des crânes de sa série Scherzi di fantasia (v. 1743).

Nom
Giovanni Battista Tiepolo
Italie: Venise
1696-03-05
Nationalité
Italie
Décédé
Espagne: Madrid
1770-03-27