James Hart

 « [Mon travail] doit faire preuve d’intégrité… pour moi-même, pour nos ancêtres, pour notre peuple » 10 novembre, 2011 

James (Jim) Hart est l’un des artistes les plus accomplis de la côte du Nord-Ouest. Outre sa maîtrise de la sculpture de monuments et de mâts totémiques, il est également un créateur de bijoux et d’estampes talentueux. Il est considéré comme un pionnier parmi les artistes haïdas pour son utilisation du bronze. 

Sculpteur depuis 1979, Jim Hart a d’abord fait son apprentissage auprès de Robert Davidson, un artiste haïda renommé, puis il a travaillé pour le maître sculpteur Bill Reid, de 1980 à 1984. Entre autres projets, il a supervisé la construction de la maison haïda dans la Grande Galerie du Musée canadien des civilisations et a restauré un mât haïda ancien pour le Smithsonian à New York. Hart a exposé en solo à Vancouver et Singapour, et a partagé avec d’autres artisans internationaux un espace au Louvre, à Paris.

Jim Hart descend d’une longue lignée de chefs haïdas sculpteurs. Depuis 1999, il porte le titre de chef du clan de l’Aigle, qu’il a hérité de son arrière-arrière-grand-père, Charles Edenshaw. En tant que tel, il continue de se consacrer à sa communauté. Il a ainsi sculpté et érigé des mâts totémiques et construit plusieurs longues maisons haïdas à Old Massett et à Skidegate. Ses mâts, et notamment la sculpture Les Trois sentinelles (2003, coulée en 2010) installée à Ottawa, sont présents dans des collections du monde entier. Il est sollicité par des collectionneurs privés internationaux et a été récompensé par plusieurs prix et distinctions, y compris l’Ordre de la Colombie-Britannique en 2003.

Nom
James Hart
Canada: Colombie-Britannique, Old Massett
1952
Nationalité
Canada