John O'Brien

« Peu de personnes ont un talent naturel aussi marquant pour [la peinture de marines]? qu´O?Brien, et nous nous attendons à ce que, à son retour dans son pays natal, il soit un artiste accompli » - Acadian Recorder, 13 juin 1857

Bien qu´il soit considéré comme le successeur du portraitiste haligonien William Valentine, John O?Brien est surtout reconnu pour ses marines. Son attention aux détails fait des ses peintures des documents précieux pour les historiens de l´histoire maritime de la Nouvelle Écosse (Le Frank au large de George?s Island, Halifax, v. 1856).

Artiste en grande partie autodidacte, O?Brien apprend son art en copiant des gravures et des illustrations américaines et anglaises qu´il trouve dans les journaux d´époque et dans les librairies de Halifax. En juillet 1857, il part étudier outre-mer en Angleterre. À Londres, il devient l´élève de John Wilson Carmichael, peintre britannique de marines. Il s´inspire aussi du style atmosphérique de l´artiste Joseph Mallord William Turner, considéré comme le père de la peinture de paysage et de marine britannique au XIXe siècle.

De retour à Halifax neuf mois plus tard il enseigne la peinture de paysages et de marines tout en coloriant des photographies pour le photographe Wellington Chase. Il se désigne comme « artiste et peintre d´ornements » dans le bottin municipal de 1866-1867. Sensible à la renaissance culturelle des années 1880 à Halifax, il reprend la peinture de chevalet et peint alors près de la moitié des 53 œuvres qu´on lui connaît.