Salomon Marion

« Nous conseillons à ceux qui s´intéressent au progrès des arts dans ce pays, et surtout au succès de leurs compatriotes en ce genre, d´entrer chez Mr. MARION, orfèvre... Ils y verront un morceau d´ouvrage de sa façon qui mérite l´attention des connaisseurs, et qui ne peut manquer d´être admiré par toutes les personnes de goût. »

- Canadian Spectator, 1826.

Artisan hors pair, technicien doué, Salomon Marion est considéré comme l´un des meilleurs artisans de son époque et a une importante clientèle dans la région de Montréal. Il a su allier, dans l´orfèvrerie religieuse aussi bien que domestique, les stylistiques françaises et britanniques, pour créer des œuvres empreintes d´originalité.

À seize ans, son père le met en apprentissage chez Pierre Huguet dit Latour, maître orfèvre à Montréal. Cinq ans plus tard, Marion devient lui-même maître orfèvre et travaille chez le négociant Dominique Rousseau, certainement pour fabriquer de l´orfèvrerie de traite. En 1810, il devient chef d´atelier chez son ancien maître où il devra fabriquer en un an au moins 27 pièces majeures d´orfèvrerie religieuse.

Il obtient son émancipation professionnelle en 1816. Aux pièces d´orfèvrerie religieuse qu´il fabriquait déjà, dont la commande de l'Immaculée Conception (v. 1818) pour l´ancienne église de Verchères, il ajoute des objets domestiques (Théière, v. 1815-1830). Après la mort de Pierre Huguet en 1817, les fabriques deviennent ses clients habituels. Deux ans plus tard, il est constitué procureur de François Loran, qui dirige un centre actif de production et d´échange d´orfèvrerie de traite à St-François. Sa mort soudaine en 1830, à l´âge de quarante-huit ans, met une fin abrupte à l´œuvre d´un virtuose, ouvert à toutes les tendances.

Nom
Salomon Marion
Canada: Québec, Lachenaie
1782-02-05
Nationalité
Canada
Décédé
Canada: Québec, Montréal
1830-10-31