Stanley Cosgrove

« Ma recherche à moi ne consiste pas à changer de sujets, mais à combiner à l´infini les couleurs et les géométries. C´est un travail presque scientifique ».
(Stanley Cosgrove, v. 1997)

Stanley Cosgrove était peintre, dessinateur et muraliste. Sur une carrière de soixante-dix ans, il a maintenu une voie artistique uniforme, créant des représentations figuratives sereines qui exploraient trois grands sujets : les forêts, les femmes et les natures mortes. Dans ses peintures, il a fortement insisté sur les relations formelles par une économie de moyens, avec des formes simplifiées et une palette limitée.

Cosgrove a étudié à l´École des beaux-arts de Montréal de 1929 à 1935, sous la direction de Henri Charpentier, de Joseph Saint-Charles et de Charles Maillard. À l´Art Association of Montreal, il a suivi des cours de dessin donnés par Edwin Holgate, qui est devenu un ami pour la vie. Après avoir terminé ses études, Cosgrove a passé plusieurs mois en Gaspésie, grâce au soutien du mécène Huntley Drummond, et trois étés dans Charlevoix, avec Jean Paul Lemieux, Jean Palardy et Jori Smith. En 1938, il a aidé Holgate à peindre une murale pour le pavillon du Canada à l´Exposition universelle de New York.

L´année 1939 s´est avérée un tournant important pour Cosgrove. Il a présenté sa première exposition solo à l´École des beaux-arts de Québec, puis il a exposé avec la Société d´art contemporain et au Musée du Québec. Ensuite, il a reçu une bourse pour aller étudier en France. Cependant, comme la guerre venait d´éclater, il s´est plutôt dirigé vers le Mexique, s´étant depuis longtemps intéressé à la culture et à l´art de ce pays, en particulier aux fresques de José Clemente Orozco.

Cosgrove est arrivé au Mexique au début de 1940 et y est resté pendant quatre ans. Il a étudié sous la direction de Manuel Rodriguez Lozano à l?Academia de San Carlos, à Mexico, puis il a passé huit mois extrêmement enrichissants avec Orozco comme apprenti. C´est de lui que Cosgrove a appris les techniques de la fresque qui devaient avoir une incidence durable sur son œuvre : l´application de minces couches sèches de peinture, l´attention à la forme et à la composition, et l'emploi de couleurs subtiles.

Cosgrove est revenu à Montréal en 1943 pour occuper un poste d´enseignant à temps partiel à l´École des beaux-arts. Au cours des dix années suivantes, il a été très productif, participant à de nombreuses expositions et signant un contrat exclusif avec la Dominion Gallery. Il s´est joint au Groupe des Peintres canadiens et a été élu à l´Académie royale des arts du Canada. En 1953, Cosgrove et son grand ami Goodridge Roberts se sont tous les deux retrouvés dans le sud de la France pour peindre, grâce à des bourses du gouvernement. En 1958, il a quitté son poste d´enseignant à l´École des beaux-arts et, au cours des quatre décennies qui ont suivi, il s´est consacré à la peinture et à l´exposition de ses œuvres.

Les formes simplifiées et les perspectives multiples de Nature morte (1947) contribuent à la vitalité de cette œuvre. La robe bleue (1949) est typique des portraits de Cosgrove, avec sa figure de madone placide, cernée de noir. Paysage (1954), avec son sentiment de paix et de calme et son absence d´êtres humains, est caractéristique de ses scènes de forêts.

Nom
Stanley Cosgrove
Canada: Québec, Montréal
1911-12-23
Nationalité
Canada
Décédé
Canada: Québec, Montréal
2002-04-28