Stanley Spencer

« L’Art est là où je peux trouver la paix.

- Stanley Spencer, 1959

Stanley Spencer est l’un des artistes majeurs de l’Angleterre du début du xxe siècle. Il peint surtout sur les thèmes de la religion, le sexe et la guerre. Si ses confrères le rejettent dans les années 1930 en raison de son intérêt pour l’imagerie sexuelle, les critiques d’aujourd’hui considèrent que son œuvre annonce le renouveau de la peinture figurative de la fin du XXe siècle.

Stanley Spencer grandit dans le village pittoresque de Cookham, à 30 km à l’ouest de Londres. Il fera de ce village son modèle de prédilection tant pour ses paysages, comme Paysage aux magnolias, Odney Club, que pour ses sujets religieux. Bien qu’étant un artiste paysagiste très respecté, Spencer estime que ce genre d’œuvre n’est qu’une distraction par rapport à ses compositions figuratives plus imaginatives.

En étant jeune enfant, Stanley Spencer reçoit à la maison un enseignement scolaire dispensé par son père et suit en parallèle des cours d’aquarelle avec un peintre local. En 1907, il étudie au Maidenhead Technical Institute dans le Berkshire, mais quitte cet établissement plus tard au cours de cette même année pour aller à Londres suivre les cours de Henry Tonks à la Slade School of Fine Art.

Pendant la Première Guerre mondiale, il sert dans le service de santé de l’armée britannique, puis dans l’infanterie. Ces années de guerre marquent profondément le jeune artiste. Entre 1927 et 1932, il puise dans ses souvenirs à la fois réels et imaginaires pour représenter la vie quotidienne des soldats sur les fresques murales d’un monument commémoratif financé par des fonds privés, la Sandham Memorial Chapel à Burghclere.

En 1929, Stanley Spencer, déjà marié et père de famille, rencontre Patricia Preece, qui devient peu de temps après sa seconde épouse. Son engouement pour Preece coïncide avec son intérêt grandissant pour l’imagerie érotique. C’est à cette époque qu’il conçoit l’Église-Maison. Cet édifice devait célébrer les plaisirs de la paix et du sexe, de même que servir de pendant à son monument commémoratif de Burghclere. Stanley Spencer n’a jamais pu trouver de mécène pour financer la construction de son Église-Maison, mais il a continué à travailler sur ce projet jusqu’à sa mort. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, il sert en tant que peintre de guerre sur les chantiers navals de Glasgow tout en continuant à gagner sa vie en vendant des tableaux de paysages et des portraits.

Élu membre de la Royal Academy of Arts (qu’il quitte en signe de protestation de 1935 à 1950), Stanley Spencer fait partie d’une délégation culturelle britannique envoyée en Chine en 1954. L’année suivante, la galerie Tate lui rend hommage en organisant une rétrospective de sa carrière. En 1958, Stanley Spencer est anobli. Trois ans après sa mort, en 1959, la galerie Stanley Spencer est inaugurée dans le village de Cookham.