Timothy Kuananapik Quananaapik

Femme au travail

1963
Catégorie: 

Dans un entretien publié dans Uqalurait, l'aînée Anna Kappianaq offre un aperçu des activités des femmes :

J'enlève habituellement le blanc (la graisse) et une couche de peau en même temps. Il faut s'assurer de bien enlever le blanc. J'amincis la peau jusqu'à ce qu'elle soit douce, mais pas trop mince, puis je racle l'excès d'huile, je lave la peau, je l'essore et je la fais sécher … La peau brute du phoque à fourrure peut servir à faire des kamiit [bottes], des pantalons, des mitaines, des vestes et des pinirat [chaussons portés à l'intérieur des bottes]. On peut pratiquement tout faire avec le phoque à fourrure. Beaucoup plus qu'avec le phoque barbu. On peut fabriquer une tente, des sacs à dos, des cordes, des housses de bateau, des semelles de bottes. Tant qu'on a des peaux de phoque, on ne manquera de rien.

Titre
Femme au travail
Date
1963
Technique
Estampe
Matériaux
gravure sur pierre en bleu sur papier japon vergé
Dimensions
42.8 x 32.8 cm maximum irregular
Nationalité
Canada
Mention de source
Don du ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien, 1992
Numéro d'acquisition
37396