Odilon Redon

Fleurs exotiques

v. 1914

Bien que contemporain des impressionnistes, Redon montre peu d’inclination pour leur penchant naturaliste. Cependant, vers la fin de sa carrière, il accorde une place plus importante à la couleur. Il en exploitera le pouvoir suggestif plus que descriptif dans de nombreuses oeuvres dominées par des motifs floraux. Dans ce pastel, la couleur ajoute une forte charge émotive aux fleurs exotiques en donnant rythme et mouvement à la composition.

– Étiquette de Van Wisselingh, no 725x

– James Bourlet & Son, emballeurs

– « Redon 34, Fleurs exotiques »

– « n.44/ O.Redon / Fleurs exotiques / ASSS »

– « 13349 / Redon Fleurs exotiques »

– « Exposition rétrospective. Galerie Barbaznages 18 mai-15 juin, 1920, n.110. « Fleurs exotiques » propriétaire M. Hessel »

– « Joseph Hessel, Paris »

– « Expos. O. Redon, 1923, Galerie Druet, n. 86. »

en 1920-05 –
Joseph Hessel, Paris, France [1]

1923-06 –
Galerie Druet, Paris (?)[2]

– 1951
J. N. H. Eisenloeffel (1881-1974), Amsterdam, Pays-Bas [3]

– 1951-02-15

E. J. Van Wisselingh & Co., Amsterdam, achetée de J. N. H. Eisenloeffel [4]

1951-02-15 –
Musée des beaux-arts du Canada, achetée de Van Wisselingh & Co. [5]

La principale source de cette provenance est le catalogue raisonné d’Alec Wildenstein, no de cat. 1340 [Alec Wildenstein. Odilon Redon : Catalogue raisonné de l'œuvre peint et dessiné, vol. III, « Fleurs et paysages », Paris, Institut Wildenstein, 1996.]

[1] Selon les deux étiquettes au dos (voir ci-dessus), le tableau appartient à Joseph Hessel en 1920. Jos. Hessel est un collectionneur et marchand belge d’art moderne français à Paris.

[2] Selon une autre étiquette au verso, le pastel fait partie d’une exposition de la Galerie Druet de Paris, en juin 1923 [Exposition d'œuvres de Odilon Redon (1840-1916) : peintures, pastels, aquarelles, dessins, lithographies, eaux-fortes, art décoratif, Galerie E. Druet, Paris, du 11 au 30 juin 1923, lot. no 86]. On ne sait pas si la galerie possédait le tableau ou l’avait emprunté.

[3] Le registre de stock du marchand d’art hollandais, E.J. van Wisslingh & Co., indique que le marchand d’art hollandais, Nico Eisenloeffels, possédait Fleurs exotiques jusqu’en 1951 [Archives de Van Wisselingh, numéro de stock 7196, Rijksbureau voor Kunsthistorische Dokumentatie, La Haye, Pays-Bas]. Par conséquent, le pastel se trouve toujours entre les mains d’Eisenloeffels quand Van Wisselingh l’inclut dans une exposition à Montréal en 1950 [French Paintings of the XIXth and XXth Centuries (collection de M. P. Eilers de E.J. Wisselingh & Co., Amsterdam), Watsons Art Galleries, Montréal, no de cat. 19].

[4] Voir note [3].

[5] Registre d’acquisition [dossier de documentation du MBAC]

Artiste
Titre
Fleurs exotiques
Date
v. 1914
Technique
Dessin
Matériaux
pastel sur papier vélin
Dimensions
62.6 x 49.2 cm
Nationalité
France
Mention de source
Acheté en 1951
Numéro d'acquisition
5772