Gustave Courbet

Les cascades

v. 1872

L'épaisseur et la viscosité de l'huile, appliquée par touches vigoureuses au pinceau et au couteau à palette, donnent son relief à ce tableau que Courbet a peint sur un fond sombre qu'il a progressivement éclairci. L'absence de toute trace de vie humaine ou animale dans ce paysage - l'un des derniers que l'artiste ait réalisés avant de quitter la France pour chercher l'asile politique en Suisse - crée un vide étrange qui a peut-être valeur de symbole.

– 1882-01-19-20

M. Thomas, duc de Bojano, France [1]

1882-01-19-20 –
Hector-Henri-Clément Brame (1831-1899), Paris, France, achetée du duc de Bojano [2]

– 1888-03-15

Collection Doidatz (?) [Aux enchères des Tableaux modernes à l’hôtel Drouot, le 15 mars 1888, Paris, France] [3]

– 1894-02-07

George Ingraham Seney (1826-1893), New York, NY, É.-U. [4]

1894-02-07 –
Collection Randolph [5]

– 1929
Marquis Edgar de Rochecouste (né en 1845), Paris, France [6]

1929
E.J. Van Wisselingh & Co., Amsterdam, Pays-Bas, achetée du marquis de Rochecouste [7]

1929 –1946
Gordon C. Edwards (1866-1946), Ottawa, Canada, achetée d’E.J. Van Wisselingh & Co. [8]

– 1946-03

Mme E.L.M. Bogue et G.M.M. Edwards, par voie de succession [9]

1946-03 –
Musée des beaux-arts du Canada, donnée par Mme E.L.M. Bogue et G.M.M. Edwards [10]

La principale source de cette provenance est le catalogue raisonné de Robert Fernier, cat. no 856 [Fernier, Robert. La vie et l’œuvre de Gustave Courbet, Catalogue raisonné, Lausanne, Paris : Fondation Wildenstein, 1978]. Les exceptions et autres documents à l’appui sont indiqués.

[1] Une vente posthume de la collection de « M. le Duc de B... » a lien à l’hôtel Drouot, Paris, les 19 et 20 janvier 1882 [Tableaux anciens et modernes, collection de Feu M. le Duc de B..., hôtel Drouot, Paris, 19 et 20 janvier 1882]. Dans son catalogue raisonné, Fernier mentionne comme vendeur monsieur Thomas, duc de Bojano [voir également la lettre de R. Fernier, datée du 5 août 1972, dossier de documentation du MBAC]. Toutefois, dans le Dictionnaire des Ventes d’Art de Mireur, le nom est écrit « Bajano ». [Mireur, H. Dictionnaire des Ventes d’Art faites en France et à l’Étranger pendant les 18ième et 19ième Siècles, Paris, Maison d’éditions d’œuvres artistiques, 1911, tome 2, p. 284].

[2] À la vente de 1882 à l’hôtel Drouot [voir note 1], le tableau est proposé sous le titre de La Source du Lison, près Nans-sous-Sainte-Anne. Une note manuscrite dans l’exemplaire du catalogue de vente aux enchères Drouot du MBAC identifie l’acheteur comme un certain « Brame » – probablement le marchand d’art parisien, Hector Brame.

[3] L’œuvre fait partie de la vente aux enchères de Tableaux modernes à l’hôtel Drouot, Paris, France, comme lot no 45, « La Source du Lison, près Nans-sous-Sainte-Anne. Signé et daté 1873; 97 x 147 cm ». Une note manuscrite indique comme vendeur, « Doidatz » [ou Sordatz ou Jordatz].

[4] Le 7 février 1894, le tableau est inclus dans la vente de succession du banquier new-yorkais George I. Seney à l’American Art Association de New York [Modern paintings, water colors, etchings and engravings en tant que Source de Lusine, lot no 209]. Une note manuscrite dans le catalogue de vente indique comme acheteur, « Randolph ».

[5] Voir note [4].

[6] Le registre de stock du marchand d’art hollandais, E. J. Van Wisselingh & Co., indique le marquis de Rochecouste comme propriétaire de l’œuvre jusqu’en 1929 [archives Van Wisselingh, numéro de stock S 5218, Rijksbureau voor Kunsthistorische Dokumentatie, La Haye, Pays-Bas].

Fernier indique que le tableau fait partie des enchères à l’hôte Drouot, Paris, du 19 juin 1920, lot 56, sous le titre de La cascade du Valbois, et est acheté. Il indique Henri Baudoin, C. P., et André Schoeller comme propriétaires. Le registre de stock de Van Wisselingh indique toutefois : « 1929 – Marquis de Rochecouste, 1929 – G.C. Edwards », suggérant que le tableau a été acheté directement par Van Wisselingh du marquis de Rochecouste et vendu à G.C. Edwards (1866-1946), Ottawa, Canada, la même année.

[7] Voir note [6].

[8] Voir note [6].

[9] Voir note [10]

[10] Le tableau est un don au Musée des beaux-arts du Canada par Mme E.L.M. Bogue et G.M.M. Edwards à la mémoire de leur père, Gordon C. Edwards [registre des acquisitions, dossier de documentation du MBAC].

Titre
Les cascades
Date
v. 1872
Technique
Peinture
Matériaux
huile sur toile
Dimensions
97.8 x 151.1 cm
Nationalité
France
Mention de source
Don de Monsieur G.M.M. Edwards et Mme E.L.M. Bogue, Ottawa, 1946, à la mémoire de leur père Gordon C. Edwards (1866-1946)
Numéro d'acquisition
4638

Plus sur Gustave Courbet