Jacob (et Atelier) Jordaens

Les jeunes piaillent comme chantent les vieux

v. 1640

E - Le titre est un proverbe rappelant que les enfants imitent les adultes. Trois générations d’une famille festoient et l’aîné, qui semble éméché, ne donne pas l’exemple. À ses côtés, un homme joue de la flûte et son fils l’imite; l’objet sur lequel le plus jeune enfant fait ses dents sert aussi de sifflet. Jordaens s’amuse de cette abondance d’éléments – certains symbolisent le luxe et d’autres possèdent une signification précise, tel le perroquet, réputé pour sa capacité d’imitation. À cette époque, les scènes festives, tempérées par des messages moralisateurs, gagnent la faveur populaire et représentent une source fiable de revenu. Jordaens a créé la composition; il en exécute certaines parties, tout en confiant le reste du travail à ses assistants, dont un spécialiste de la nature morte. Traditionnellement, le maître achève et dynamise l’oeuvre en y apportant des corrections finales et des retouches; mais ces retouches peuvent aussi être émulées, comme c’est le cas dans l’atelier de Rubens, par un assistant qui comprend la nécessité d’une certaine adresse. Par exemple, les rehauts appliqués avec négligence sur les étoffes suggèrent la participation active de Jordaens, mais elles ne sont pas de sa main. En revanche, dans les éléments du tableau les plus expressifs et importants – les visages et les mains –, nous le voyons clairement l’oeuvre.

Titre
Les jeunes piaillent comme chantent les vieux
Date
v. 1640
Technique
Peinture
Matériaux
huile sur toile
Dimensions
145.5 x 218 cm
Nationalité
Flandre
Mention de source
Acheté en 1969
Numéro d'acquisition
15790