Plat

v. 1500

La vaisselle émaillée et dorée représentait le summum du luxe et avait une vocation plus ornementale que fonctionnelle. Pour la fabriquer, il fallait marteler une feuille de cuivre, la recouvrir de verre broyé de diverses couleurs, et la chauffer au four pour fusionner le verre. On l’ornait ensuite d’une riche dorure délicate; à manipuler avec soin. On a
longtemps pensé que ces objets provenaient de Venise, mais de récentes études viennent nuancer cette hypothèse. Les motifs en spirale sont familiers, mais ceux de la colombe et du Saint-Esprit constituent ici une touche inhabituelle qui semble indiquer que ce plat était utilisé dans les rites religieux. La plupart des objets étaient à usage domestique.

1964-05-21-30

Le prince Nicholas de Roumanie (1903-1978) [1]

en 1979 –
Germain Seligman, New York, États-Unis [2]

E.V. Thaw, New York, États-Unis [3]

1979-09-24 –
Musée des beaux-arts du Canada, acheté de E.V. Thaw [4]

[1] Le prince Nicholas de Roumanie met le plat en vente par l’entremise de la Galerie Jü rg Stuker de Berne, du 21 au 30 mai 1964 [Königliche Juwelen und kostbare Kunstschä tze aus der Sammlung S.K.H. des Prinzen Nikolaus von Rumä nien, lot 162].

[2] L’objet est présenté dans la publication de John Richardson, The Collection of Germain Seligman [impression privée pour E.V. Thaw, New York, Artemis S.A, Luxembourg, et David Carritt, Londres, 1979, cat. no 107].

[3]Voir note [4].

[4] Le Musée des beaux-arts du Canada achète le plat en émail du marchand new-yorkais, E.V. Thaw, le 24 septembre 1979. Registre d’acquisition [dossier de documentation du MBAC].

Titre
Plat
Date
v. 1500
Technique
Arts décoratifs
Matériaux
émail et or sur cuivre
Dimensions
24.5 cm de diamètre
Nationalité
Italie
Mention de source
Acheté en 1979
Numéro d'acquisition
23410