Cercueil et fier de l’être – Perspective : Madame Récamier de David, de René Magritte

René Magritte, Perspective : Madame Récamier de David, 1951, huile sur toile, 60.5 x 80.5 cm. Acheté en 1997. Musée des beaux arts du Canada, Ottawa. © Succession René Magritte / SODRAC (2017)

 

Rire à gorge déployée peut sembler déplacé devant un tableau, qui plus est quand il représente un cercueil. C’est cependant tout à fait ce qu’inspire, sélectionné parmi les œuvres surréalistes du Musée, Perspective : Madame Récamier de David de René Magritte. Drôle et morbide à la fois, cette toile est l’une des deux seules peintures à l’huile de Magritte dans des collections publiques au Canada. Les amateurs de l’œuvre de l’artiste qui ne peuvent se rendre à Bruxelles pour prendre part aux activités de commémoration 2017 est l’année de René Magritte, à l’occasion du cinquantième anniversaire de sa mort, seront en mesure de l’admirer en tout temps dans les salles d’art européen et américain du Musée.

Dans cette œuvre macabre, Magritte remplace par un cercueil le modèle du portrait inachevé de Jacques-Louis David, qui date du début du XIXe siècle. Peinte en 1951, la version de Magritte reprend les couleurs néoclassiques et le coup de pinceau finement détaillé de David, mais un cercueil prend la place du sujet principal de la toile, Madame Récamier. Femme de banquier, Juliette Récamier, dont la beauté faisait tourner les têtes de la gent masculine, était très en vue dans la société parisienne de l’époque napoléonienne.

 

Jacques-Louis David, Madame Récamier, 1800, huile sur toile, 174 cm x 244 cm. Paris, musée du Louvre. Photo  © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Gérard Blot

 

Dans la mystérieuse toile de Magritte, un cercueil en bois est représenté « assis » sur une méridienne classique, ocre et verte, d’inspiration française. Penché légèrement vers le spectateur, incliné avec nonchalance comme s’il avait de fait posé pour le portrait, l’objet transmet nettement une impression de fierté.

Perspective échappe à toute interprétation unique – est-ce une critique de la peinture néoclassique ou un hommage? Un geste déterminé à effacer la beauté féminine ou un simple rappel de l’inéluctabilité de la mort? Peu importe, il surprend et dérange.

Perspective : Madame Récamier de David de René Magritte est exposée au Musée des beaux-arts du Canada. Il sagit de lune de deux peintures à lhuile de Magritte dans des collections publiques au Canada, et la seule présentement exposée au public en cette année du cinquantième anniversaire de la mort de l’artiste.

À propos de l'auteur