Le questionnaire de Proust : Sonny Assu

Le questionnaire de Proust est au départ un jeu populaire à la fin de l’époque victorienne, conçu pour révéler des aspects clés du caractère d’une personne. L’auteur Marcel Proust, encore adolescent, répond à une suite de questions semblables avec un tel enthousiasme que, lors de la découverte en 1924 de ses réponses originales, son nom devient associé de façon permanente à ce type d’entrevue informelle.

SONNY ASSU

 

Photo : Chris Meier

Né à Richmond, en C.-B., en 1975, Sonny Assu est Ligwilda’xw (Kwakwaka’wakw) de la nation We Wai Kai de Colombie-Britannique. Après avoir appris par hasard ses origines autochtones à l’école primaire, Assu va choisir d’aller à la rencontre de son héritage. Adulte, il se met à créer des œuvres sagaces et pleines d’esprit, imprégnant ses peintures, sculptures, estampes, installations et interventions d’un humour désabusé dont l’artiste dit qu’il engage la « conversation » sur les thèmes de la consommation, de la colonisation et de l’impérialisme.

Assu a reçu de nombreuses récompenses, dont notamment la distinction Emily Award en 2007 et le British Columbia Creative Achievement Award for First Nations’ Art en 2011; il est également présélectionné pour le prestigieux Prix artistique Sobey en 2012, 2013 et 2015. Ses œuvres figurent dans les collections permanentes de plusieurs galeries et musées internationaux, dont le Musée des beaux-arts du Canada, ainsi que dans des collections particulières au Canada et aux États-Unis.

Cet été, Assu aura les honneurs de deux expositions individuelles : Continuum, du 12 juin au 6 septembre à la Thunder Bay Art Gallery, et Day School [Jour d’école], à l’Equinox Art Gallery à Vancouver du 13 juin au 11 juillet.

*

Mon premier souvenir de l’art :

Dessinant des bateaux de pêche commerciaux à l’école primaire. Je passais mes étés sur le bateau de mon grand-père.

Le moment où j’ai su ce que serait ma vocation :

Quand mon atelier était dans mon appartement et que je me réveillais au milieu de la nuit pour peindre en caleçon.

Ma plus grande influence :

Ma famille.

L’occupation que j’aurais choisie (autre que les arts) :

Acteur.

Mon loisir préféré (autre que les arts) :

Boire un café et regarder les gens dans le coin de Main Street à Vancouver.

Mon artiste préféré(e) :

Rebecca Chaperon. C’est l’une de mes plus anciennes amies, et j’ai beaucoup aimé l’évolution de son œuvre au cours des dernières années.

Mon auteur(e) et musicien(ne)/compositeur(rice) préféré(e) :

En ce moment, je dirais Sage Francis. Du hip-hop puissant et intelligent. Son dernier album s’intitule Copper Gone. Ce fut un grand moment pour moi quand j’ai découvert le titre du nouveau disque, avec un vinyle en édition limitée qui justement, a les couleurs du cuivre! Je lui ai envoyé par Twitter une photo de mon œuvre Ellipsis [Ellipse]. Sa réponse a été des plus sympathiques.

La couleur, la fleur et l’oiseau que je préfère :

Le vert ou le rouge, le lis et le grand corbeau.

L’aliment et la boisson que je préfère :

Les sushis et le cidre.

L’odeur et le son que je préfère :

Le cèdre, et l’eau qui clapote sur la plage de galets du village de ma grand-mère.

L’objet que je préfère :

J’ai une collection d’automobiles en modèles réduits : ma GTO 1967 est ma préférée.

L’environnement ou le paysage que je préfère :

La côte nord-ouest du Pacifique.

Le temps ou la saison que je préfère :

SURTOUT PAS LES HIVERS À MONTRÉAL!

L’expression, la formule, le proverbe ou le mot que je préfère :

Ça risquerait de virer à une série de blagues de mononcle.

Ma bête noire :

Les gens qui fument dans les espaces publics là où ils ne devraient pas, et ceux qui ne cèdent pas leur siège aux personnes qui en ont besoin dans les transports publics. En fait, les grossiers personnages.

Ma meilleure qualité :

La compassion.

Mon pire défaut :

Certains disent que je suis un peu têtu, mais je ne m’en rends pas compte.

Ma définition du bonheur :

Embrasser ma fille sur la joue quand je vérifie que tout va bien le soir.

L’endroit où je désirerais vivre :

En C.-B., au bord de l’eau.

Un rêve récurrent :

S’il y en a un, je ne m’en souviens pas.

Un souhait :

Que les Canadiens connaissent leur histoire cachée.

Ce que je veux faire avant de mourir :

Que nous arrêtions de détruire l’environnement avant qu’il soit trop tard.

L’art pour moi, c’est :

Un outil d’apprentissage.

*

Partager cet article: 

À propos de l'auteur