Chagall & Winnipeg, un clin d’œil du destin


Marc Chagall, Ferdinand Eckhardt, Sophie-Carmen Eckhardt-Gramatté et Valentina (« Vava ») Brodsky Chagall à Vence, en France, 1959. Photo : Avec la permission de The Eckhardt-Gramatté Foundation

Winnipeg n’aurait jamais eu vent de la relation entre Marc Chagall et un ancien directeur du Musée des beaux-arts de Winnipeg (WAG), Ferdinand Eckhardt, sans un clin d’œil du destin, de fascinantes amitiés et une série de coïncidences compliquées. La mini-exposition que présente la WAG ce printemps, Chagall & Winnipeg, a ouvert grand une malle pleine de souvenirs, de lettres, de photos et d’œuvres d’art.

À l’affiche jusqu’au 11 septembre 2016, Chagall & Winnipeg complète deux autres expositions également présentées à la WAG : Chagall. Daphnis & Chloé, une exposition itinérante du Musée des beaux-arts du Canada (MBAC), et Esther Warkov: Paintings, 1960s-80s [Esther Warkov : Peintures des années 1960-1980]. L’exposition du MBAC met en vedette le jeu complet des 42 lithographies du célèbre artiste du XXe siècle illustrant le roman classique Daphnis et Chloé, une magnifique série souvent vue comme le couronnement de la carrière d’imprimeur de Chagall.



Marc Chagall, Flower Still Life [Nature morte aux fleurs], v. 1935, aquarelle, gouache sur carton sur toile, 76,4 x 57,5 cm. Collection du Musée des beaux-arts de Winnipeg. Don de M. Joseph Harris, G-54-9. Photo : Ernest Mayer

Outre des lettres et des photos, Chagall & Winnipeg présente une huile de Walter Gramatté offerte à la WAG par The Eckhardt-Gramatté Foundation, Vava (1927), et une gouache de Chagall prêtée par le MBAC, Le Corbeau et le Renard (1926). Ce tableau peint à l’origine pour le marchand d’art français Ambroise Vollard a servi de modèle à une eau-forte de la grande série d’estampes créées par Chagall pour les fables d’Ésope. Provenant de la collection de la WAG, une lumineuse aquarelle de Chagall, Flower Still Life [Nature morte aux fleurs] (1935) met en scène un bouquet diaphane bleu et rose vif, un grand oiseau et un couple d’amants enlacés dans le coin inférieur droit. 

Prolifique artiste moderniste prolifique né en Russie, Marc Chagall a centré son œuvre sur le thème de l’amour, qu’il s’agisse de l’amour de la famille, du groupe ou du pays natal en général ou de l’amour romantique en particulier. Selon Andrew Kear, conservateur de l’art ancien canadien à la WAG, les lithographies de Daphnis & Chloé sont l’un des projets les plus importants que Chagall ait jamais réalisé dans le domaine de l’estampe : « Quand je pense au Modernisme européen, je pense Cubisme analytique, Fauvisme, grands énoncés universels, forme et expression, dit-il à Magazine MBAC. En revanche, le genre de détails personnels ajoutés par Chagall, les récits personnels qu’il intègre, et les souvenirs, sont assez uniques. »


Marc Chagall, Le poète et les oiseaux, 1911, 72,7 x 99,5 cm, huile sur toile. Minneapolis Institute of Arts. Legs de Putnam Dana McMillan. Photo © Minneapolis Institute of Arts

Au fil de ses recherches pour Chagall : Daphnis & Chloé, le Musée des beaux-arts de Winnipeg a déterré plusieurs de ces souvenirs dont un lien passionnant entre Chagall et l'ancien directeur de la WAG. Le premier jalon de la piste tarabiscotée menant à l’exposition Chagall & Winnipeg est le mariage de Chagall et de Valentina (« Vava ») Brodsky en juillet 1952. Vava, qui a servi de modèle à l’expressionniste allemand Walter Gramatté dans les années 1930, devient amie avec l’épouse de Gramatté et compositrice allemande Sophie-Carmen (« Sonia »). Après le décès prématuré de Gramatté en 1929, Sonia rencontre un historien de l’art autrichien, Ferdinand Eckhardt. Le mariage a lieu peu de temps après. Eckhardt, directeur de la WAG de 1953 à 1974, fait alors la connaissance de Vava Brodsky. Ainsi le hasard est-il à l’origine d’un futur lien entre Chagall et Winnipeg.

Les Eckhardt et Vava se perdent de vue dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale, mais Sonia Gramatté-Eckhardt a l’occasion de renouer avec Vava en 1958. Andrew Kear explique : « Dans ses mémoires inédites, M. Eckhardt dit avoir entendu par hasard deux pianistes de Québec mentionner le nom ҅ Vava ҆ un soir, après un concert à Winnipeg. Quand il leur a demandé qui était ҅ Vava ҆, les pianistes ont répondu qu’il s’agissait évidemment de Valentina Brodsky, une amie commune qui avait épousé Marc Chagall en 1952. »

 


Esther Warkov, Dreams of a Distant Summer [Rêves d’un été lointain], 1982–1983, huile sur toile, 183 x 229 cm. Collection du Musée des beaux-arts de Winnipeg. Acquis grâce à une subvention de The Winnipeg Foundation, G-83-63. Photo : Leif Norman

Les Eckhardt obtiennent l’adresse de Chagall et lui envoient une lettre de présentation. La réponse arrive avec une invitation à séjourner chez Chagall et Vava à Vence, dans le sud de la France. Les Eckhardt passent les étés de 1959 et de 1961 chez l’artiste et sa femme. À la mort de Chagall en 1985, les lettres de condoléances échangées entre Vava et M. Eckhardt attestent une solide amitié. Ces lettres font partie de l’exposition Chagall & Winnipeg

Sonia Del Re, conservatrice adjointe des estampes et dessins européens, américains et asiatiques au MBAC, poursuit : « Les Eckhardt ont rendu visite à Chagall et à Vava les années où Chagall travaillait sur les lithographies de Daphnis & Chloé », souligne-t-elle pour Magazine MBAC. Chagall a commencé les 42 estampes sensuelles du roman du poète grec Longus en 1957 et il les a terminées en 1960. L’ouvrage a été publié en 1961. « Si l’on comparait ces dates avec celles des visites des Eckhardt, on découvrirait sans doute qu’elles se chevauchent. » Ce qui laisse à penser que les Eckhardt ont vu les planches et assisté à leur création.

Chagall & Winnipeg tisse un récit d’amitié entre deux familles influentes du monde artistique et de Winnipeg. Cette amitié avec l’ancien directeur de la WAG offre un regard fascinant non seulement sur la vie intime de Chagall, mais sur ce lien imprévu avec le Canada. Explorant la genèse d’une amitié indéfectible et les relations souvent aléatoires que nouent les gens au fil du temps et des lieux, les révélations de Chagall & Winnipeg ajoutent une profondeur et un aspect poignant au spectacle grandiose de la WAG. 

Chagall & Winnipeg et Chagall. Daphnis & Chloé seront à l’affiche à la WAG jusqu’au 11 septembre 2016. Esther Warkov: Paintings, 1960s-1980s, une œuvre qui doit beaucoup aux préoccupations et à l’esthétique de Chagall, est présentée à la WAG jusqu’au 16 octobre 2016. 

Partager cet article: 

À propos de l'auteur