Paul Gauguin. Vase représentant Leda au cygne (détail), 1887–1888. Collection particulière.

Révéler le talent de l’artiste. Gauguin à l’Art Insitute of Chicago

Si la notoriété de Paul Gauguin (1848–1903) repose surtout sur son œuvre postimpressioniste, il n’en demeure pas moins que ce peintre était aussi un sculpteur, un céramiste, un graveur et un décorateur accompli. La nouvelle exposition de l’Art Institute of Chicago (AIC) met en valeur le talent protéiforme de Gauguin en révélant une personnalité d’artiste-artisan habile à inventer de nouvelles méthodes créatrices.  « Ce qui m’intéresse », explique-t-il  en 1903, « c’est précisément un genre d’art inépuisable, riche de toutes sortes de techniques, apte à traduire toutes les émotions de la nature et de l’humanité. »

 

Paul Gauguin. Portrait de l’artiste au Christ jaune, 1890–1891. Musée d’Orsay, Paris, acquis par les Musées nationaux avec la participation de Philippe Meyer et d'un mécénat japonais coordonné par le quotidien Nikkei, 1994.

 

Né à Paris en 1848, Gauguin s’engage comme pilotin dans la marine marchande, puis dans la marine française, avant de connaître le succès comme agent de change et homme d’affaires.  En 1882, l’effondrement de la bourse parisienne l’incite à se consacrer à l’art à plein temps. Alors âgé d’une trentaine d’année, il vit les années suivantes à Hiva Oa, à Tahiti, en Bretagne et en Martinique et peint d’innombrables tableaux sur de nombreux sujets, travaillant sur la couleur et la nature et s’intéressant à l’utilisation de la forme. Son environnement tropical donne le coup d’envoi à une période fertile en créations nouvelles et résolument originales.

 

Paul Gauguin. Merahi metua no Tehamana (Tehamana a de nombreux parents ou Les ancêtres de Tehamana), 1893. The Art Institute of Chicago, don de M. et Mme Charles Deering McCormick.

 

« Gauguin était un artiste polyvalent, multidimensionnel, mais il n’est connu que pour une petite partie de sa production », indique en entrevue avec Magazine MBAC Allison Perelman, chercheure associée en peinture et sculpture européennes à l’AIC. « L’exposition approfondit sa technique et cherche à comprendre comment les expérimentations auxquelles il s’est livré dans une technique l’ont aidé à progresser dans les autres. »

L’exposition de l’AIC, Gauguin: Artist as Alchemist [Gauguin, l’artiste alchimiste], réunit 240 œuvres qui visent à faire reconnaître cette innovation artistique. Outre des meubles, des sculptures, des tableaux, des dessins, des estampes et des œuvres sur papier, elle présente 28 céramiques de Gauguin sur un total restant de 60, soit la plus grande série d’œuvres du genre jamais exposées. « Les visiteurs verront ces céramiques sur place, précise Allison Perelman, mais ils pourront aussi les repérer dans des natures mortes où Gauguin les a intégrées à la mise en scène. »

 

Paul Gauguin. Vase représentant Leda au cygne, 1887–1888. Collection particulière.

 

Le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) a prêté Portrait de Meijer de Haan (v.1889–1890), une tête en chêne polychrome représentant l’artiste hollandais Meijer de Haan, un élève et ami de Gauguin rencontré à Paris par l’intermédiaire du frère de Vincent Van Gogh, Theo. De Haan avait suivi Gauguin au Pouldu, un village de la côte bretonne, et tous deux s’étaient chargés de décorer la salle à  manger d’une auberge locale, réalisant en même temps quelques portraits sculptés ou autres.

Kirsten Appleyard, adjointe à la conservation et chercheuse en provenance, Art européen et américain au Musée des beaux-arts du Canada,  précise : « Ce buste saisissant, plus grand que nature, est un superbe exemple du travail sculptural de Gauguin. Il exprime sa fascination pour la capacité de cet art à révéler le talent de l’artiste. L’objet conserve toute la puissance naturelle et la rugosité du bois, mettant en évidence une quête artistique de modes d’expression plus primitifs. »

 

Paul Gauguin, Portrait de Meijer de Haan, v. 1889 1890. chêne polychrome, 58.4 x 29.8 x 22.8 cm. Acheté en 1968. Musée des beaux arts du Canada, Ottawa. Photo: MBAC

 

De Haan est représenté dans un état contemplatif, le menton posé sur sa main, ce qui fait dire à Kirsten Appleyard que ce buste « traduisait l’intérêt de ce peintre juif pour la musique, la littérature et la philosophie ». L’oiseau sur la tête peut être vu comme une référence au nom du modèle, Haan – « coq » en hollandais ; « poule » et « maîtresse » en français –, peut-être un clin d’œil à Marie Henry, propriétaire de l’auberge et amante de De Haan. « Gauguin aimait bien superposer des symboles », ajoute-t-elle. Par ailleurs, les yeux mi-clos du modèle évoquent une vision intérieure et l’importance d’utiliser sa mémoire et son imagination plutôt que de se fier uniquement à l’observation de la nature pour créer de l’art. 

 

Paul Gauguin et Émile Bernard. Paradis terrestre, 1888. The Art Institute of Chicago, suite à un don d’Henry Morgen, d’ Ann G. Morgen, de Meyer Wasser et de Ruth G. Wasser; don avec restriction d’Edward M. Blair.

 

L’exposition présente une autre œuvre captivante, une armoire délicatement sculptée par Gauguin et par l’écrivain et peintre postimpressionniste français Émile Henri Bernard. Allison Perelman précise : « L’AIC a acquis cette armoire en bois il y a environ huit ans, et c’est la première fois qu’elle est exposée aux États-Unis. » Le meuble se compose de cinq panneaux différents représentant des figures martiniquaises et bretonnes.

Tout au long de sa vie, la passion de Gauguin pour la création d’œuvres nouvelles et originales n’a jamais faibli. « L’exposition montre que Gauguin était un inventeur fécond, extrêmement déterminé, note Allison Perelman. Cette nouvelle exposition met en lumière sa volonté constante de repousser les limites de la création et son talent à travailler toutes sortes de techniques.

Gauguin: Artist as Alchemist [Gauguin, l’artiste alchimiste] est à l’affiche jusqu’au 10 septembre 2017 à l’Art Institute of Chicago. L’exposition sera ensuite accueillie au Grand Palais, à Paris. Deux œuvres de Gauguin sont actuellement exposées dans les salles d’art européen et américain du Musée des beaux-arts du Canada.

Partager cet article: 

À propos de l'auteur