Talent et persévérance : les Prix du Gouverneur général 2023

Evergon, Le Caravage, 1984. Épreuve couleur instantanée (polaroïd)

Evergon, Le Caravage, 1984. Épreuve couleur instantanée (polaroïd), 244,1 × 113,1 cm. Acheté en 1986. Collection MCPC, Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. Vue d’installation de l’exposition Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques, Musée des beaux-arts du Canada, 2023–2024. © Evergon Photo : MBAC


Depuis les 15 dernières années, le Musée des beaux-arts du Canada s’est associé avec le Conseil des arts du Canada pour présenter les œuvres des gagnantes et gagnants des Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques décernés annuellement. « Les Prix représentent la consécration suprême de l’excellence dans les arts », explique Andrea Kunard, commissaire responsable de l’exposition et conservatrice principale de la collection de photographies au Musée. « Ces huit artistes ont une longue carrière et de nombreuses expositions à leur actif. La présentation de cette année témoigne du talent et de la persévérance de ces créatrices et créateurs, et est l’occasion pour le public de découvrir l’hommage qui leur est rendu et ses raisons. »

Pour la deuxième année de suite, le Musée a choisi de ne pas opter pour un format traditionnel d’exposition unique, préférant répartir les œuvres individuellement comme autant d’interventions à travers les salles d’art contemporain et historique et dans les espaces publics. Conçue pour susciter un dialogue avec les autres pièces – et artistes – dans la collection, cette approche muséologique apporte contexte et dynamisme aux œuvres présentées.

Grace Nickel, vue d’installation de l’exposition Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques,

Grace Nickel, vue d’installation de l’exposition Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques, Musée des beaux-arts du Canada, 2023–2024. © Grace Nickel Photo : MBAC

Dans les salles d’art contemporain de l’étage supérieur, par exemple, on peut voir le travail de la céramiste Grace Nickel, lauréate du Prix Saidye-Bronfman pour l’excellence dans le domaine des métiers d’art au Canada. Ses installations Pyres of Lifelines (2019–2022) et Commemorative Cameos (2020–2023) explorent les thèmes de l’inéluctabilité de la mort et de la possibilité de régénération dans la nature, placées aux côtés de pièces créées par feu l’artiste montréalaise Betty Goodwin. « Grace nous parle d’interconnexion entre les choses dans son œuvre et, pour moi, cela s’harmonise parfaitement à Betty et ses explorations de la matérialité, des liens du corps et de la relation qui unit œuvre d’art et spectateur », précise Kunard. Dans sa démarche créative, Goodwin sonde « la fragilité de la vie dans un monde complexe et précaire », évoquant « le malaise propre à notre temps » avec ses dessins, sculptures et estampes. Les productions des deux artistes, réunies dans un même espace, abordent de semblable façon les notions d’existence, de mort et de travail de mémoire et la manière d’articuler ces thèmes pour un public.

Dans les salles d’art européen et américain, les lauréats Evergon et Tim Whiten trouvent leur place respectivement en compagnie des maîtres du Baroque et de Barnett Newman, figure emblématique du modernisme. Le photographe Evergon travaille sur les thématiques de la construction de genre, de la sexualité et du vieillissement depuis quelque cinquante ans, réalisant des portraits intimes et attachants qui célèbrent le corps et la personne dans ce qu’ils ont de plus beau, naturel et assumé. Pour cette exposition, Evergon a choisi les photographies polaroïd grand format Le Caravage (1984) et Préparation du chowder (1986), qui – par leurs couleurs éclatantes, postures théâtrales et costumes improbables – se mêlent avantageusement aux grandes œuvres des peintres du XVIIe siècle. « Les réalisations d’Evergon sont teintées d’une forme de sensibilité baroque, dit Kunard, donc, elles ont une résonance incroyable dans cet endroit. »

Tim Whiten, Court, 2023, bois et verre cobalt réutilisé et Barnett Newman Voix de Feu, 1967, acrylique sur toile

Tim Whiten, Court, 2023, bois et verre cobalt réutilisé, hauteur 7.6 cm; diam 243.8 cm. Collection de l'artiste. Vue d'installation de l'exposition Prix de Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques, 2024. © Tim Whiten; et Barnett Newman Voix de Feu1967, acrylique sur toile, 543.6 x 243.8 cm. © The Barnett Newman Foundation / Artists Rights Society (ARS), New York./ CARCC Ottawa 2024 Photos : MBAC

Dans la salle éminemment populaire parce qu’elle accueille Voix de feu, tableau culte de Newman, les visiteurs ont rendez-vous avec l’installation étonnante du Torontois Tim Whiten. À l’instar d’Evergon, Whiten est actif depuis plus de cinquante ans, faisant souvent appel au verre pour créer des sculptures qui auscultent les complexités de la vie contemporaine. Pour Court (2023), l’artiste a récupéré des fragments de verre bleu de cobalt issus de produits de consommation – « un matériau de plus en plus rare, affirme-t-il, et une composante essentielle des équipements qui alimentent notre univers numérique. » –, qu’il a disposés autour d’une rose centrale. Selon lui, « c’est l’idée de partage. Le concept de l’œuvre, qui évolue chaque jour, me fait souvent réaliser que j’aimerais la voir partagée avec d’autres personnes. Je voudrais m’assurer que celles-ci ont l’occasion de la voir aussi. Ce que les gens en font, je l’ignore, mais cet aspect de mise en commun est un aspect important de la pièce. » Le bleu de cobalt spectaculaire se marie magnifiquement avec les bandes de la toile de Newman, nouant un échange intéressant à propos du modernisme, de la consommation et du minimalisme.

David Garneau, 15 tableaux; vue d’installation de l’exposition Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques

David Garneau, vue d’installation de l’exposition Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques, Musée des beaux-arts du Canada, 2023–2024. © David Garneau Photo : MBAC

Les œuvres des cinq autres artistes sont installées à l’étage inférieur dans les salles d’art autochtone et canadien, les salles d’art contemporain et les espaces publics. L’artiste métis David Garneau traite lui aussi de la vie contemporaine, vue sous l’angle d’une perspective autochtone. Sa présentation de 15 natures mortes, créées entre 2019 et 2023, montre des objets du quotidien qui évoquent les tensions existant entre histoire autochtone et influence des colonisateurs. « Je suis habité par les idées entourant l’identité métisse, le fait d’être Autochtone en contexte universitaire, les modes de savoir et d’être autochtones – j’essaie d’exprimer tout cela dans une nature morte, confie-t-il. C’est cette énergie toujours en éveil qui me motive plus que tout autre chose. »

Shannon Walsh, vue d’installation de l’exposition Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques,

Shannon Walsh, vue d’installation de l’exposition Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques, Musée des beaux-arts du Canada, 2023–2024. © Shannon Walsh Photo : MBAC

C’est également dans les salles d’art autochtone et canadien que l’on trouve deux œuvres de la cinéaste vancouvéroise Shannon Walsh. « Le défi le plus relevé concernait les réalisateurs, parce que le Musée n’est pas configuré pour présenter des longs métrages dans ses espaces. De telles projections se font habituellement dans l’Auditorium », explique Kunard. Comme nombre de ses collègues gagnants d’un Prix, Walsh sonde – à travers six films documentaires – les gens ordinaires, leurs histoires de tous les jours, la perception qu’ils ont du monde qui les entoure. Le travail de Walsh, visible dans la section du Musée consacrée aux années 1960 et 1970 – laquelle comprend aussi des photos de film – établit une conversation avec les œuvres du réalisateur Jack Chambers, aujourd’hui disparu, connu pour son exploration de sujets semblables.

GO FISH, 2023, réalisé par Nettie Wild et Scott Smith. Triptyque vidéo trois canaux, 15 min. Vue d’installation de l’exposition Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques

GO FISH, 2023, réalisé par Nettie Wild et Scott Smith. Triptyque vidéo trois canaux, 15 min. Vue d’installation de l’exposition Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques, Musée des beaux-arts du Canada, 8 décembre 2023 – 3 mars 2024. © Nettie Wild / Scott Smith. Photo : Scott Smith

Dans les salles d’art contemporain de l’étage inférieur sont projetées les œuvres vidéo de Nettie Wild GO FISH (2023, en collaboration avec le cinéaste Scott Smith) et Uninterrupted Eyes (2017). Dans les deux, Wild s’attache à présenter ce qui est familier sous un angle inusité. Ils sont présentés à côté d’œuvres du célèbre artiste néerlandais M.C. Escher. « Les effets visuels dans les réalisations de Nettie m’évoquent beaucoup celles d’Escher, donc nous avons sélectionné certaines de ses estampes dans la collection pour les associer aux films », précise Kunard.

ASTWÜRMS, #VOLCANO_LOV3R, 2023, vue d’installation de l’exposition Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques

FASTWÜRMS, #VOLCANO_LOV3R, 2023, vue d’installation de l’exposition Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques, Musée des beaux-arts du Canada, 2023–2024. © FASTWÜRMS. Photo : MBAC

FASTWÜRMS – un collectif d’artistes multidisciplinaire constitué en 1979 et formé aujourd’hui de Kim Kozzi et Dai Skuse – a choisi #VOLCANO_LOV3R (2023) pour l’exposition au Musée. Explosant de couleur et d’énergie créative, l’installation en techniques mixtes allie textiles, céramiques et aquarelles pour, comme le disent les artistes, « raconter l’histoire de la volcanologie queer, un récit de libération géo-queer [qui] associe esthétique maximaliste et futurité queer à l’abondance de la construction du monde et à la puissance procréatrice du volcan ». L’installation est également visible dans les salles d’art contemporain de l’étage inférieur.

Germaine Koh, HMH Boothy, 2017, aluminum, plexiglas, bois, acier, système électrique, vue d'installation

Germaine Koh, HMH Boothy, 2017, aluminum, plexiglas, bois, acier, système électrique, 86,4 × 86,4 × 203 cm. Collection de l’artiste. Vue d’installation de l’exposition Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques, Musée des beaux-arts du Canada, 2023–2024. © Germaine Koh Photo : MBAC

À leur sortie de ces salles, les visiteurs découvrent la dernière intervention : HMH Boothy (2017), de Germaine Koh, dans la Rotonde. Sans doute plus singulière par son approche, la pièce de Koh, aux allures de cabine téléphonique, vise à mettre à profit les talents de création du personnel du Musée et du public pour « activer » l’œuvre. Dessins d’artistes amateurs ou créations de clubs de tricot, HMH Boothy instaure un esprit de communauté, tout en rendant hommage aux « interactions entre les personnes, la technologie et les systèmes naturels ».

Dans leur parcours autour des interventions de l’exposition des Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques, les visiteurs peuvent se laisser guider par un plan spécial qui leur permettra de situer facilement les œuvres des artistes dans les différentes salles de la collection permanente. S’il est inusité dans son approche, ce dispositif sans équivalent – traduction de la vision mûrement réfléchie des artistes et commissaires – invite au dialogue, à la contemplation et aux découvertes inattendues, comme le public le constatera certainement.

 

L’exposition des Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques, organisée par le Musée des beaux-arts du Canada en collaboration avec le Conseil des arts du Canada, est à l’affiche au Musée jusqu’au mars 2024 : Les œuvres de David Garneau and Grace Nickel jusqu'au 10 mars, Evergon et Shannon Walsh jusqu'au 12 mars, Nettie Wild et Germaine Koh jusqu'au 13 mars, FASTWÜRMS jusqu'au 17 mars; l'œuvre de Tim Whiten sera à l'affiche dans la salle C214 les prochains mois. Voyez également les entrevues avec chaque artiste. Partagez cet article et inscrivez-vous à nos infolettres pour recevoir les derniers articles, pour rester au courant des expositions, des nouvelles et des activités du Musée et pour tout savoir de l’art au Canada

À propos de l'auteur