Tau Lewis, Symphoie, 2020–21. Tissus variés recyclés et teints à la main, cuir recyclé, ouate de coton, perles, peinture acrylique, colle PVA, crinoline en métal, tuyau, coquillages et fil de fer

Tau Lewis, Symphonie, 2020–21. Tissus variés recyclés et teints à la main, cuir recyclé, ouate de coton, perles, peinture acrylique, colle PVA, crinoline en métal, tuyau, coquillages et fil de fer. Musée des beaux-arts du Canada. Acheté en 2021. © Tau Lewis. Photo : MBAC

Tau Lewis : corps célestes et boussole morale de l’univers

À travers mes réalisations, je déploie une chronique de science-fiction. Les géographies cosmiques, leurs histoires et habitants se révèlent à moi pendant que je construis les œuvres d’art. Je vois le cosmos comme un lieu de passé et de présent noir. Je ne suis pas une afrofuturiste, je m’intéresse aux récits et aux portails à travers lesquels les objets, voix et allégories reviennent vers nous.

La sculpture Symphonie est une souveraine de la T.A.U.B.I.S., désignation de l’univers. T.A.U.B.I.S. signifie Triumphant Alliance of the Ubiquitous Blossoms of Incarnate Souls [Alliance triomphante des bouquets universels d’esprits incarnés].

Tau Lewis, Symphonie (détail), 2020–21.

Tau Lewis, Symphonie (détail), 2020–21. © Tau Lewis. Photo : MBAC

Les T.A.U.B.I.S. constituent le secteur judiciaire de l’univers. Les législateurs et la police universelle doivent demander leur bénédiction et approbation. Les T.A.U.B.I.S. sont de très grandes figures impressionnantes, stylées, créatives et élégantes, drapées de robes dans les teintes de rose ou de jaune, ou d’autres brillamment ornées de câbles. Elles sont souvent entourées de nervures de fleurs épanouies. Maternelles, intimidantes et splendides, les T.A.U.B.I.S. ont le don de clairvoyance.

Les T.A.U.B.I.S. composent une institution semblable à la sainteté. Elles règlent la boussole morale de l’univers. Les âmes intronisées dans les T.A.U.B.I.S. ont vécu leur vie de la manière la plus juste et la plus compatissante possible. L’ascension vers les T.A.U.B.I.S. après la mort est une perspective pour toute âme appartenant à toute forme de vie consciente honorable, quelle que soit sa désignation planétaire, sa classe, son espèce ou sa religion.

Tau Lewis, Symphonie (détail), 2020–21.

Tau Lewis, Symphonie (détail), 2020–21. © Tau Lewis. Photo : MBAC

Les T.A.U.B.I.S. sont des êtres mutables. Sans genre, elles se transmuent en fleurs, chacune contenant une âme, qui vit et qui écoute. Les bouquets de T.A.U.B.I.S. croissent à longueur d’année, partout dans l’univers, malgré la météo la plus difficile et sur les planètes les plus hostiles. Les T.A.U.B.I.S. communiquent et recueillent des informations à travers ces fleurs. Les fleurs offrent souvent des conseils, de la clairvoyance, et parfois des chants et des danses.

*   *   *

Symphonie, installation immersive de Tau Lewis, actuellement présentée au Musée des beaux-arts du Canada et qui fait partie de la collection permanente de celui-ci, est issue d’un ensemble d’œuvres constituant ce univers parallèle créé par Lewis elle-même, connu sous le nom de Royaume de T.A.U.B.I.S. Ce paysage fantastique s’accompagne de textes poétiques qui enchâssent son ordre mythologique, fournissant à l’artiste l’espace pour explorer des valeurs d’abondance, de sécurité, d’enracinement et de justice. Immergées dans des fleurs tombantes, les sculptures étonnantes de Lewis créent un nouveau monde à partir de fragments de notre histoire commune, reliant le terrestre et le céleste, l’intime et le collectif, l’archivistique et l’imaginaire.

Tau Lewis dans son studio

Tau Lewis dans son studio. Photo : Flo Ngala

Dans l’ensemble de sa pratique, l'artiste d’origine de Toronto tire profit de traditions de couture à la main, de découpage et d’assemblage pour construire des portraits sculpturaux et des courtepointes complexes dont les sujets ont une vie propre. « Utilisant des matériaux trouvés comme le cuir recyclé,  explique l’artiste, explore le transfert d’énergie et d’émotion qui agit quand un objet est fait à la main. Le processus même de collecte et de recyclage devient un geste transformateur qui pousse à prendre soin de l’environnement et à mettre en valeur les relations avec le passé. »

En écho à l’héritage de la diaspora noire, les œuvres textiles récentes de Lewis, décrites par l’artiste comme des « corps célestes », agissent comme des vecteurs spirituels à travers les époques. Ses portraits sculpturaux, cependant, font référence à des membres de sa communauté, ainsi qu’à des ancêtres imaginés. Ces sculptures d’une vivacité débordante, cousues ensemble à partir de matériaux de rebut réanimés par la main de Lewis, deviennent « des vaisseaux pour la guérison collective, abordant les traumatismes personnels et historiques tout en envisageant des futurs utopiques. »

Tau Lewis, Symphonie (détail), 2020–21. © Tau Lewis. Photo : MBAC

Tau Lewis, Symphonie (détail), 2020–21. © Tau Lewis. Photo : MBAC

La qualité transformatrice du travail de Lewis témoigne de son intérêt pour les artistes marginaux du Sud noir. Elle explique que les « objets [qui] proviennent de l’époque post-esclavage sont largement constitués de débris, de déchets et d’ordures. Je vois en eux des fossiles contenant l’ADN générationnel émotionnel de la communauté dans son entier. Je crois qu’en étudiant certains objets et tendances artistiques pour une nouvelle pensée de la communauté noire, on peut en apprendre plus à propos de la mobilité, de la mémoire picturale, du traumatisme et de la façon de guérir. »  Tissé par l’histoire tout en rayonnant d’un sens illimité de la création, le travail de Lewis suggère une tradition de l’imagination, soulignant la présence des générations passées dans l’acte d’invention de chaque individu.

 

Tau Lewis Symphony

 

Symphonie de Tau Lewis est à l'affiche au Musée des beaux-arts du Canada. Partagez cet article et abonnez-vous à nos infolettres pour demeurer au courant des derniers articles, expositions, nouvelles et événements du Musée, et en apprendre plus sur l’art au Canada.

Partager cet article: 

À propos de l'auteur

Exposition