Un maître coloriste : une biographie de Greg Curnoe


Si vous demandez à un visiteur de musée canadien lambda ce qu’évoque pour lui le nom de Greg Curnoe,  il pensera sans doute à des peintures de vélos et à un hôpital. Si vous insistez, peut-être lui reviendra-t-il en mémoire un piano, des locomotives ou des séries de mots imprimés sur des carrés monochromes. Peut-être se souviendra-t-il même d’un artiste régionaliste. Il y a cependant peu de chances qu’il lui vienne naturellement à l’esprit que Curnoe était un maître coloriste – un talent qui se déploie tout au long de Greg Curnoe. Sa vie et son œuvre. Dans cet ouvrage publié par l’Institut de l’art canadien (IAC) aujourd’hui disponible sous un élégant nouveau format, l’auteure, Judith Rodger, met en lumière l’intelligence naturelle de la couleur et de la théorie de la couleur de Curnoe.

Comme le rappelle l’auteure, l’esthétique de Curnoe a été profondément influencée par les aplats de couleurs de la bande dessinée. Comparant ce dernier à Manet et à Matisse, elle note que sa maîtrise du volume passe par une « juxtaposition caractéristique de motifs … et des couleurs complémentaires pour indiquer les ombres. »

Greg Curnoe, Autoportrait n° 15, les 5 et 8 août 1992, août 1992. Aquarelle et mine de plomb sur papier vélin, 30.5 x 22.8 cm.  Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. © Succession Greg Curnoe/SOCAN (2019) Photo: MBAC

Les grandes lignes de la vie et de la carrière de Curnoe sont bien connues : ardent régionaliste, vedette canadienne, mentor généreux, artiste fantasque, cycliste passionné mort prématurément. En revanche, les aperçus de la personnalité légèrement excentrique de l’artiste que révèle Judith Rodger sont fascinants. En 1963 par exemple, Curnoe fonde son propre parti : le parti nihiliste du Canada. Le parti n’a ni programme électoral, ni candidats. Ses seuls membres sont les amis de l’artiste et la bande sonore du film qu’il réalise en 1965 sur ce parti se compose d’airs de gazou.

Curnoe était aussi très sensible aux critiques personnelles et professionnelles. Son autoportrait nu de face, Ce qui est bon pour l’un est bon pour l’autre (1983) exprime sa perplexité devant les plaintes de sa femme qui n’appréciait pas poser nue pour lui.

Greg Curnoe, Bague à quatre dollars, 1984. Pastel et mine de plomb sur papier vélin, 182 x 90 cm approx.  Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. Don de Sheila Curnoe, London (Ontario), 2012. © Succession Greg Curnoe/SOCAN (2019) Photo: MBAC

Bien que la monographie de Judith Rodger soit disponible auprès de l’IAC depuis 2016, la publication d’une version papier d’une telle qualité ressemble à une réaffirmation de l’importance de Greg Curnoe. À Magazine MBAC qui lui demandait en entrevue les raisons de ce format imprimé, Sara Angel, fondatrice et directrice exécutive de l’IAC, a répondu : « Nous avions beaucoup de demandes de versions imprimées. Mais au-delà de ça, il reste que si chacun veut faire ses recherches et accéder à des informations en ligne dans notre monde multiplateformes, tout le monde veut aussi s’asseoir avec un livre. » 

Greg Curnoe, Liz a dit ... 5 février–29 mars 1991, 1991. Aquarelle, encre et mine de plomb sur papier vélin, 125 x 108 cm approx. Don de Sheila Curnoe, London (Ontario), 2012 . Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. © Succession Greg Curnoe/SOCAN (2019) Photo: MBAC

Greg Curnoe. Sa vie et son œuvre fait partie des premiers titres imprimés par l’IAC qui compte en publier quatre par an, l’idée étant de bâtir une bibliothèque complète d’art canadien regroupant des artistes aussi divers que Shuvinai Ashoona, Greg Curnoe, Helen McNicoll ou Lionel LeMoine FitzGerald.

Comme l’indique Sara Angel : « Les Canadiens ignorent parfois que leur propre pays compte d’immenses artistes. Nous trouvons extraordinaire de pouvoir faire connaître au monde entier des personnes telles que Greg Curnoe et révéler toute l’importance et l’excellence du travail de ces artistes. »

Évaluant de façon particulièrement juste la démarche de Curnoe et Curnoe lui-même, Judith Rodger précise : « L’ensemble de l’œuvre de Curnoe est un genre d’autoportrait ; une autobiographie peinte, imprimée, assemblée ou écrite. » Comme en témoigne cette nouvelle publication, c’est aussi une autobiographie qui vaut vraiment la peine d’être lue.

 

Greg Curnoe: Life & Work de Judith Rodger est publié par l'institut de l'art canadien est disponible en ligne et en version imprimée. Partagez cet article et abonnez-vous à nos infolettres pour connaître les dernières informations et en savoir davantage sur l’art au Canada.

Partager cet article: 

À propos de l'auteur