Frank Bowling. Jeu de lumière et de couleur

Frank Bowling, Passage du milieu, 1970. Peinture acrylique et encre à l'huile sur toile

Frank Bowling, Passage du milieu, 1970. Peinture acrylique et encre à l'huile sur toile, 319.9 x 280.3 cm Promesse de don de Michael Nesbitt, Winnipeg. © Frank Bowling / SOCAN (2021) Photo : MBAC


Alors que la pandémie de COVID-19 a forcé une fois de plus la fermeture du Musée des beaux-arts du Canada en raison de restrictions provinciales, celles et ceux qui ont eu la chance de visiter le bâtiment au cours des semaines avant le 21 décembre ont peut-être remarqué un nouvel ajout dans l’une des salles les plus emblématiques de l’institution.

Passage du milieu, de l’artiste britannique Frank Bowling, est accroché dans la salle C214, là où ont figuré pendant longtemps Voix de feu, de Barnett Newman, et No 16, de Mark Rothko. Ces deux œuvres avaient suscité de nombreuses réactions au Canada lors de leur acquisition respective, à un coût jugé trop élevé par le public. Au contraire, Passage du milieu est arrivé discrètement, sans controverse, pour créer un dialogue intéressant avec ses partenaires monumentaux. La majestueuse toile de 3,2 sur 2,8 mètres constitue une représentation affirmée de la nature intense, complexe et souvent chaotique de la culture noire dans une société colonialiste.

Né à Bartica, au Guyana, Bowling a quitté son pays d’origine en bateau pour s’installer au Royaume-Uni en 1953. Il a fait ses débuts artistiques à la Chelsea School of Art, avant d’être accepté au Royal College of Art en 1959. Découragé par son absence de succès en Royaume-Uni, il part pour Manhattan en 1966, en plein mouvement des droits civiques. Aujourd’hui, il vit à Londres et New York, avec des ateliers dans les deux villes.

Sir Frank Bowling dans son atelier, 2020, photographié par Sacha Bowling

Sir Frank Bowling dans son atelier, 2020  © Frank Bowling. Tous droits réservés, DACS/Artimage 2021. Photo: Sacha Bowling

Au moment où il produit Passage du milieu, en 1970, Bowling a adopté la peinture abstraite et une technique artistique qui combine aplats de couleur et formes et figures sérigraphiées. Cette œuvre en particulier attire l’attention non seulement par sa grande taille, mais aussi par sa palette riche, chaude et vibrante, qui rappelle le drapeau guyanien. Des jaunes et des rouges frappants dominent la toile, mais en l’observant de plus près, on voit partout des touches de vert et de rose. Le regard qui parcourt le tableau s’arrête inévitablement sur des formes et figures représentatives où l’utilisation de la sérigraphie par Bowling devient apparente.

Près du centre, on trouve des contours géographiques ténus de l’Afrique et des Amériques, qui rappellent les peintures de cartes devenues le cadre de la récente rétrospective Mappa Mundi de l’artiste, organisée par la Haus der Kunst, à Munich. Ils sont verticaux dans certains cas et retournés de 90 degrés dans d’autres, ce qui illustre la désorientation expérimentée par ceux qui sont déplacés de force vers des parties inconnues du monde. Dans le coin supérieur gauche, des représentations d’hommes et de garçons noirs regardent le public, leurs expressions difficiles à discerner. Le tableau exerce un effet durable sur les yeux, immédiatement perceptible quand on regarde ailleurs, sur les murs blancs qui l’entourent. Une image rémanente saisissante se forme ainsi non seulement sur la rétine, mais aussi dans l’esprit du spectateur, amenant celui-ci dans une profonde introspection.

Quelle meilleure métaphore peut-on imaginer pour le sujet de Passage du milieu? Son titre fait référence aux routes du commerce triangulaire reliant l’Europe, l’Afrique et les Amériques entre le XVIe et le XIXe siècle. Des générations d’esclaves, arrachés à leur pays d’origine, ont été transportées par bateau à travers l’Atlantique. 

La peinture témoigne de ceux qui ont survécu au voyage et qui ont été soumis au travail forcé, à la famine, aux tortures physiques et mentales et au meurtre aux mains des colonialistes. Ainsi, des nations ont été bâties sur le dos d’esclaves sur des terres qui ont été volées aux Autochtones alors que les puissants s’enrichissaient. Des sociétés entières ont ainsi été formées sur des fondations basées sur l’exploitation de Noirs et d’Autochtones, ce qui perdure encore aujourd’hui. Pendant des siècles de luttes horribles, de stéréotypes et de racisme, les Noirs des Amériques ont contribué à la culture populaire de manière incroyable et ont refusé qu’on taise leurs voix. Quand ils étaient obligés de travailler, ils chantaient dans les champs, préparant la voie pour la musique blues et le jazz. Quand ils ont dû migrer vers le nord, ils ont contribué à populariser la soul food d’un océan à l’autre. Quand les pays qu’ils ont construits étaient menacés, ils ont pris part à la guerre pour les protéger. Quand leurs frères et sœurs sont assassinés par les autorités, ils investissent les rues et exigent justice. Au travers de centaines d’années aux prises avec des défis insurmontables, la communauté noire a été inébranlable.

Selon son site Web, Bowling « rejette l’idée que les artistes “qui se trouvent à être noirs” devraient faire des créations ouvertement politiques ou protestataires et il défend ceux qui sont engagés dans l’abstraction ». Alors que Passage du milieu peut être interprété dans le climat actuel comme une œuvre politique, il semble plus probable que l’intention principale de l’artiste était d’inviter le public à réfléchir à une histoire qui a été largement racontée à partir d’une perspective coloniale. Aujourd’hui, la culture noire porte un récit sombre et troublant, mais elle demeure particulièrement riche et vivante. Il était sans doute temps que soit accrochée dans la salle C214 pour la première fois une œuvre d’un artiste noir, mais le Musée des beaux-arts du Canada ne pourrait avoir choisi une meilleure peinture pour l’occasion. Tout comme Passage du milieu de Frank Bowling laisse un effet visuel et émotionnel durable sur le public, un examen approfondi de l’histoire des Noirs présente un nouvel éclairage sur la société.

Passage du milieu - Magazine MBAC

Frank Bowling, Passage du milieu, 1970. Promesse de don de Michael Nesbitt, Winnipeg. © Frank Bowling / SOCAN (2021)


Passage du milieu de Frank Bowling est actuellement en prét et sera présenté dans la salle C214 au Musée des beaux-arts du Canada plus tard cette année. Partagez cet article et abonnez-vous à nos infolettres pour demeurer au courant des derniers articles, expositions, nouvelles et événements du Musée, et en apprendre plus sur l’art au Canada.

Partager cet article: 

À propos de l'auteur