Marie-Antoinette et ses enfants : un chef-d’œuvre classique de la peinture française


Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Marie Antoinette et ses enfants, 1787, huile sur toile, 275 x 216,5 cm. Musée National des Châteaux de Versailles et de Trianon, France (MV 4520). RMN-Grand Palais/Art Resource, NY, tous droits réservés. Photo : Gérard Blot

Septembre 1785 : la popularité de Marie-Antoinette amorce sa chute dangereuse en France et Élisabeth Louise Vigée Le Brun est convoquée à Versailles. La jeune et brillante artiste a déjà peint plusieurs portraits de la reine posant seule dans diverses tenues élégantes, mais cette fois-ci  la commande s’avère différente : il lui faut restaurer l’image de Marie-Antoinette en la représentant comme une mère aimante, garante de la continuité dynastique.

Le résultat, Marie-Antoinette et ses enfants (1787), est un portrait magistral aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands trésors nationaux de France. Comme le souligne Gwenola Firmin, conservatrice au Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon qui a prêté le portrait pour l'exposition : « Ce tableau est une icône. Il s'agit d'une des œuvres les plus connues et les plus emblématiques du château de Versailles. » Anne Eschapasse, directrice des Expositions et du Rayonnement du Musée des beaux-arts du Canada, qui a grandi en France, ajoute : « C’est un portrait que tous les petits Français connaissent parce qu’il est reproduit dans tous les livres d’histoires pour illustrer la fin du XVIIIe siècle. »


Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Marie Antoinette et ses enfants (détail), 1787, huile sur toile, 275 x 216,5 cm. Musée National des Châteaux de Versailles et de Trianon, France (MV 4520). RMN-Grand Palais/Art Resource, NY, tous droits réservés. Photo : Gérard Blot

L’immense valeur culturelle de cette sublime toile explique qu’elle ait rarement quitté Versailles et n’ait jamais été exposée au-delà de Paris… jusqu’à présent car ce chef-d’œuvre sera mis en vedette dans l’exposition Élisabeth Louise Vigée Le Brun (1755–1842) qui prendra l’affiche en juin au MBAC. Cette première rétrospective complète de l’œuvre de cette grande artiste a obtenu des critiques dithyrambiques lorsqu’elle a été présentée au Metropolitan Museum de New York et au Grand Palais, à Paris.

Ce prêt exceptionnel du Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon offre aux amoureux de l’art et aux mordus d’histoire une formidable occasion d’admirer un portrait somptueux, le plus monumental jamais réalisé par Vigée Le Brun. Animée de teintes chaudes et de matières luxueuses, l’effigie est un portrait grandeur nature de la reine en robe de velours rouge garnie d’une bordure sable. Son plus jeune fils est assis sur ses genoux, sa fille se blottit tendrement contre son bras et son fils aîné, le dauphin, se tient debout à droite. Un berceau vide évoque le souvenir d’une fillette nouveau-née disparue pendant l’exécution du portrait et suggère une explication à l’expression solennelle de la reine.


Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Marie Antoinette et ses enfants (détail), 1787, huile sur toile, 275 x 216,5 cm. Musée National des Châteaux de Versailles et de Trianon, France (MV 4520). RMN-Grand Palais/Art Resource, NY, tous droits réservés. Photo : Gérard Blot

D’innombrables autres détails laissent à penser que l’artiste a pris sa tâche – corriger la réputation de frivolité et de légèreté de la reine – très au sérieux. Le portrait abonde en références à la peinture historique et religieuse qui visent toutes à interpeller les observateurs français de l’époque.

Par exemple, sur les conseils du célèbre peintre Jacques-Louis David, Vigée Le Brun utilise une composition triangulaire inspirée des descriptions de la Sainte Famille de la Renaissance. Le rouge de la robe est le même que celui du portrait peint par Jean-Marc Nattier de l’épouse de Louis XV, Marie Leszczyńska, très aimée pour sa générosité et sa piété. Comme l’explique à Magazine MBAC Paul Lang, conservateur en chef au MBAC et co-commissaire de l’exposition, l’artiste a représenté son modèle royal comme une figure sacrée en la plaçant au centre de sa toile, les pieds cachés sous sa robe, « semblant presque flotter ».

Ceux qui connaissent Versailles reconnaîtront la célèbre galerie des Glaces à l’arrière-plan, à gauche – un hommage à Louis XIV, premier monarque absolu de France. À droite, l’impressionnant meuble à bijoux dans la pénombre est tout aussi symbolique puisqu’il rappelle la citoyenne de la Rome antique et mère des politiciens Caïus et Tiberius Gracchus, Cornélie. Confrontée à une visiteuse qui vendait des bijoux à sa porte, Cornélie avait fait sortir ses enfants, affirmant dans une célèbre réplique qu’ils étaient ses trésors les plus précieux. Ainsi Vigée Le Brun nous informe-t-elle que les vrais bijoux de la reine sont ses enfants.


Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Marie Antoinette et ses enfants (détail), 1787, huile sur toile, 275 x 216,5 cm. Musée National des Châteaux de Versailles et de Trianon, France (MV 4520). RMN-Grand Palais/Art Resource, NY, tous droits réservés. Photo : Gérard Blot

Née à Paris en 1755, Élisabeth Louise Vigée Le Brun est considérée comme l’un des plus grands portraitistes de son temps. Maîtrisant aussi bien la technique que l’audace des couleurs, elle donne vie à ses personnages en ménageant des effets spectaculaires grâce à des accessoires tels des châles d’un rouge vif, des turbans, des chapeaux à plumes et des rubans. Elle a étudié les grands maîtres, notamment Raphaël, Rubens et van Dyck, et s’est inspirée de la sculpture classique et du portrait français de son époque. Sa galerie de portraits, un bottin mondain des figures marquantes de l’Europe de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe, comprend entre autres des images de la reine de Prusse, du dernier roi de Pologne et des membres de la famille de la Grande Catherine de Russie.

Vigée Le Brun sera invitée pour la première fois à peindre un portrait de Marie-Antoinette en 1778. La reine est plutôt impressionnée et les deux femmes, qui ont exactement le même âge, sympathisent et se prennent immédiatement d’amitié. L’artiste réalisera une trentaine de portraits de la reine dont plusieurs font partie des quelque 90 chefs-d’œuvre de l’exposition du MBAC. Marie-Antoinette et ses enfants est une œuvre à part car elle n’a pas été commandée par la reine, mais par la direction des Bâtiments du roi, l’équivalent du ministère du Patrimoine canadien. Comme le note Paul Lang : « C’est le seul vrai portrait d’État de la reine. »

Bien sûr, le tableau n’a pas réussi à éviter la guillotine à Marie-Antoinette. « D’un point de vue politique, explique Paul Lang, l’image n’a pas rempli sa mission. Mais pas sur le plan artistique. Elle est sublime. » 

Élisabeth Louise Vigée Le Brun (1755–1842) est organisée par le Musée des beaux-arts du Canada à Ottawa, le Metropolitan Museum of Art de New York et la Réunion des musées nationaux – Grand Palais de Paris, avec le généreux soutien du Musée national des châteaux de Versailles et de TrianonL’exposition prendra l’affiche du 10 juin au 11 septembre 2016 au MBAC. 

Partager cet article: 

À propos de l'auteur