Métal et mokumé : le Vase au lagopède exposé à l’Audain Art Museum


George Paulding Farnham, Vase au lagopède, v. 1900–1903, 63,5 cm (hauteur). MBAC. Acheté en 2011 grâce à une subvention du gouvernement du Canada en vertu de la Loi sur l'exportation et l'importation des biens culturels

Il y a cent treize ans, un grand vase décoratif a été créé chez Tiffany & Co. à partir de métaux précieux extraits des montagnes Selkirk, en Colombie-Britannique.

Acquis par le Musée des beaux-arts du Canada en 2011 et exposé dans ses salles d’art européen l’année suivante, ce Vase au lagopède (1900–1903) [ou Ptarmigan Vase en anglais] se trouve aujourd’hui dans sa province d’origine à la suite d’un prêt à l’Audain Art Museum de Whistler, en C.-B.

« Nous avons la chance unique de pouvoir exposer cette œuvre, se réjouit en entrevue avec Magazine MBAC Darrin Martens, conservateur de l’Audain Art Museum. C’est un trésor national et notre association avec le Musée des beaux-arts du Canada est importante car elle permet de présenter cet objet de notre patrimoine culturel à la population de la Colombie-Britannique. »


George Paulding Farnham, Vase au lagopède (détail), v. 1900–1903, 63,5 cm (hauteur). MBAC. Acheté en 2011 grâce à une subvention du gouvernement du Canada en vertu de la Loi sur l'exportation et l'importation des biens culturels

Ce vase (qui tient son nom anglais de la mine d’où viennent les métaux) est particulièrement apprécié pour sa taille impressionnante et pour le savoir-faire des artisans qui l’ont créé. Conçu par George Paulding Farnham, un créateur de la bijouterie Tiffany qui avait investi dans les mines, il est le fruit de la superposition de dix-huit couches d’or, d’argent et de cuivre assemblées selon le procédé japonais du mokumé — une technique qui consiste à étirer, à découper et à marteler des métaux fusionnés de façon à révéler progressivement différentes strates, puis à appliquer de l’acide à la surface de l’objet pour obtenir un aspect brut, rugueux.

« La technique japonaise utilisée pour ce vase est fascinante, indique à Magazine MBAC Suzanne Greening, directrice générale de l’Audain Art Museum. C’est une œuvre d’art décoratif merveilleuse, à la fois raffinée et délicate, et le fait qu’elle ait été conçue et réalisée chez Tiffany lui donne un attrait particulier. »          

Si le vase est admiré pour la qualité de son décor, il l’est aussi pour sa relation aux Premières Nations. Autant sa silhouette évoque la poterie et la vannerie indigènes nord-américaines, autant ses motifs rendent hommage à la riche tradition de la région.

« La valeur historique du Vase au lagopède est immense à cause des mines d’où proviennent les métaux et de l’iconographie des Premières Nations qu’il présente, indique Greening. L’Audain Art Museum représente l’histoire de l’art en Colombie-Britannique et ce vase est une partie importante de cette histoire. » 


George Paulding Farnham, Vase au lagopède (détail), v. 1900–1903, 63,5 cm (hauteur). MBAC. Acheté en 2011 grâce à une subvention du gouvernement du Canada en vertu de la Loi sur l'exportation et l'importation des biens culturels

Vu de face, le vase présente sur sa panse un sceau en or décoratif avec les armoiries de la Colombie-Britannique et une croix latine indiquant la latitude et la longitude des mines Ptarmigan et du mont Farnham avoisinant (nommé d’après le nom du concepteur du vase). Un aigle, un croissant de lune et un masque en ornent les côtés tandis qu’un lagopède en argent se dresse en bordure du col. Les noms des différents artisans sont inscrits au cul.



Vue d'installation, Vase au lagopède (v. 1900–1903), Audain Art Museum, 2016. Photo : Trevor Mills

« On peut voir des motifs fascinants des Premières Nations, note Martens. Il faut vraiment prendre le temps de bien les observer. »

L’Audain Art Museum a été commandité par le mécène Michael Audain et son épouse Yoshiko Karasawa et inauguré en mars 2016. Outre des expositions, il abrite la collection d’art britanno-colombienne de la famille Audain. Le vase est actuellement exposé dans la salle permanente du Musée où il côtoie deux bronzes de Bill Reid. Il restera au musée pendant les trois prochaines années.

« L’Audain Art Museum est le legs incroyable de Michael Audain et de sa femme au Canada. Nous avons une chance immense », insiste Greening.

« J’espère que ce vase piquera la curiosité de nos visiteurs pour les arts décoratifs du Canada, ajoute Martens. Le patrimoine artistique et culturel de notre province est extraordinairement riche et précieux. »

Le Vase au lagopède est exposé à l’Audain Art Museum de Whistler, en C.-B., jusqu’en 2019. 

À propos de l'auteur