Réunir les Amériques par le paysage

 

Lawren Harris, Grounded Icebergs (Disco Bay) [Icebergs échoués (baie Disco)] [v.1931], huile sur toile, 80 x 101,6 cm. Musée des beaux-arts de l’Ontario, Toronto, Canada, don de la succession R. Fraser Elliott, 2005. 2015, succession Lawren S. Harris, tous droits réservés

Cet été, alors que le Canada a accueilli les Jeux panaméricains et parapanaméricains, le Musée des beaux-arts de l’Ontario (MBAO) invitait les visiteurs à vivre l’expérience des Amériques à travers une exposition de peintures de paysages.

Picturing the Americas: Landscape Painting from Tierra del Fuego to the Arctic [S’imaginer les Amériques. La peinture de paysage de la Terre de Feu à l’Arctique] présente 118 œuvres d’artistes de 14 pays. Chaque toile illustre le paysage tel que l’ont immortalisé en peinture explorateurs et artistes. Couvrant une période de plus de 100 ans, ces tableaux traitent de partout, du Nord canadien aux sommets de la Patagonie.

Tarsila do Amaral, Postcard [Carte postale] (1929), huile sur toile, 127,5 x 142,5 cm. Collection particulière, Rio de Janeiro. Référence photographique : Romulo Fialdini

« Cette exposition s’intéresse au lien existant entre tous ces artistes quant à la nature de leur motivation à peindre », explique Georgiana Uhlyarik, conservatrice associée en art canadien au MBAO. « En même temps, ils se distinguent par des styles propres à chacun dans le rendu des vues des différentes régions. Tarsila do Amaral, par exemple, n’est sans doute pas très connue au Canada, mais elle est considérée comme la peintre moderniste la plus importante au Brésil. Appelée simplement par son prénom, elle est une véritable figure emblématique nationale. Quand elle peignait, elle avait le même genre d’aspiration que Lawren Harris : elle voulait peindre son pays. »

Le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) a prêté Les chutes Kakabeka sur la rivière Kamanistiquia (1882), de Lucius O’Brien. Réalisée en atelier d’après des esquisses faites par O’Brien dans la région des Grands Lacs, c’est la dernière huile que l’artiste exposera en plus de dix ans après s’être tourné vers l’aquarelle au début des années 1880. L’image des chutes telle que nous la propose O’Brien (de même que d’autres œuvres d’artistes inspirés par la nature d’Argentine, du Mexique, du Brésil, des États-Unis, de l’Uruguay, du Venezuela et d’autres pays) en dit long sur ce que les immigrants arrivant dans ces États nouvellement constitués s’attendaient à voir.

Lucius R. O’Brien, Les chutes Kakabeka sur la rivière Kamanistiquia (1882), huile sur toile, 83.9 x 121.7 cm. Acheté en 1935. Musée des beaux‑arts du Canada, Ottawa. Photo © Musée des beaux‑arts du Canada

« Ces peintres nous livrent des scènes très sereines de paysages riches, fertiles, faisant la promotion de la colonisation, dit Uhlyarik, même quand certains de ces tableaux ont été peints en plein cœur d’un conflit intense, d’une guerre, d’un déplacement forcé et violent de populations autochtones. Picturing the Americas vise à remettre en question l’idée que le paysage est une simple toile de fond à une image, ou à peine plus qu’un arrière-plan pour mettre en valeur une histoire. » 

Si on n’a souvent vu dans la peinture de paysage qu’une finalité esthétique ou décorative, Uhlyarik  affirme que de telles œuvres « font partie intégrante de l’idéologie plus vaste de revendication et d’occupation du territoire, et continuent à évoquer une attitude coloniale. Les visiteurs, en regardant ces toiles, pourront réfléchir à la manière dont ces images ont façonné notre perception des terres sur lesquelles nous vivons ».

Un des artistes qu’elle évoque est Pedro Figari, peintre uruguayen dont un des sujets de prédilection est la pampa qui couvre des parties entières de l’Uruguay et de l’Argentine. Colts on the pampa [Poulains dans la pampa] (v. 1930) démontre tout son amour pour ces plaines uniques, qui ont inspiré des œuvres littéraires fortes, tout en définissant la vie quotidienne et l’identité culturelle, un peu à la manière des Prairies pour le Canada.

Pedro Figari, Colts on the pampa [Poulains dans la pampa] (v. 1930), huile sur carton, 61,8 x 81,1 cm. Collection du Museo de Arte Latinoamericanos de Buenos Aires, Fondation Costantini, Buenos Aires

« Figari crée ici, poursuit Uhlyarik, des images qui sont associées aux pampas, mais qui ont en même temps une portée universelle. Il procède de la même manière qu’Harris peignant le Nord, même si le style des deux hommes est très différent. Quand on regarde une toile d’Harris, on la voit essentiellement comme une représentation de l’Arctique ou des Rocheuses. Et pourtant, les deux artistes cherchent aussi à rendre ce qu’ils considèrent comme l’élan spirituel authentique qui façonne les Amériques. »

Vingt des 85 peintres représentés dans Picturing the Americas sont Canadiens. Outre des grands noms comme Emily Carr, Mary Hiester Reid, et Lawren Harris, qui figurent tous dans la collection du MBAC, les visiteurs auront la chance d’admirer les œuvres de peintres comme Frederic E. Church, Grant Wood, Joaquín Torres Garcia et Georgia O’Keeffe

Georgia O’Keefe, Black Mesa Landscape, New Mexico/Out Back of Marie’s II [Vue de la Black Mesa, Nouveau-Mexique/Depuis la cour de chez Marie - II] (1930), huile sur toile montée sur panneau, 61,6 x 92,1 cm. Georgia O’Keeffe Museum, Santa Fe, États-Unis, don de la Burnett Foundation. ARS, NY, tous droits réservés. Malcom Varon, 2001. Georgia O’Keeffe Museum, Santa Fe/Art Resources, NY

Cette première exposition jamais organisée sur le thème du paysage panaméricain donne aux visiteurs un aperçu très fouillé de l’environnement naturel sur deux continents, et met en lumière similitudes et différences dans l’approche créative de leurs peintres respectifs. 

« Chaque nation a des peintres qui, aux yeux de leurs compatriotes, représentent leur pays, leur paysage, leur identité, conclut Uhlyarik. Cette exposition est l’occasion de réunir les artistes les plus en vue de la période couverte, des personnes qui ont contribué à définir l’attachement que nous avons construit envers ces terres des Amériques. »

Organisée conjointement avec la Pinacoteca do Estado de São Paulo, et bénéficiant du soutien de la Terra Foundation for American Art, Picturing the Americas: Landscape Painting from Tierra del Fuego to the Arctic est à l’affiche au MBAO jusqu’au 20 septembre 2015, avant d’être mise en tournée.

Partager cet article: 

À propos de l'auteur