Tom Thomson et le Groupe des Sept de retour au Canada

Faire défiler pour les vidéos et la galerie de photos

Tom Thomson, Le pin (1916–1917), huile sur toile, 127,9 x 139,8 cm. MBAC

Après une tournée européenne couronnée de succès, l’exposition Le Canada en peinture. Tom Thomson et le Groupe des Sept est de retour au Canada, et il est encore possible de voir, réunies sous un même toit et ce jusqu’au 6 janvier 2013, certaines des œuvres les plus emblématiques de notre pays.  

Les quelque 120 toiles, dont 36 proviennent de la collection du Musée des beaux-arts du Canada, sont présentées à la Collection McMichael d’art canadien à Kleinburg, au nord de Toronto. Elles sont accompagnées de tableaux du Musée des beaux-arts de l’Ontario, de la Collection McMichael d’art canadien et de nombreux prêteurs publics ou privés.  

L’exposition, organisée en collaboration avec le Musée des beaux-arts du Canada, est une idée originale de Ian Dejardin, directeur de la Dulwich Picture Gallery de Londres. Ce dernier, admirateur de longue date du Groupe des Sept, a choisi d’accueillir Le Canada en peinture pour marquer le bicentenaire de la Dulwich.  

« Ian Dejardin a posé un regard unique sur ces représentations du paysage canadien que nous connaissons si bien ici, au Canada », affirme Charles C. Hill, conservateur d’art canadien au MBAC. « Je suis ravi du succès remporté par l’exposition à l’étranger. Sa présentation dans une institution canadienne renforce cette nouvelle lecture du travail de ces artistes. »  

Objet de comptes rendus élogieux dans la presse artistique et les grands journaux britanniques, Le Canada en peinture est devenue la troisième manifestation en importance dans les deux cents ans d’histoire de la Dulwich Picture Gallery, les Britanniques se pressant pour voir l’exposition, mais aussi pour « dévaliser » la boutique de ses souvenirs du Groupe des Sept.  

La critique britannique Laura Cumming écrit dans The Observer : « Le Canada en peinture est une de ces expositions qui font plus que transporter le visiteur, pour un moment, du moins. Elle nourrit l’imaginaire. » Selon The Independent, il s’agissait d’une des cinq meilleures expositions de Londres, et le Times a décrit Le Canada en peinture comme un « remarquable » ensemble de tableaux qui ne sont « pas que marquants, mais le résultat du travail magnifique d’un groupe de peintres pratiquement inconnus des Anglais. »  

C’est la première exposition d’envergure du Groupe des Sept en Grande-Bretagne depuis le succès spectaculaire remporté en 1924 lors de l’exposition de l’Empire britannique de Wembley, à Londres. Avant cet événement, le Groupe des Sept et leur inspirateur, Tom Thomson, n’avaient pas réussi à recueillir au Canada l’intérêt qu’ils vont susciter de l’autre côté de l’Océan. 

Comme l’écrit Dejardin dans son chapitre du livre qui accompagne l’exposition, les tableaux du Groupe des Sept avaient alors été décrits comme « criards, affectés, hideux » dans le Toronto Star, et comme « Une recette de laideur » dans le magazine torontois Saturday Night. Pourtant, quand l’exposition du Groupe est inaugurée à Wembley, la presse britannique ne tarit pas d’éloge; ainsi, on peut lire cette description des œuvres de Thomson et du Groupe des Sept dans le Morning Post de Londres : « Le fondement de ce qui pourrait devenir l’une des plus grandes écoles de peinture de paysage. »

« Ces artistes ont produit certaines des peintures de paysage les plus vivantes et magnifiques du XXe siècle, dit Dejardin. Quant à Tom Thomson, ce qu’il a réalisé au cours de sa tragique et brève carrière (de cinq ans seulement) est extraordinaire. Il est le Van Gogh du Canada. » 

Après avoir été présentée à la Dulwich, Le Canada en peinture a poursuivi sa tournée au Musée national de l’art, de l’architecture et du design à Oslo, en Norvège, de janvier à mai 2012, puis au Groninger Museum, aux Pays-Bas, de juin à octobre 2012. L’exposition a été inaugurée à la Collection McMichael d’art canadien le 3 novembre et s’y déroule jusqu’au 6 janvier 2013.

 

 

Partager cet article: 

À propos de l'auteur