Lisette Model, (Détail) Promenade des Anglais, “Le poète”,  1934 ?, épreuve á la gélatine argentique, 34.6 x 27.1 cm. Don de la succession de Lisette Model, 1990, sous la direction de Joseph G. Blum, New York, par l'entermise des American Friends of Canada. Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa Photo: MBAC

Franchise et bienveillance : l’univers photographique de Lisette Model

Lisette Model (1901–1983) est reconnue comme l’une des photographes les plus novatrices et audacieuses de son temps. Et quand le Boca Raton Museum of Art en Floride a souhaité présenter une exposition de ses œuvres, l’Institut canadien de la photographie (ICP) du Musée des beaux-arts du Canada s’est imposé comme un partenaire naturel. « Nous possédons la plus vaste collection de ses œuvres au monde, ainsi que ses archives », explique Ann Thomas, conservatrice en chef par intérim de l’ICP, qui a joué un rôle central dans la constitution de cette sélection de la production de Model, passée d’une seule photographie en 1968 à 293 pièces aujourd’hui.

Lisette Model, Ella Fitzgerald, c. 1954, épreuve á la gélatine argentique, 34.9 x 27.5 cm. Don de la succession de Lisette Model, 1990, sous la direction de Joseph G. Blum, New York, par l'entermise des American Friends of Canada. Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa Photo: MBAC

 

Model est célèbre pour ses clichés sans fard mais empathiques exposant les singularités de gens ordinaires, de personnes en marge de la société ou de sommités telles le musicien de jazz Louis Armstrong et la journaliste et éditrice de mode Diana Vreeland. Son travail est régulièrement publié dans les pages de revues comme Harper’s Bazaar et sera de l’exposition de photographie inaugurale du Museum of Modern Art à New York en 1940. Une fois son œuvre connue du public, Model va outiller d’autres photographes pour défier les conventions de l’époque. Parmi ses étudiants, on trouve Diane Arbus et Larry Fink, « qui sont devenus eux-mêmes d’incroyables photographes », dit Lanya Snyder, conservatrice adjointe au Boca Raton Museum of Art. Pour elle, Model « n’a pas encore toute l’attention qu’elle mérite. Nous avons des photos de nombre de ses contemporains, mais aucune prise par elle. C’est une femme photographe très importante et je pense, en tant que conservatrice, qu’elle a été passablement négligée. »

Lisette Model, Promenade des Anglais, Nice, 7 août 1934, tiré après 1953, épreuve á la gélatine argentique, 49.6 x 39.6 cm. Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa Photo: MBAC

 

Pour l’exposition du Boca Raton Lisette Model: Photographs from the Canadian Photography Institute of the National Gallery of Canada, Ann Thomas a sélectionné 71 œuvres qui reflètent toutes les périodes marquantes de la carrière de Model, donnant au public l’occasion « d’avoir une bonne idée de sa parfaite maîtrise de la technique et de mieux comprendre son sens de l’innovation, ses choix de sujets et de composition ». On y trouve les photos réalisées sur la promenade des Anglais, « l’un de ses corpus d’œuvres les plus exceptionnels », pour Thomas. « Elle y photographie les gens qui viennent l’hiver à Nice et qui s’installent sur cette promenade. Ce sont toujours des personnages d’une grande force évocatrice. »

Model travaille aussi dans les parcs parisiens où, remarque Thomas, elle va devenir « une photographe de l’anecdote. Il y a de véritables récits derrière ses images. » Les séries qu’elle réalise dans les rues de New York comportent notamment des images de Coney Island, des reflets de personnes dans les vitrines des magasins, ainsi que la série Jambes de passants. Les immeubles de NY et de Reno, au Nevada, ainsi qu’un ensemble de photos du Venezuela sont autant de jalons importants dans l’évolution de l’artiste et de son œuvre.

Lisette Model, Baigneuse de Coney Island, New York, v. 1939–juillet 1941, tirage tardif, épreuve á la gélatine argentique, 39.4 x 49.5 cm. Don de la succession de Lisette Model, 1990, sous la direction de Joseph G. Blum, New York, par l'entermise des American Friends of Canada. Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa Photo: MBAC

 

« Les images ont un grand luxe de détails », constate Snyder en parlant de l’exposition. « Elles nous font du bien parce qu’il s’agit de vraies personnes et qu’elles expriment l’humanité qu’il y a en chacun d’entre nous. Model a tracé un chemin pour les autres photographes. On ne le réalise pas, mais à l’époque, la démarche était plutôt radicale. » Elle ajoute que l’œuvre a toujours un écho, même en cette ère de photographie moderne et numérique. « La photographie évolue, observe-t-elle. On ne travaille plus avec des rouleaux de pellicule en noir et blanc. La définition d’une photographie a été bouleversée avec l’arrivée du numérique et des épreuves couleur grand format. » Thomas acquiesce : à l’instar de nombreuses autres figures marquantes de l’histoire de la photographie, Model et son œuvre sont toujours d’actualité. « Il y a une âme, dans tout ça. Et nous avons la responsabilité, l’obligation même, de placer son travail à l’avant-scène. »

 

Lisette Model, Photographs from the Canadian Photography Institute of the National Gallery of Canada est à l’affiche au Boca Raton Museum of Art, en Floride, jusqu’au 21 octobre 2018. Au Musée des beaux-arts du Canada, on peut voir Femme à la voilette, San Francisco, réalisée par l’artiste en 1949, dans le cadre de l’exposition L'espace d'un instant. Cinquante ans de collectionnement de photographies, présentée jusqu’au 16 septembre 2018. Si vous désirez communiquer cet article, cliquez sur la flèche en haut à droite de la page.

Partager cet article: 

À propos de l'auteur

Exposition