À vol d’oiseau : Fred Sandback

Fred Sandback, Sans titre (une de quatres diagonales), 1970, cordon d'élastique noir

Fred Sandback, Sans titre (une de quatres diagonales), 1970, cordon d'élastique noir; situationnel: des relations spatiales établies par l'artiste, dimensions variables. Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. © Fred Sandback Archive Photo : MBAC


Sans titre (une de quatre diagonales), de l’artiste conceptuel américain Fred Sandback, est un exemple de ce que le minimalisme sculptural peut produire de meilleur. Si l’on peut dire qu’une ligne est le point de départ de nombreuses aventures créatives, alors cette sculpture est l’une des expressions les plus directes de cette idée. Une ligne, c’est un élément fondamental de l’art. Avec Sans titre (une de quatre diagonales), de Sandback, ce qui se passe à l’intérieur ou autour est ce qui donne à l’œuvre sa signification.

Exposé seul, ce long cordon flotte dans l’espace sans aucune autre œuvre ou distraction alentour. Sa trajectoire semble tendue, donnant l’impression d’un fil. Il s’agit en fait d’un cordon d’élastique tissé, étiré à la manière d’un axe sur un graphique en trois dimensions. Exemptes de dispositif scénographique conventionnel, les extrémités nues sont fixées aux coins de la salle, divisant les lieux et révélant une abondance d’espace négatif. Le trait noir d’encre surgit furtivement d’un coin et, dans un effet de contraste saisissant, coupe à travers la salle blanche, dans une apparence de posture audacieuse et incisive, donnant l’illusion que l’espace intérieur est littéralement tranché en biais. Le câble-démarcation envoie un message aussi dérangeant que provocateur, presque comme si le fil constituait un avertissement ou une menace. Le spectateur s’est invité dans une configuration où il se butte imparablement à un obstacle. Impossible de contourner la sculpture. On peut juste passer au-dessous ou au-dessus.

Fred Sandback, Sans titre (une de quatres diagonales), 1970. Vue de l'installation au Musée des beaux-arts du Canada  dans les années 1970

Fred Sandback, Sans titre (une de quatres diagonales), 1970. Vue de l'installation au Musée des beaux-arts du Canada  dans les années 1970. © Fred Sandback Archive Photo : Bibliothèque et Archives MBAC

Celle-ci est d’autant plus inhabituelle que son centre est aussi le produit fini; ici, point d’armature (squelette). C’est un choix délibéré et, dans son Remarks on My Sculpture 1966-68, Sandback indique que son intention est « de faire de la sculpture qui n’a pas d’intérieur ». Réalisées à l’origine en fonction d’un site, mais pas nécessairement liées à cet espace de manière permanente, les créations de Sandback ont « toujours été imaginées dans l’idée d’au moins une forme de lieu générique donnée ». L’artiste était présent lors de l’installation de l’œuvre au Musée en 1970 au moment de son acquisition, illustration de son implication personnelle.

À la différence de la plupart des pièces sculpturales traditionnelles, Sans titre (une de quatre diagonales) ne fait pas appel à la force de gravité. Elle est plutôt dépendante de ses propres paramètres, ce qui fait de l’environnement isolé et intérieur un facteur essentiel pour cette pièce. Si Sandback ne modifie pas les espaces d’installation attribués, il se sert de la cloison sèche unie et blanche en opposition au point de convergence. Pour l’artiste, il s’agit d’« un espace piéton », endroit ordinaire, utilitaire, répliqué en de nombreux emplacements.

Né en 1943 à Bronxville, dans l’État de New York, diplômé de la Yale University School of Art and Architecture, Sandback est surtout connu pour la place qu’occupent fils, cordes et câbles dans ses créations. Celles-ci sont une invitation et un défi lancé au public d’aborder la sculpture sous un angle abstrait, plutôt que de simplement considérer une pièce en fonction des techniques ou modes de réalisation employés. L’effet produit est tout autant austère que classique, Sandback ayant rationalisé un concept de base en une ligne pure aux plans abstraits qui nous laissent le soin de deviner son intention. L’artiste stimule le jeu des interprétations et les possibilités sont infinies. Cette œuvre pourrait tout à fait être un haïku sur la distance; ou une discussion sur l’optique des fibres, les télécommunications, la nanotechnologie, le marché boursier, les instruments à cordes, les tyroliennes; ou peut-être l'artiste nous propose un énoncé comme catalyseur pour un débat à l’ancienne sur la perspective?

Cette sculpture conceptuelle met de l’avant les préoccupations esthétiques et sociales qui ont caractérisé la période de l’après-guerre. Nulle trace de la grâce décorative traditionnellement présente dans l’art historique, pas plus que de l’humour parfois associé à l’art conceptuel en particulier. Ici, tout est centré sur les idées, plutôt que sur les objets. Planification et logistique importent autant que le produit fini, sinon plus.

 

Sans titre (une de quatre diagonales) de Fred Sandback est présenté dans la salle B207 au Musée des beaux-arts du Canada. Partagez cet article et inscrivez-vous à nos infolettres pour recevoir les derniers articles, pour rester au courant des expositions, des nouvelles et des activités du MBAC et pour tout savoir de l’art au Canada.

À propos de l'auteur