Jessie Oonark : le jour du soleil

Jessie Oonark, Quand les jours rallongent et que le soleil brille dans la nuit, 1966-69. crayon-feutre et mine de plomb sur papier vélin

Jessie Oonark, Quand les jours rallongent et que le soleil brille dans la nuit,1966-69. Crayon-feutre et mine de plomb sur papier vélin, 126.8 x 317.8 cm. Don de Boris et Elizabeth Kotelewetz, 1991. Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. © Public Trustee for Nunavut, Succession Jessie Oonark Photo : MBAC

Le solstice d’été est fêté et profondément apprécié par les peuples autochtones de partout dans le monde depuis des temps immémoriaux. L’événement céleste, qui se produit lorsque le soleil est au plus haut dans le ciel, marque la journée de l’année où la période de luminosité est la plus longue. Dans les jours entourant le solstice, quand l’astre solaire suit sa course la plus au nord, le cercle arctique, où l’artiste inuite Jessie Oonark a passé toute sa vie, est baigné de lumière sans interruption.

Née en 1906 près de la rivière Back, au Nunavut (alors Territoires du Nord-Ouest), Jessie (Una) Oonark a passé les cinquante premières années de son existence en pleine nature dans les camps de chasse utkusiksalingmiuts un peu partout dans la région avec sa famille, avant d’être déplacée par le gouvernement canadien à Qamani'tuaq (lac Baker), au Nunavut, à la fin des années 1950. Alors que cette décennie s’achevait, et dans une époque de changements et de transitions énormes, Oonark a commencé sa carrière d’artiste, traduisant de manière novatrice et stratégique la vie coutumière dans de nouvelles formes éclatantes. Tout au long de sa vie, Oonark a été une couturière très respectée, célèbre pour sa production de vêtements et ses créations textiles. Son talent, sa précision en broderie et en couture et son œil avisé pour le dessin et la composition des couleurs ont été essentiels à sa pratique et ont nourri la réalisation de ses images et scènes picturales, qu’elle a produites dans un large éventail de techniques, dont les créations textiles, les tentures murales, les dessins et les estampes.

Déjà, dans les années 1960, Oonark explorait les possibilités des dimensions, travaillant sur des surfaces plus grandes que la technique standard le permettait. En 1968, ce choix s’est traduit par la réalisation d’une vaste murale représentant une scène de chasse aux phoques, qu’elle a peinte sur le côté d’un bâtiment local à Qamani’tuaq. À la même époque, l'officier chargé des arts et artisanats à Qamani'tuaq, Boris Kotelewetz, a fourni à Oonark un ensemble de matériel d’artiste, notamment un grand rouleau de papier d’environ trois mètres de long et un mètre de large. Plutôt que de le découper pour faire plusieurs dessins plus petits, Oonark s’est servie de la surface d’un seul tenant. Relevant le défi avec brio et minutie, elle a travaillé méthodiquement sur la pièce pendant trois ans, entre 1966 et 1969, créant ainsi le dessin monumental Quand les jours rallongent et que le soleil brille dans la nuit.

Cette œuvre panoramique magistrale est un jaillissement de couleur, d’énergie et de vie. Oonark représente un moment de fête, où un tourbillon d’activités occupe les journées sans nuit. Des groupes de gens pêchent, préparent à manger, chassent le caribou en traîneaux à chiens, les enfants jouent, donnant un parfum d’allégresse à cette scène pleine de vitalité. Les dessins illustrent la vie inuite durant l'intense saison chaude arctique, en particulier aux alentours du solstice, quand il fait jour 24 heures sur 24 passé le cercle arctique. Les treize soleils jaunes qui entourent le grand igloo central, où se tient une cérémonie, symbolisent le passage continu du temps et la lumière du soleil qui baigne la terre pendant cette période particulière de l’année dans le Nord quand, comme l’a un jour expliqué Oonark, l’air se réchauffe, le gibier est plus abondant, la vie renaît et qu’il n’y a pas un instant à perdre.

 

Le dessin Quand les jours rallongent et que le soleil brille dans la nuit de Jessie Oonark est actuellement présenté dans les salles d’art autochtone et canadien du Musée des beaux-arts du Canada. Partagez cet article et abonnez-vous à nos infolettres pour demeurer au courant des derniers articles, expositions, nouvelles et événements du Musée, et en apprendre plus sur l’art au Canada.

Partager cet article: 

À propos de l'auteur