« Gelée de groseilles » de Mary Pratt : vision ralentie

Parlons de Mary Pratt

Tout au long de son extraordinaire carrière, Mary Pratt s’est servie de la peinture pour explorer les qualités de surface d’objets ordinaires. Elle reproduit avec une intensité audacieuse la couleur de la lumière contre les formes et les textures des choses : bols de fruits, vases, têtes de poissons ou bocaux de gelée refroidissant sur une table après plusieurs jours de labeur. Son pinceau réaliste aborde les rituels coutumiers de la vie non comme des moments éphémères, mais plutôt comme le tissu même d’une riche existence humaine

La relation qu’entretient Pratt avec le Musée des beaux-arts du Canada est de longue date; son tableau emblématique Gelée de groseilles (1972), acquis durant le mandat de feu Jean Sutherland Boggs, devint le sujet d’une exposition individuelle ici même en 2015. Le tableau est de nouveau exposé pour marquer le décès de cette grande peintre réaliste canadienne. Dans cette vidéo, Jonathan Shaughnessy, conservateur au Musée des beaux-arts du Canada, et Mireille Eagan, conservatrice au musée The Rooms à St John’s, placent le tableau dans le contexte de l’œuvre de l’artiste.

 

Le tableau Gelée de groseilles de Mary Pratt est à l'affiche  dans la salle A113 des salles d’art canadien et autochtone du Musée des beaux-arts du CanadaPour communiquer cet article, cliquez sur la flèche dans le coin supérieur droit de la page. Abonnez-vous à nos infolettres pour demeurer au courant des nouvelles du Musée, et en apprendre plus sur l'art au Canada.

Partager cet article: 

Exposition