Roni Horn : environnement, émotion et changement

Roni Horn, Roni Horn, Sans titre («Un rêve rêvé dans un monde qui rêve n’est pas vraiment un rêve … mais un rêve non rêvé l’est. »), 2010–12., verre massif coulé avec surfaces brutes et coulée

Roni Horn, Sans titre («Un rêve rêvé dans un monde qui rêve n’est pas vraiment un rêve … mais un rêve non rêvé l’est. »), 2010–12, verre massif coulé avec surfaces brutes et coulées, dimensions variables. Prêt de l'i8 Gallery, Reykjavik. © Roni Horn Photo : MBAC


Ce matin, c’était nuageux; cet après-midi, il pleut; et pour ce soir, on annonce du temps dégagé et doux. S‘il s’avère évident de relever à quel point les conditions atmosphériques sont évolutives, il est beaucoup plus ardu de tenter de montrer que la météo qui se déchaîne – ou resplendit – à l’intérieur de chacune et chacun d’entre nous est au moins aussi impétueuse. Depuis la fin des années 1970, l’artiste américaine Roni Horn explore la nature changeante, métamorphosable de l’identité, des sentiments et de l’émotion, souvent en lien avec notre environnement. Elle suggère que nous sommes le temps qu’il fait, un système complexe de forces dont les effets varient chaque semaine, heure et minute.

En faisant appel à une pluralité de techniques – dont la photographie, la sculpture et la création textuelle –, Horn suit les variations subtiles à l’œuvre dans le sujet choisi à travers des exercices de groupement et de répétition. Elle demande au public de forger et reforger ses perceptions par une observation répétée, alors que des transformations dans des éléments de base, comme l’éclairage, la composition et la couleur modifient également la compréhension. Deux œuvres remarquables de cette artiste multidisciplinaire renommée, l’une dans la collection permanente du Musée, l’autre prêtée, sont actuellement présentées au Musée des beaux-arts du Canada.

Roni Horn,Vous êtes le temps, partie 2, 2010-2011 épreuves au jet d'encre, montés sur sintra

Roni Horn, Vous êtes le temps, partie 2, 2010–2011, épreuves au jet d'encre, montés sur sintra, 26.5 x 21.4 cm chacune; images: 26.5 x 21.4 cm chacune. Acheté en 2022. Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. © Roni Horn Photo : MBAC

Horn, qui est née et vit à New York, a été attirée, au sens presque magnétique du mot, par les rudes paysages volcaniques d’Islande dès sa première visite en 1975, à 19 ans, alors qu’elle était étudiante. Le pays était comme « un atelier en plein air, infini par son envergure et sa nouveauté », dit-elle. « Assez vaste pour s’y perdre; assez petit pour se trouver soi-même. » Elle l’appelle sa « carrière », la source de tant de matériel.

La toute première série photographique de Horn, Vous êtes le temps (1994–96) a été réalisée sur l’île nordique et est devenue une pièce fondamentale dans son œuvre. Horn a photographié l’artiste islandaise Margrét Haraldsdóttir Blöndal sur une période de six semaines, alors que toutes deux voyageaient à travers le pays, visitant ses sources thermales et bassins géothermiques naturels. Les séances de prises de vue étaient quotidiennes, peu importe les conditions que leur réservait le climat imprévisible de l’Islande. Dans chaque image, Blöndal apparaît plongée dans l’eau jusqu’au cou. La seule directive donnée par Horn à son modèle était de regarder directement l’objectif. Tout au long de la série de 100 photos, le visage de Blöndal exprime la gamme des émotions. « Ces changements, cette palette de sentiments, explique l'artiste, étaient en fait provoqués par la météo. Dans ses yeux, le soleil, la neige, le vent. Le « vous » dans le titre de l’œuvre désigne le spectateur regardant le visage de Blöndal, explique Horn. « Quand vous vous trouvez dans une salle avec elle, c’est comme si vous-même aviez généré ces réactions, vous devenez le temps qu’il fait. » La série fait le lien entre nos vies intérieures complexes et les conditions météorologiques, les deux évoluant sans cesse sans qu’il soit aisé d’en prédire la suite. Une personne est une multitude, pourrait être le message, et en chaque individu cohabitent tempête et grand soleil, blizzard et sécheresse.

Roni Horn, detail, You Are The Weather, Part 2, 2011–12, installation

Roni Horn, détails, Vous êtes le temps, partie 2, 2010–2011. © Roni Horn Photo : MBAC

Quinze ans plus tard, Horn est revenue avec Vous êtes le temps, partie 2 (2011–12), actuellement exposée au Musée. Ici, elle revisite son projet emblématique, photographiant une fois encore Blöndal en plan rapproché, en extérieur, affrontant les éléments, immergée dans l’eau. Cette suite comporte aussi 100 photos – 66 épreuves couleur et 34 en noir et blanc – installées par regroupements, encerclant l’espace dans son entier. Peu importe où le visiteur se tourne, impossible d’échapper à Blöndal. Et pourtant, avec 100 expressions supplémentaires déployées, le public ne peut que s’interroger. Connaissons-nous mieux le sujet? À moins que le caractère et l’identité se dissimulent sous les sourires et grimaces en surface?

Disposée dans la salle voisine, Sans titre («Un rêve rêvé dans un monde qui rêve n’est pas vraiment un rêve … mais un rêve non rêvé l’est. ») de Horn est une installation sculpturale plus formelle, créée à peu près à la même période que Vous êtes le temps, partie 2 et explorant des concepts similaires de surface, profondeur, environnement et changement. Les dix bassins pervenche appartiennent à un vaste ensemble de sculptures en verre moulé produites par l’artiste depuis les années 1990.

Roni Horn, detail, Untitled ("A dream dreamt in a dreaming world is not really a dream… but a dream not dreamt is”)

Roni Horn, détail, Sans titre («Un rêve rêvé dans un monde qui rêve n’est pas vraiment un rêve … mais un rêve non rêvé l’est. »), 2010–12. © Roni Horn Photo : MBAC

Horn verse du verre fondu coloré dans un moule, lequel est laissé à durcir pendant plusieurs mois. Le procédé crée un effet givré sur les côtés et à la base de la forme qui contraste avec la surface supérieure, polie au point de sembler liquide, laissant le regard la traverser. Les cylindres glaciaires prennent vie sous la lumière ambiante qui entre par les murs de verre de la salle. Illuminée par la lente trajectoire du soleil dans le ciel, l’identité visuelle de chaque bassin évolue constamment. Mais, à la manière dont Vous êtes le temps en fait la démonstration, l’apparence des choses en surface n’est pas simplement un reflet, plutôt une négociation entre les mondes extérieur et intérieur.

Avec deux techniques en tous points différentes – l’une aussi étirée dans le temps et dense que celle du verre coulé, l’autre aussi instantanée qu’un déclenchement d’obturateur –, Horn construit son poème sur la nature malléable de l’identité, de la signification et de nos perceptions. Les œuvres nous montrent qu’elles évoluent à la manière d’un système orageux. Et qu’elles peuvent être aussi fugaces qu’un rayon de lumière.

 

Vous êtes le temps, partie 2 et Sans titre («Un rêve rêvé dans un monde qui rêve n’est pas vraiment un rêve … mais un rêve non rêvé l’est. ») de Roni Horn sont présentés dans les salles B104 et B105 du Musée des beaux-arts du Canada. Merci de partager cet article et de vous inscrire à nos infolettres pour recevoir les derniers articles, pour rester au courant des expositions, des nouvelles et des activités du MBAC et pour tout savoir de l’art au Canada.

À propos de l'auteur