Zidane : plus qu’une vidéo de soccer

Douglas Gordon et Philippe Parreno, Zidane, un portrait du 21e siècle (2006), installation vidéo numérique à 2 canaux, 90 min, installation aux dimensions variables. MBAC

Voici une expérience qui vous donnera le sentiment de vous élever au rang des dieux de l’Olympe, tout en vous incitant à la réflexion sur le culte de la personnalité.

Zidane, un portrait du 21e siècle (2006) est une vidéo fascinante tournée à l’apogée de la grande vedette de soccer française Zinedine Zidane.

« L’installation, et ce que vous ressentez lorsque vous êtes à l’intérieur, va bien au-delà du soccer », explique Benedict Leca de l’Art Gallery of Hamilton, à qui la vidéo est actuellement prêtée par le Musée des beaux-arts du Canada. « C’est grisant. Ça vous prend totalement. Vous êtes placé au centre de l’expérience, et vous avez littéralement l’impression de courir sur le terrain avec Zidane. » La vidéo de 90 minutes, réalisée par les artistes de renommée internationale Douglas Gordon et Philippe Parreno, explore notre fascination pour les vedettes pop et les héros sportifs de notre temps.

Gordon et Parreno ont installé 17 caméras dans tout le stade Santiago Bernabéu à Madrid lors d’un match du championnat de soccer entre le Real Madrid et Villarreal en 2005. Chaque opérateur avait pour directive de rester fixé sur Zidane, alors capitaine de l’équipe de France, pendant toute la durée de la partie. Le résultat est une vidéo habilement montée, juxtaposée à des séquences de jeu brutes projetées sur un écran adjacent. La bande sonore restitue la clameur des 80 000 amateurs, les commentaires de la télévision espagnole et la musique originale du groupe écossais Mogwaï, pour une expérience que Leca qualifie d’« immersive, enlevante et dramatique ».

Un des moments forts de l’œuvre est lorsque le public entend Zidane lui-même parler de soccer. En voix hors champ, il raconte comment il a grandi avec ce sport, et la sensation que procure le fait de jouer devant des milliers de partisans.

La vidéo montée comporte 17 angles de caméra différents. Dans chacune des 17 versions de l’œuvre, des séquences brutes prises depuis l’un de ces 17 angles sont projetées sur l’écran adjacent. La version du MBAC comprend ainsi des séquences qui s’intéressent tout particulièrement au visage de Zidane; d’autres suivront les mouvements de ses pieds, ou encore proposeront des vues panoramiques du terrain tout au long de la partie.

« La salle est entièrement plongée dans l’obscurité, sauf pour ces vidéos en continu, précise Leca. Lorsqu’un écran passe au noir, un autre s’éclaire et Zidane crie, puis la foule explose et le juge de touche siffle. C’est irrésistible et puissant. Ces joueurs de soccer sont les gladiateurs des temps modernes. C’est de la tension à l’état pur. L’installation elle-même véhicule cette sensation de drame. Vous êtes complètement aspirés. »

L’expérience est poussée à son paroxysme alors que chaque mouvement de Zidane est agrandi et projeté plus grand que nature sur plusieurs écrans. Les caméras portent un regard intense et résolu sur le joueur, offrant au spectateur une proximité avec ces gens dont nous faisons des héros, et leur « complexité, leur grandeur et leurs faiblesses humaines », comme le dit Leca.

« Tout au long de la projection, on ne fait qu’un avec Zidane, ajoute Leca. C’est une chose de se sentir une affinité avec lui, en tant, par exemple, que citoyen français vous-même, Français d’origine algérienne, amateur de soccer ou admirateur d’une vedette sportive emblématique. Mais ça prend une dimension bien concrète lorsque vous êtes au centre de la pièce, avec lui. L’affinité passe à un tout autre niveau. Elle devient physique, par opposition à intellectuelle. »

Zidane, un portrait du 21e siècle est présentée à l’Art Gallery of Hamilton jusqu’au 28 avril 2013.

Partager cet article: 

À propos de l'auteur