Magazine

Déclinant toutes les formes d’expression des arts visuels et médiatiques, les œuvres des lauréats des Prix du Gouverneur général de 2019 attestent l’ampleur de la richesse et de la diversité du talent canadien.
Véritable allégorie du chagrin, Autoportrait frontal de Käthe Kollwitz est une image dure et obsédante qui condense parfaitement la profondeur des émotions qui imprègnent le travail de cette artiste.
Un des photographes de rue les plus brillants de son époque, Dave Heath, a su saisir l’expression universelle de la solitude malgré une époque d’intégration sociale.
Le raffinement des livres édités par les petites maisons canadiennes illustre l’enthousiasme et l’engagement soutenu de ces dernières pour la qualité du travail et de tous les aspects de la production.
Dans « Grey Paintings », Julie Mehretu a réinventé sa pratique artistique pour créer une œuvre abstraite qui fonctionne au sein des complexités et des multiplicités de l’histoire, la politique et l’art.
Engagé par le Canadian War Memorials Fund pour documenter l’effort de guerre à Halifax, l'artiste britannique Harold Gilman a réalisé une série de dessins détaillés et dynamique pour créer son tableau.
Pionnier de la scène artistique de Vancouver dans les années 1960, Michael Morris est reconnu pour sa pratique collaborative. Une acquisition récente représente ses premières expérimentations avec le Plexiglas.
Sur le thème de l’amour, l’artiste britannique Paul Sandby intègre des études de personnages dans la nature et fait la preuve de son habileté comme graveur novateur.
Photographe amateur passionnée, Lady Aberdeen réalise un livre photo commémoratif empreint d’émotion sur la vie de son fils, faisant ainsi passer des images familiales privées dans la sphère publique.